Médecines douces - Diététique, Alimentation
Végétarien & Végétalien POSITION OFFICIELLE SUR LES ALIMENTATIONS VEGETARIENNES

Végétarien & Végétalien POSITION OFFICIELLE DE L’ASSOCIATION AMERICAINE DE DIETETIQUE ET DES DIETETICIENS DU CANADA SUR LES ALIMENTATIONS VEGETARIENNES

Cet article exprimant le point de vue officiel de l’Association est paru dans le journal de l’Association Américaine de Diététique, en juin 2003 (Site Internet de l’A.A.D. et document original :
http://www.eatright.org/Public/Files/veg.pdf Comme l’AAD est une référence en matière de diététique aux USA, il est important que sa position favorable au végétarisme et au végétalisme soit plus connue en France, où une partie du milieu médical reste encore persuadée qu’en dehors de la viande il n’y a point de salut.
Le point de vue de l’AAD sur les bienfaits du végétarisme en matière de santé humaine n’est d’ailleurs pas récent. L’Association précise que : « cette position a été adoptée par la « House of Delegates » (« Assemblée des délégués » : c’est l’instance délibérative de l’AAD, formée de représentants des divers domaines de la diététique ; elle se réunit deux fois l’an pour discuter de questions professionnelles et formuler des recommandations) le 18 octobre 1987, réaffirmée le 12 septembre 1992, 6 septembre 1996 et le 22 juin 2000. Cette position est valable jusqu’au 31 décembre 2007. Dans un langage mesuré, typique des publications officielles, mais néanmoins très clair quant à l’utilité des régimes végétariens, l’AAD argumente son point de vue sur la base d’une série d’articles scientifiques de qualité, dont la grande majorité a été publiée dans les années 1990 et 2000. C’est dire que les informations fournies sont tout à fait d’actualité.

En Résumé
La position de l’Association Américaine de Diététique et des Diététiciens du Canada est la suivante : Les alimentations végétariennes et végétaliennes menées de façon appropriée sont bonnes pour la santé, adéquates sur le plan nutritionnel et sont bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Environ 2,5% des adultes aux Etats-Unis et 4% des adultes au Canada suivent une alimentation végétarienne. Par définition, l'alimentation végétarienne exclut la viande, le poisson et la volaille. L’intérêt pour le végétarisme semble s’accroître si on considère le nombre de restaurants et de services de restauration universitaire proposant régulièrement des repas végétariens. Les ventes d'aliments adaptés aux végétariens ont augmenté de façon importante, et ces aliments sont disponibles dans beaucoup de supermarchés.
Ce document est un compte-rendu des données scientifiques actuelles concernant les nutriments importants pour les végétariens, incluant les protéines, le fer, le zinc, le calcium, la vitamine D, la vitamine B2 (riboflavine), la vitamine B12, la vitamine A, les acides gras de la série oméga-3, et l’iode. L'alimentation végétarienne, y compris végétalienne, peut couvrir les apports recommandés en tous ces nutriments. Dans certains cas, utiliser des aliments enrichis ou des suppléments peut aider à couvrir les besoins en certains nutriments.
Une alimentation végétalienne bien planifiée et les autres types d’alimentations végétariennes sont appropriés à toutes les périodes de la vie, y compris la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance, et l’adolescence.
Les alimentations végétariennes offrent de nombreux bénéfices nutritionnels, parmi lesquels des taux moins élevés en graisses saturées, cholestérol et protéines animales ainsi que des niveaux plus élevés en hydrates de carbone (glucides), fibres, magnésium, potassium, folate (ou vitamine B9) et en antioxydants comme les vitamines C et E et en phytochimiques (il s’agit des substances présentes dans les fruits et légumes ayant des effets protecteurs pour la santé, par exemple : les sulfures diallyles de l’ail et des oignons renforçant le système immunitaire, les polyphénols du thé vert neutralisant les agents carcinogènes, ou les isoflavones du soja réduisant le niveau du cholestérol sérique). Les végétariens présentent des indices de masse corporelle inférieurs à ceux des non-végétariens (l’indice de masse corporelle I.M.C., ou indice de Quételet (Q), est une mesure de corpulence calculée en divisant le poids en kilos (P) par le carré de la taille en mètres (T) : Q = P/T2. Une classification couramment admise est : Q<19 = poids insuffisant ; 1930 = obésité), ainsi que des taux plus faibles de mort par maladie coronarienne ; les végétariens présentent aussi des niveaux plus faibles de cholestérol sanguin, des pressions sanguines plus faibles, et sont moins sujets à l’hypertension, au diabète de type 2 (ou diabète gras), et aux cancers de la prostate et du colon.
Bien que de nombreux programmes institutionnels alimentaires financés par le gouvernement puissent satisfaire les végétariens, peu d’entre eux proposent actuellement des plats convenant aux végétaliens.
Du fait de la diversité des pratiques alimentaires chez les végétariens, une évaluation individuelle des apports alimentaires est nécessaire. Les professionnels de la diététique ont pour responsabilité de soutenir et d’encourager ceux qui montrent un intérêt pour le végétarisme. Ils peuvent jouer un rôle clé en informant leurs patients végétariens sur les aliments riches en certains nutriments, l’achat de nourriture et sa préparation, et les modifications alimentaires qui peuvent être nécessaires pour satisfaire aux besoins individuels. Organiser des repas végétariens peut être simplifié en utilisant un guide alimentaire indiquant les groupes d'aliments et la taille des portions de base.
Position officielle
La position de l’Association Américaine de Diététique et des Diététiciens du Canada est que les alimentations végétariennes* menées de façon appropriée sont bonnes pour la santé, adéquates au plan nutritionnel, et sont bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies.
* Note : En américain « alimentations végétariennes » inclut le plus souvent l’alimentation végétalienne, sauf mention contraire.
Le végétarisme et son contexte
Un végétarien est une personne qui ne mange pas de viande, poisson, ou volaille ou des produits contenant ces aliments. Les végétariens ont des façons de s’alimenter qui peuvent varier considérablement. Les ovo-lacto-végétariens consomment des céréales, légumes, fruits, légumineuses, graines et « fruits à coques » (le terme anglo-saxon est « nuts ». Cela inclut : noix, noisettes, amandes, cacahuètes, etc.), ainsi que des produits laitiers et des œufs, et excluent de leur alimentation la viande, le poisson et la volaille. Les lacto-végétariens excluent les œufs en plus de la viande, du poisson et de la volaille. Le modèle alimentaire des végétaliens, ou végétariens stricts, est le même que celui des lacto-végétariens, en excluant les produits laitiers et les autres produits animaux. Même à l’intérieur de chacun de ces modèles alimentaires, des variations considérables peuvent exister dans la façon dont les produits animaux sont plus ou moins strictement exclus.
Les personnes qui choisissent des alimentations macrobiotiques sont fréquemment considérées comme végétariennes. L’alimentation macrobiotique est basée largement sur les céréales, légumineuses, et légumes. Les fruits, les fruits à coques, et les graines sont utilisés en petite quantité. Certaines personnes qui suivent une alimentation macrobiotique ne sont pas vraiment végétariennes parce qu’elles utilisent quelquefois du poisson. Quelques personnes qui « s’autoproclament » végétariennes, ne le sont pas du tout car elles mangent du poisson, de la volaille, et même de la viande. Des études ont identifié ces végétariens « autoproclamés » comme semi-végétariens et ont défini ce terme comme correspondant à des personnes mangeant de la viande occasionnellement en ayant une alimentation végétarienne prédominante ou bien à des personnes consommant du poisson ou de la volaille moins d’une fois par semaine. Une évaluation individuelle est nécessaire pour estimer avec précision la qualité nutritionnelle de l’alimentation d’un végétarien ou d'une personne qui se dit végétarienne.
Parmi les raisons fréquemment rencontrées en faveur de l'alimentation végétarienne, on trouve les préoccupations pour la santé, la protection de l’environnement, et la protection animale. Les végétariens citent aussi des raisons économiques, des considérations éthiques, les questions de la faim dans le monde, et des croyances religieuses.
Les tendances relevées chez les consommateurs
En 2000, environ 2,5% de la population des Etats-Unis (soit 4,8 millions de personnes) suivaient constamment une alimentation végétarienne et affirmaient qu’ils ne mangeaient jamais de viande, de poisson ou de volaille. Légèrement moins de 1% des personnes sondées étaient végétaliennes. D’après ce sondage, le profil statistique du végétarien se dessine ainsi : résidant sur la côte Est ou Ouest, dans de grandes villes, et de sexe féminin. Environ 2% des enfants et adolescents âgés de 6 à 17 ans aux Etats-Unis sont végétariens, et à peu près 0,5% de ce groupe d’âge est végétalien.
En se référant à une étude de 2002, 4% des adultes canadiens sont végétariens, ce qui représente environ 900 000 personnes. Les facteurs qui peuvent augmenter le nombre de végétariens aux Etats-Unis et au Canada dans le futur, sont un intérêt croissant pour le végétarisme ainsi que l’arrivée d’immigrants issus de pays où le végétarisme est une pratique courante. Vingt à 25% des adultes aux Etats-Unis indiquent qu’ils mangent au moins 4 repas sans viande chaque semaine ou « suivent une alimentation végétarienne de manière régulière ou occasionnelle », ce qui démontre un intérêt pour le végétarisme. Preuves supplémentaires d'un intérêt croissant pour le végétarisme : l’émergence de cours sur les droits des animaux et l'éthique dans les universités ; la prolifération de sites Web, magazines et lettres d’information, et livres de cuisine ayant pour thème le végétarisme ; et l’attitude du public qui tend à commander un repas végétarien à l'extérieur. Plus de 5% de ceux qui ont participé à une étude datant de 1999, ont dit qu’ils commandaient toujours un repas végétarien quand ils mangeaient dehors ; près de 60% commandaient « quelquefois, souvent ou toujours » un plat végétarien au restaurant.
Les restaurants ont répondu à cet intérêt pour le végétarisme. L’Association Nationale des Restaurants indique qu’aux Etats-Unis, parmi les restaurants qui ont un service de tables, 8 sur 10 offrent des plats principaux végétariens. Les fast-foods commencent à proposer des salades, des sandwichs végétariens, et d’autres choix végétariens. Beaucoup d’étudiants se considèrent eux-mêmes comme végétariens. En conséquence, la plupart des restaurants universitaires proposent des plats végétariens.
On observe aussi un développement de l’intérêt pour la nutrition végétarienne chez les professionnels ; le nombre d’articles liés au végétarisme dans la littérature scientifique est passé de moins de 10 articles par an à la fin des années 1960 à 76 articles par an dans les années 1990. De plus, le sujet central des articles a évolué. Il y a 25 ans et plus, les articles traitaient principalement de l'adéquation, au niveau nutritionnel, de l’alimentation végétarienne. Plus récemment, les articles ont pour thème l’utilisation de l’alimentation végétarienne dans la prévention et le traitement médical. Les études épidémiologiques sont en nombre croissant, tandis que les études de cas isolés et les courriers des lecteurs se font moins nombreux.

On reconnaît de plus en plus les bénéfices des alimentations essentiellement végétales, définies comme incluant de généreuses quantités d’aliments végétaux et des quantités limitées de produits animaux. L’Institut Américain pour la Recherche sur le Cancer et le Fond Mondial pour la Recherche sur le Cancer incitent à choisir une alimentation principalement basée sur les végétaux, riche d’une variété de légumes, fruits, légumineuses et de féculents de base, peu raffinés, et une consommation limitée de viande rouge, si toutefois de la viande rouge est consommée. L'Association Américaine du Cancer (The American Cancer Society) recommande de choisir le plus possible d'aliments issus des végétaux. L’Association Américaine du Cœur (The American Heart Association) recommande de choisir une alimentation équilibrée centrée sur les légumes, les céréales, et les fruits, et la Fondation Canadienne contre les attaques cardiaques recommande d’utiliser des céréales et légumes à la place de la viande comme élément central du repas. Les Directives Diététiques Unifiées développées par l'Association Américaine du Cancer, l’Association Américaine du Cœur, les Instituts Nationaux Américains de la Santé, et l’Académie Américaine de Pédiatrie appellent à une alimentation basée sur une variété de produits végétaux, incluant des produits céréaliers, des légumes, et des fruits pour réduire le risque des principales maladies chroniques.
Disponibilité de nouveaux produits
Aux Etats-Unis, le marché des produits végétariens (succédanés végétaux de la viande, laits végétaux et plats végétariens qui remplacent directement la viande et les autres produits animaux) était estimé à 1,5 milliard de dollars en 2002, en progression par rapport aux 310 millions de dollars en 1996. On prévoit que ce marché devrait pratiquement doubler d’ici 2006 pour atteindre 2,8 milliards de dollars. Au Canada, les ventes de produits imitant la viande ont plus que triplé entre 1997 et 2001.
La disponibilité facile de nouveaux produits, incluant les aliments enrichis et les aliments prêts à l’emploi pourrait avoir un effet important sur les apports nutritionnels des végétariens. Les aliments enrichis tels que les laits de soja, les produits végétaux imitant la viande, les jus de fruits, les céréales pour petits-déjeuners peuvent amener des apports considérables en calcium, fer, zinc, vitamine B12, vitamine D, et vitamine B2 (riboflavine). Les aliments végétariens « tout prêts » comprenant sandwichs végétariens, saucisses végétales, plats surgelés, nourritures en pot ou conserve, et lait de soja rendent la vie d'un végétarien beaucoup plus facile aujourd’hui que par le passé. Les produits végétariens sont facilement disponibles, autant en supermarchés que dans les magasins d'alimentation biologique. L'achat des produits végétariens se fait environ pour moitié en supermarché et pour l’autre moitié en magasin d'alimentation biologique. Les trois-quarts des ventes de lait de soja ont lieu dans les supermarchés.
Position officielle publique sur les alimentations végétariennes
Le Guide de conseils diététiques Américain déclare que « l’alimentation végétarienne peut être compatible avec les Recommandations Diététiques pour les Américains, et correspondre aux Apports Journaliers Recommandés en nutriments ». Il donne des conseils pour satisfaire les besoins nutritionnels de ceux qui choisissent d’éviter tout ou partie des produits animaux. Certains ont dit que ces conseils diététiques sont le mieux suivis en adoptant une alimentation végétarienne ou une alimentation riche en végétaux. Les guides alimentaires nationaux comprennent des choix végétariens. Les aliments habituellement consommés par les végétariens comme les légumineuses, le tofu, les burgers au soja, et le lait de soja enrichi en calcium sont inclus dans la liste accompagnant la Pyramide des aliments du Ministère de l’Agriculture des Etats-Unis. Le Guide canadien pour une Nutrition bénéfique à la Santé peut être utilisé par les lacto et ovo-lacto-végétariens. Le Ministère Canadien de la Santé a statué que les alimentations végétariennes bien planifiées apportent un bon statut nutritionnel et un état de santé satisfaisant.
Implications du végétarisme sur la santé
Les alimentations végétariennes offrent de nombreux avantages, parmi lesquels des taux moins élevés en graisses saturées, cholestérol, et protéines animales et des niveaux plus élevés d’hydrates de carbone (glucides), fibres, magnésium, bore, vitamine B9 (folate) et des antioxydants (vitamines C et E), caroténoïdes, et des phytochimiques. Certains végétaliens peuvent avoir des apports en vitamine B12, vitamine D, calcium, zinc, et occasionnellement en vitamine B2 plus faibles que ceux recommandés.
Végétarien & Végétalien PAGE PRINCIPALE
Végétarien & Végétalien Des cadavres dans toute l'alimentation

Végétarien & Végétalien LA VIVISECTION : CRUELLE ET INUTILE

Végétarien & Végétalien LES REACTIONS QUE NOUS RENCONTRONS

Végétarien & Végétalien LES PROTEINES

Végétarien & Végétalien POSITION OFFICIELLE DE L’ASSOCIATION AMERICAINE DE DIETETIQUE ET

DES DIETETICIENS DU CANADA SUR LES ALIMENTATIONS VEGETARIENNES


Végétarien & Végétalien Le végétarisme selon les périodes de la vie

Végétarien & Végétalien Considérations nutritionnelles concernant les végétariens

Végétarien & Végétalien MANGER DE LA VIANDE = TUER DES ANIMAUX

Végétarien & Végétalien LES LIENS

Végétarien & Végétalien LES ANIMAUX DANS L'INDUSTRIE

Végétarien & Végétalien GUIDE PRATIQUE POUR LES VEGETALIENS PENDANT LA GROSSESSE

ET L’ENFANCE


Végétarien & Végétalien GASPILLAGE ALIMENTAIRE, POLLUTION ET FAMINE

L’EVOLUTION VERS LE VEGETARISME ET LE VEGETALISME

Végétarien & Végétalien VITAMINE B12

LES ASSOCIATIONS VEGETARIENNES ET VEGETALIENNES

L’ALIMENTATION VEGETARIENNE ET VEGETALIENNE

Végétarien & Végétalien L’AGRICULTURE VEGETALIENNE




Végétarien & Végétalien POSITION OFFICIELLE SUR LES ALIMENTATIONS VEGETARIENNES (Médecines douces - Diététique, Alimentation)    -    Auteur : Maria - Canada


6939 visiteurs depuis 2007-03-14
dernière mise à jour : 2007-03-15

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Médecines douces >> Blog #249