Spiritualité, Nouvel-Age - Ecologie, Sciences de la Terre
AL GORE 'Une vérité qui dérange' Le film + Une déclaration d'Al Gore donnée le 15 janvier 2004



Ce film est tellement bouleversant qu’il m’est impossible de ne pas vous inviter à aller le voir.

AL GORE, L'EX CANDIDAT CONTRE BUSH, y fait une description claire et nette, chiffres à l’appui, de ce que nous nous préparons à vivre si nous ne changeons pas radicalement de mode de vie. Al Gore nous met en garde contre tous les problèmes que nous générons sans jamais nous culpabiliser. A la fin il propose même des solutions pour que nous puissions nous en sortir et retrouver un niveau de pollution des années 70.

Il me parait de notre devoir que de parler autour de nous de ce film, de le louer pour le regarder entre amis bref d’employer tous les moyens pour relayer les informations qui y sont collectées.

- Allez le voir et parlez en autour de vous c’est très urgent !!
Nous vous proposons de re-découvrir une déclaration d'Al Gore donnée le 15 janvier 2004 à New York
"Les scientifiques disent aux gens de toutes les nations que le réchauffement causé par les activités humaines devient une menace sérieuse pour notre avenir à tous. Aussi, je suis inquiet que le gouvernement Bush/Cheney ne semble pas entendre les avertissements de la communauté scientifique.

Même si la terre est immense, la partie la plus vulnérable de l'environnement est l'atmosphère (car elle est étonnement fine), comme une couche de vernis sur un globe.

Je pense qu'il n'y a pas le moindre doute sur le fait que la planète se réchauffe.

Le réchauffement du globe est réel : l'évidence est indéniable. En dépit de cette évidence, nombreux sont ceux qui continuent à croire que le réchauffement de la planète n'est pas du tout un problème. En effet, ils sont la cible d'une campagne de désinformation massive et bien organisée fondée par les pollueurs qui sont déterminés à empêcher toute action visant à réduire les émissions de gaz qui causent le réchauffement, de peur que leurs profits en soient affectés. De riches idéologues de droite ont rejoint les compagnies pétrolières les plus cyniques et les plus irresponsables, les industries minières, et ont apporté de grosses sommes d'argent pour financer des groupes pseudo-scientifiques qui s'efforcent de semer le trouble dans l'esprit des gens sur le réchauffement de la planète. Ils affirment, dans leurs rapports, qu'il y a un désaccord réel au sein de la communauté scientifique. Les techniques utilisées furent utilisées il y a des années par l'industrie du tabac, lors de sa grande campagne visant à créer l'incertitude dans l'esprit des gens sur les risques causés par la fumée de cigarettes. Ces scientifiques, qui ont soutiré de l'argent aux compagnies du tabac, soutirent maintenant de l'argent aux compagnies pétrolières et minières en acceptant de dire que le réchauffement planétaire n'est pas réel.

Le gouvernement Bush a exploré les frontières du cynisme...
Deux ministres de la justice ont accusé publiquement des fonctionnaires de la Maison Blanche chargés de l'environnement de conspirer pour encourager le classement d'un procès ; ceci faisant partie d'une stratégie visant à saper l'action gouvernementale sur le réchauffement de la planète. Le Vice Président Cheney a averti les groupes de pression des pollueurs qu'il n'y aurait aucune action de la part du gouvernement Bush sur le réchauffement de la planète et a demandé leur aide pour créer un programme "volontaire" totalement dépourvu de sens. Un des groupes de pression de l'industrie ayant entendu ce baratin à dit à ses pairs : " Laissez-moi traduire cela en termes politiques. Le Président a besoin d'une couverture". Il est en train de démanteler Kyoto, mais il est vulnérable. La Maison Blanche a été vulnérable pour impliquer des collaborateurs représentant les compagnies chargées de violer les lois environnementales dans l'élaboration de nouvelles lois prévues pour tirer leurs clients d'affaire. L'histoire est la même lorsqu'il s'agit de protéger les américains de la pollution. Le gouvernement Bush choisit ses intérêts au détriment de l'intérêt public, ignorant l'évidence scientifique. Prenons l'exemple du mercure, un polluant extrêmement toxique qui cause de sérieux dommages neurologiques, qui empêchent le développement du foetus. Nous savons qu'il provient des usines de charbon. Mais le gouvernement Bush a écarté le fait que les émissions de mercure devaient être considérées comme des polluants dangereux.

Êtes-vous d'accord avec cela : le Président déclare que le mercure ne devrait pas être considéré comme un polluant dangereux ?

Considérons les déchets toxiques. Les fonds ont baissé de 3,8 milliards de dollars à 175 millions. Le résultat, c'est moins d'épuration, d'assainissement et de la pollution pour nos enfants. Ceci parce que le gouvernement Bush a épargné ses amis industriels. La taxe que ces pollueurs payaient pour alimenter les fonds a été éliminée ; donc, vous, moi et les autres contribuables doivent payer la facture. Les pollueurs tirés d'affaire alors que vous et moi devons payer ? Êtes-vous d'accord avec cela ? Nous avons vu le changement radical dans nos parcs également. Il y a des changements radicaux qui remettent en cause un siècle de politique américaine visant à protéger nos ressources naturelles. Yellowstone Park fut crée en 1872, en partie pour que l'Amérique préserve sa forêt, ses ressources minérales et géothermales. Théodore Roosevelt en 1906 a encouragé cette philosophie.

"La politique troublante du gouvernement Bush/Cheney"
En préparant cette série de discours, je remarque la politique troublante du gouvernement Bush/Cheney. Pour chaque problème, le gouvernement Bush a pour but d'éliminer toute contrainte qui pourrait nuire à son pouvoir. A chaque fois, ils s'arrangent à ce que leur politique soit la plus secrète possible. A chaque fois, l'intérêt public est non seulement ignoré mais aussi éliminé. En effet, ils utilisent souvent le langage Orwellien pour déguiser leurs véritables buts. La promesse du candidat Bush d'adopter une politique étrangère "humble" fut transformée dès les premiers jours de sa présidence en une préparation frénétique à l'invasion de l'Irak. En même temps, une promesse solennelle selon laquelle le dioxyde de carbone serait contrôlé fut immédiatement suivie par une promesse faite aux générateurs de CO2 que celui-ci ne serait pas contrôlé du tout. Et une déclaration faite au peuple américain lors de sa campagne disant qu'il croyait que le réchauffement de la planète était un vrai problème, fut remplacée après son élection par un discours dédaigneux et méprisant à l'égard du travail des scientifiques de l'EPA sur le réchauffement planétaire. Tout cela est clair ; la Maison Blanche de Bush représente un nouveau départ dans l'histoire de la présidence.

Par exemple, nous l'avons vu travailler sans relâche pour permettre à ses amis de forer la réserve naturelle de l'Arctique. Il semblerait que le gouvernement Bush soit complètement la propriété des compagnies pétrolières et minières. Alors que le président Bush aime renvoyer une image de force et de courage, la vérité est qu'en présence de ses collaborateurs financiers, il est lâche : si faible qu'il leur dit rarement "non", peu importe l'intérêt public.

Avec un tel gouvernement, il n'y a aucun doute sur le fait que nous pourrions résoudre le problème du réchauffement. Après tout, nous avons renversé le communisme, gagné des guerres dans le Pacifique et en Europe simultanément, promulgué le Plan Marshall, trouvé un remède contre la Polio et envoyé des hommes sur la lune. Il y a peu de choses que nous ne puissions accomplir. Au lieu de dépenser des sommes énormes à faire qu'une minuscule partie de la lune soit habitable pour une poignée de gens, nous pourrions au lieu de cela, s'efforcer de garantir aux futures générations une place sur la Terre. Si nous faisons ce choix, les États-Unis peuvent renforcer notre économie avec une nouvelle génération de technologies de pointe, créer des millions de nouveaux emplois et inspirer le monde de cette vision morale. Nous sommes à la croisée des chemins et pour prendre le bon chemin, nous devons choisir les vraies valeurs.

En prenant (une) photo de la Terre, mon ami Carl Sagan a dit cela : "Regardez ce pois. C'est ici. C'est chez nous. C'est nous. Nos joies, nos souffrances, des milliers de religions, d'idéologies, de doctrines économiques, des chasseurs, des héros et des lâches, des créateurs, des destructeurs de civilisation, des rois et des paysans, des jeunes couples amoureux, des mères, des pères, des enfants pleins d'espoir, des moralisateurs, des politiciens corrompus, des superstars, des grands leaders, des saints, des pêcheurs dans l'histoire de l'humanité ont vécu ici, sur un grain de poussière suspendu dans un rayon de soleil. La Terre est une très petite scène dans une vaste arène cosmique. Pensez à ces rivières de sang versées par tous ces généraux et empereurs pour qu'ils deviennent un instant les maîtres d'une fraction d'un pois. Pensez à ces cruautés incessantes, à ceux qui sont avides de crimes, de haine... La Terre est jusque là le seul monde à héberger des vies. Il n'y a aucun autre endroit, au moins dans un futur proche, où nos espèces pourraient migrer. Que vous le vouliez ou non, pour le moment, la Terre est l'endroit où nous sommes contraints de rester. Pour moi, il en va de notre responsabilité de préserver et de chérir le pois bleu pâle, la seule maison que nous n'ayons jamais connue."




AL GORE 'Une vérité qui dérange' Le film + Une déclaration d'Al Gore donnée le 15 janvier 2004 (Spiritualité, Nouvel-Age - Ecologie, Sciences de la Terre)    -    Auteur : George - USA


1460 visiteurs depuis 2007-02-13
dernière mise à jour : 2007-02-13

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Spiritualité, Nouvel-Age >> Blog #210