Médecines douces - Ostéopathie
TOUT SUR L'ASTHME, ou comment se soigner de cette maladie de manière simple

LIEN

Le point d'arrêt de la crise d'asthme CLIQUEZ ICI

En mémoire de mon fils Franck (1964-1974) victime de l'asthme, le jour de ses 10 ans.

Ne dit-on pas que : tout ce qui s'est réalisé a d'abord été rêvé ?

Information liminaire
· Le 15 Juillet 1974, mon fils Franck décédait le jour de ses dix ans dans une ultime crise d'asthme et suite à un surdosage de théophylline dû à une erreur de délivrance de suppositoires "adultes" au lieu et place "d'enfant".
Toute la littérature médicale reconnaît ce type d'erreur comme principale cause de décès chez l'enfant, pourtant, après 11 années de procédures (souvent humiliantes) j'ai été débouté de ma plainte contre le pharmacien responsable de l'erreur et condamné aux dépens.
Tout ça parce que la Justice avait demandé aux experts : le médicament a-t-il pu être à l'origine du décès ? Et que les experts ont répondu : oui, il a pu être à l'origine du décès ! Interrogés, ils m'ont répondu : ah, si la Justice avait posé la question : le médicament est-il à l'origine du décès, nous aurions répondu OUI, il est à l'origine du décès !
Surtout ne pas se mouiller, quant on peut jouer sur des conjugaisons de verbe qui permettent de bafouer tous les écrits médicaux et éviter à un irresponsable d'être condamné à 35.000 F de dommages et intérêts (oui, pas plus, c'est codifié par la Justice en matière d'affaire civile).
Le médecin spécialiste qui avait ordonné ce médicament, n'était même pas au courant qu'il n'était plus fabriqué sous la forme "enfant" depuis 1972 à cause des dangers qu'il représentait. Son comportement dans cette affaire a été ignoble, allant jusqu'a un faux témoignage, tellement gros qu'il a été rejeté par les experts. J'ai créé les pages web relatant cette insane comédie dans tous ses détails : comportement de la médecine, de la Justice, trahison d'Avocat, du syndicat de la pharmacie, etc... preuves à l'appui.
Fin 1984, je découvrais le mécanisme qui est à l'origine de cette pathologie et m'installai à Bayonne. Depuis, j'ai traité avec succès plusieurs milliers d'asthmatiques, tout en perfectionnant ma méthode jour après jour et en rédigeant mes observations pour les déposer régulièrement à la Bibliothèque Nationale de Paris.

Jacques R. Gesret§jacques3[1] 29 - 10 - 1941
Recherche fondamentale sur les pathologies du système immunitaire
Enseignement supérieur privé, formation de praticiens
Travaux consultables :
Bibliothèque de l'Académie Nationale de Médecine, Paris
Bibliothèque Nationale de Paris ; Bibliothèque de Bordeaux

Informations
Je ne suis sponsorisé par aucun laboratoire (contrairement à ceux qui maîtrisent mondialement l'information sur l'asthme) , ainsi, n'ai-je à remercier qui que ce soit.
Mes recherches depuis 1984, mes investissements, ce site Internet, ne sont financés que par par mon seul travail personnel, ce qui garantit mon indépendance totale vis-à-vis d'un système commercial ou corporatif. Quand j'évoque les difficultés rencontrées auprès de la médecine, je parle des instances dirigeantes et en aucun cas des médecins en particulier avec qui j'ai souvent d'excellentes relations. Je suis donc ouvert à tout contact médical, quel qu'il soit, pour remettre la totalité de mes travaux et faire la démonstration de leur exactitude car il s'agit d'une découverte clinique et non d'une médecine alternative.
Je recherche des personnes bénévoles pour traduire en d'autres langues des pages de ce site. Si vous pouvez m'aider, contactez-moi, je vous en serais très reconnaissant.
Je tiens à remercier chaleureusement tous ceux et celles qui ont déjà réalisé les traductions en Anglais, Allemand, Espagnol, Néerlandais, Russe me permettant ainsi d'obtenir une audience internationale.
Sujet
Etude originale sur les origines des pathologies viscérales ou cutanées : allergie, asthme, eczéma, psoriasis, etc.

La structure gouverne la fonction
et l'origine des effets se trouve dans la cause !

Cet axiome est le point de départ d'un travail commencé en 1984, qui est orienté sur l'observation des anomalies structurelles constantes dont sont porteurs les patients atteints de pathologies aussi diverses qui font l'objet de cette étude, mais qui présentent toutes des points communs et des variantes constantes.
Cette voie, sortant totalement des concepts classiques, apporte un éclairage nouveau sur l'origine de ces pathologies handicapantes et sur les moyens thérapeutiques simples pour y remédier par la voie des structures. Par exemple : si la fonction auditive est déficiente, le praticien explorera la structure de l'oreille car c'est là que se trouve généralement la cause.
Ce principe est admis de la médecine et de la chirurgie.

Pourquoi, lorsqu'il s'agit de la fonction respiratoire,
ce principe n'est-il jamais appliqué ?

On se contente d'une exploration fonctionnelle, sans jamais s'occuper d'explorer la structure !
Pourtant, l'analyse de la structure thoracique, qui indéniablement gouverne la fonction respiratoire, fait apparaître que l'asthmatique est systématiquement porteur d'une anomalie constante : un de ses hémitorax présente un déficit d'ampliation du fait qu'il est en position de postériorité fixée par rapport à l'autre.
Cet hémithorax présente toujours une série de subluxations chondrocostales portant sur les trois premières côtes (à droite dans plus de 90% des cas, à gauche ou bilatérale dans les 10% restant). Une pression rythmique exercée sur la subluxation chondrocostale de la seconde ou troisième côte ... déclenche la crise d'asthme en quelques secondes, mais vous découvrirez dans cette étude qu'il existe un autre point qui, lorsqu'il est sollicité, fait cesser une crise en quelques inspirations.

Son efficacité est remarquable et il ne coûte rien !

Difficultés
Une autre partie traite des difficultés rencontrées, depuis 1985, pour faire reconnaître ces travaux. Innombrables démarches effectuées auprès des responsables politiques, responsables de la Santé, Présidents de la République, Premiers Ministres, Ministres de la Santé, DGS, revues, journaux, associations, etc ... Leur attitude !
Je ne demande qu'une chose : présenter mes travaux devant une commission scientifique (composée de pneumologues, allergologues, dermatologues et spécialistes en neurophysiologie).
Cette découverte, permettant de guérir un asthmatique en trois à quatre séances d'une heure de thérapie manuelle, est à la portée d'un grand nombre de kinésithérapeutes (trois jours de formation intensive.
Dans mon site, je livre des informations sans contrepartie, simplement dans l'espoir de sensibiliser des chercheurs, des praticiens de santé, des patients qui se reconnaîtraient dans mes descriptions et, pourquoi pas ... des investisseurs dans mon projet de création d'un centre spécialisé dans le traitement de ces pathologies !

La fonction et la structure
Nous allons aborder une recherche originale qui n'a jamais été envisagée à ce jour par la médecine dans les mécanismes de l'asthme et des allergies : la voie des structures.
Pour qu'une nouvelle fonction et une nouvelle structure se mettent en place, il faut beaucoup de temps et un très grand nombre de générations ; cela s'appelle une mutation. Dans le règne animal (dont l'homme fait partie), au cours de son évolution, certaines espèces ont voulu sortir de la vie aquatique.
Mais pour sortir de l'eau il fallait de nouvelles fonctions : respiration aérienne, déplacement, etc...
Pour réaliser ces fonctions de nouvelles structures se sont créées : poumons, membres, etc... Mais les poumons n'étant que de simples poches molles et fragiles, une superstructure osseuse, à la fois rigide et mobile, s'est mise en place pour pouvoir les protéger, les dilater et les compresser.
La fonction respiratoire aérienne était réalisée et :
- on ne peut pas dissocier cette fonction de sa structure !
Si la structure respiratoire vient à être perturbée, la fonction le sera obligatoirement aussi, c'est évident !
Pourquoi donc se limiter à l'exploration fonctionnelle dans le cas de l'asthme ? Alors que dans les autres spécialités on procède toujours à une exploration structurelle : oreille, oeil, main, pied, etc...

Définition généraliste de l'asthme
L'asthme, d'après la littérature :
- est une gêne respiratoire provoquée par une grande difficulté à expirer, qui survient par accès. Il se déclare à tout âge, apparaît, disparaît, ou persiste avec une variabilité imprévisible, il est conditionné par le rétrécissement intermittent des bronches sous l'effet d'un spasme de leurs muscles lisses et d'une obstruction par les sécrétions bronchiques.
Le caractère essentiel de l'asthme est :
- d'être une difficulté (dyspnée) expiratoire, évoluant généralement par crises fortes (paroxystiques), séparées par de longues périodes de calme absolu.
Respiration, difficulté expiratoire :
- l'inspiration est courte et silencieuse, tandis que l'expiration, prolongée, pénible et bruyante, exige un effort manifeste.
Mais il existe une autre forme de dyspnée
La difficulté (dyspnée) inspiratoire qui passe inaperçue et qui est considérée à tort comme étant une crise d'asthme.
Dans ce cas les phénomènes constatés sont totalement à l'inverse :
- l'inspiration est prolongée et bruyante, nécessitant un effort manifeste, provocant une dépression au niveau du creux sus-sternal ; par contre l'expiration est courte et silencieuse. Dans ce cas on constate qu'il s'agit d'un spasme constricteur pharyngé (faux asthme) et non d'un spasme constricteur bronchique (vrai asthme).

L'asthme en chiffres en France
Il y a 2,5 à 3 millions de personnes touchées par l'asthme dont 1/4 d'enfants et d'adolescents. Chaque jour, rien qu'en France, 7 personnes meurent d'une crise d'asthme, c'est-à-dire une toutes les 3 heures et demi. C'est bien plus que du sida et on en parle beaucoup moins.

Chronologie de mes recherches et de mes découvertes sur l'asthme
Le 15 Juillet 1974, le jour de ses dix ans, mon fils Franck décédait au cours d'une ultime crise d'asthme. A partir de cet événement qui a bouleversé mon existence, je n'ai eu de cesse que de comprendre pourquoi !
N'ayant pas obtenu de réponses à mes questions dans la littérature médicale sur ce sujet, je me suis orienté vers d'autres systèmes pour les étudier : auriculothérapie et acupuncture traditionnelle chinoise. Dès 1980, je me suis mis à pratiquer ces disciplines, ce jusqu'en 1984, date à laquelle j'ai changé de région pour m'installer à Bayonne. C'est là que j'ai effectué les observations qui m'ont orienté vers la compréhension des pathologies comme l'allergie, l'asthme, l'eczéma et le psoriasis.
Le lien s'est fait lorsque j'ai découvert que toutes ces pathologies avaient un point commun et de légères variantes qui les différenciaient. Toutes ont en commun des dérèglements de la structure, à commencer par un bassin de travers, qui va entraîner une attitude compensatrice et placer le haut du thorax dans une position de rotation fixée. Dans plus de 90% des cas, les asthmatique ont la partie droite du thorax bien plus basse que la partie gauche et cela est visible en plaçant simplement le sujet sur le dos.
Sur la photo§Infant1a[1] (l'enfant se sentant "bien droit"), on distingue parfaitement les anomalies qui sont présentes chez un asthmatique : abaissement du thorax droit (+ de 90% des cas) ; inclinaison de la tête (du côté opposé à la jambe "courte" - la perspective ne le montre pas mais c'est la droite qui est "courte") ; ouverture angulaire différente d'un pied à l'autre ; épaule gauche "remontée" par rapport à la droite ; muscles pectoraux tendus en permanence (dans le but inconscient de bloquer le mouvement des 3 ou 4 premières côtes).
Si votre enfant est asthmatique, placez-le dans les mêmes conditions, demandez lui de se sentir "droit" et observez les points que j'ai mis en évidence. Quelques cas (rares) sont à l'inverse de cette description, d'autres (très rares) ne sont pas dans ce système de rotation, mais présentent les deux épaules bloquées "en avant".

Description des mécanismes de l'asthme
Comment ces messages articulaires peuvent-ils être mal interprétés ?
Simplement parce qu'ils sont en dehors des normes habituelles et qu'au niveau des ganglions nerveux dans lesquels il arrivent - et ou arrivent également les informations viscérales ou cutanées - une confusion s'établit exactement comme dans le cas de l'infarctus où le message douloureux provenant du coeur est perçu comme venant du bras gauche.
On appelle cela une information projetée ou fantôme.
Dans le corps, tout est régi par deux grands systèmes : le sympathique et le parasympathique. En gros, pour simplifier, le parasympathique a un rôle freinateur ou constricteur et le sympathique un rôle accélérateur ou dilatateur.
C'est le cas pour les bronches : les fibres sympathiques d'origine médullaire issues des étages thoraciques supérieurs (T1, T2, T3 et T4) sont broncho-dilatatrices, alors que les fibres parasympathiques issues du nerf pneumogastrique (C3, C4 et C5) sont broncho-constrictrices. Si cet équilibre est rompu par un déficit de l'action des fibres sympathiques, une réaction constrictive se produit sur les bronches. A chaque inspiration, un peu profonde, sollicitée par un effort physique, par le rire, par un effort pour tousser, etc., le mouvement d'élévation des côtes supérieures va être perturbé par leur mauvaise position, le volume inspiré va être réduit, et des messages articulaires anormaux vont être produits.
Note : du fait que ces messages sont à l'origine de la crise d'asthme, le sujet, inconsciemment, bloque sa cage thoracique en position de fermeture et adopte une respiration abdominale (diaphragmatique) qui ne sollicite pas ses côtes supérieures. Ses épaules sont remontées et «en avant» par la contraction de ses muscles pectoraux qui sont toujours tendus à l'extrême, même au repos. Tout le monde peut le vérifier, il suffit de palper l'entrée de l'aisselle pour en avoir la preuve).
La technique de traitement de l'asthme
Elle est très simple et est à la portée de tout médecin ou kinésithérapeute sachant déjà pratiquer les techniques de manipulation ostéo-articulaires structurelles (ostéopathie, chiropractie, etc...). Une simple formation spécifique de trois jour, à leur cabinet et sur les pathologies citées, suffit pour les rendre immédiatement opérationnels. Ma technique est très douce puisqu'elle me permet de traiter aussi bien un enfant de trois semaines qu'un personne de 75 ans et plus.
Le traitement de l'asthme consiste :
- à redonner une mobilité normale à un certain nombre d'articulations perturbées, pieds, jambes, bassin, rachis lombaire, dorsal et cervical (par des techniques personnelles, très douces, basées sur de la mise en posture et sur la respiration) ;
- à restructurer parfaitement la cage thoracique en supprimant toutes les subluxations des côtes (par des techniques personnelles, qui ne sont enseignées dans aucune école, et adaptées selon l'âge du sujet) ;
- à permettre au sujet, en étant debout, de se trouver parfaitement dans ses axes en ayant recours, si nécessaire, à un travail de podologie spécifique (qui n'a rien à voir avec les méthodes pratiquées, dont certaines relèvent tout simplement de l'escroquerie);
- à éduquer le sujet en posturologie pour qu'il apprenne à rester dans ses axes dans les positions debout, assise ou couchée ; pour le responsabiliser et lui éviter de rester dans ses habitudes inconscientes (par exemple, pour les enfants, de se vautrer sur un canapé pour regarder la télévision pendant des heures !).
Trois à quatre séances d'une heure de travail seront nécessaires pour obtenir une stabilisation durable.

Le taux de réussite dans l'asthme
Il dépasse les 90% et les seuls échecs (bien qu'il y ait une nette amélioration du confort de vie) sont dus aux problèmes de l'âge et des maladies osseuses interdisant les mobilisations articulaires.
Les surinfections à partir de bactéries antibio-résistantes ou à partir de champignons (Candidas Albicans, très fréquent), nécessitent un dépistage (examen de crachat) qui apportera la solution par l'orientation vers un ou plusieurs antibiotiques associés, et/ou un traitement antifongique.
Ceci est le travail du médecin habituel.
J'utilise ma méthode depuis 1985, ce avec un taux de réussite qui n'a fait qu'augmenter au fil de l'expérience et d'autres praticiens le font également avec les mêmes résultats. Je puis parler de guérison de l'asthme car j'ai plus de 5 ans de recul sans rechutes constatées (norme admise dans le milieu médical).
Dès la première séance, le patient retrouve la totalité de sa capacité vitale (volume d'air inspiré) avec un gain pour un adulte de 3/4 de litre à 1 litre d'air (vérifié au spiromètre). Il peut de nouveau «respirer à pleins poumons» et, très souvent n'a fait aucune crise d'asthme quand on le revoit pour la deuxième séance une semaine plus tard. Pas question de tricher ou de mentir sur ce sujet, seuls les résultats obtenus peuvent apporter la preuve de l'exactitude du raisonnement et de la réalité de l'acte thérapeutique.
De plus, ce type de soins est à la charge exclusive du patient et ne peut donner lieu à aucun remboursement : il doit donc être efficace !

Pour faire cesser une crise d'asthme
Rien de plus simple, le matériel nécessaire en cas de crise tient dans la main du malade c'est ... son index !
Dans la presque totalité des cas, les subluxations de côtes sont postériorisées à droite et le point qui déclenche la crise d'asthme est situé sur l'articulation antérieure de la deuxième ou troisième côte.
Le point d’arrêt de la crise d’asthme se trouve toujours du côté opposé.
Il est situé sous l'aisselle gauche, entre les côtes (2ème et 3ème ou 3ème et 4ème) et est (très) douloureux au toucher. C'est pas difficile, quand on le trouve avec l'index et que l'on appuie dessus, il provoque un réflexe de grimace et d'évitement. Sous le doigt, on sent «comme une boule de graisse mobile», c'est là qu'il faut effectuer un massage lent et appuyé (peu, pour être supportable) dans le sens des côtes en restant bien dans l'espace intercostal.
En même temps que ce massage, il faut effectuer de profondes inspirations et au bout de 4 ou 5, la crise cesse instantanément. Ce point agit même en dehors de toute crise d'asthme, il augmente immédiatement la capacité vitale.
Tous les asthmatiques (pas la dyspnée inspiratoire) peuvent immédiatement vérifier sur eux la présence et l'efficacité de ce point qu'aucun média n'a jamais accepté de publier depuis 10 ans.
Au salon Marjolaine, en 1996, j'ai effectué une conférence sur l'asthme et à la fin de l'exposé, tout le monde voulait des explications sur ce point.
J'ai donc fait monter 3 personnes asthmatiques sur l'estrade et leur ai déclenché la crise chacune à leur tour. Puis, j'ai démontré qu'il était aussi simple de la faire cesser avec le point en question. Comme le micro était placé près de la bouche de chaque personne, toute la salle a parfaitement entendu les bruits respiratoires liés à la crise d'asthme, constaté la difficulté expiratoire et entendu le retour à une situation normale en quelques grandes inspirations avec l'usage du point. La salle toute entière a applaudi à cette démonstration qui fournissait la preuve de l'exactitude de mes travaux. La conférence ayant été enregistrée, toutes les cassettes ont été achetées au point que j'ai dû attendre que l'on m'en duplique une pour mon usage personnel. Elles ont circulé (et circulent encore !) et de nombreux praticiens à qui leurs patients l'avaient fait entendre m'ont contacté pour en savoir plus sur mes recherches. Aujourd'hui, tout le monde peut consulter mes travaux sur mon site internet, Consulter tous les articles déjà publiés, être informé sur mes deux livres, découvrir une autre cause à la recrudescence des cas d'asthme chez l'enfant, connaître toutes les démarches que j'ai effectuées (sans succès !) depuis 1985 auprès des hommes politiques, de la médecine, des médias, et connaître les praticiens qui sont formés à ma méthode.
On ne pourra plus bloquer l'information comme cela a été pendant plus de dix ans.

A la demande de plusieurs personnes, pour qui les explications professionnelles sont incompréhensibles (je les prie de m'en excuser), voici une explication dans une langue plus simple pour trouver et utiliser le point d'arrêt de la crise d'asthme.
Ce point est situé sous l'aisselle gauche dans 90% des cas, parfois sous l'aisselle droite ou des deux côtés mais c'est très rare. (voir glossaire technique)
Donc :
· vous allez placer votre main droite à plat sur votre thorax gauche de façon à ce que votre index se trouve sous l'aisselle gauche
· vous allez appuyer et sentir l'espace entre les côtes (comme une vallée)
· vous allez appuyer et faire un mouvement de massage (en restant dans cette vallée, de façon horizontale d'arrière en avant et vice-versa)
· vous allez chercher à différentes hauteurs entre les côtes (en descendant dans l'espace du dessous ou en allant à l'espace au dessus
· vous allez trouver un point (ou plusieurs) qui va (ou vont) être très douloureux à la pression et vous allez sentir comme une petite boule de graisse (lipodystrophie) rouler sous votre doigt.

C'est le point en question !
Lorsqu'on le trouve et que l'on appuie dessus, il y a toujours un réflexe de "grimace" (il fait mal).
C'est ce point que vous allez masser doucement en appuyant un peu, juste à la limite de la douleur. Vous allez, dans le même temps, faire de grandes inspirations et vous allez constater que même en dehors de toute crise, la respiration devient plus facile et est meilleure.
Si le point le plus douloureux ne suffit pas à 100%, allez chercher si un autre est présent en dessous ou au dessus, même sous l'aisselle droite (très rare).
Utilisé de cette façon, en cas de crise, il la fait cesser en quelques inspirations profondes.

Attention :
· ce point n'est d'aucune utilité dans le cas d'une difficulté à l'inspiration (qui n'est pas de l'asthme mais un spasme de la gorge "du pharynx")
· il n'est efficace que dans l'asthme vrai (difficulté à l'expiration)
· si vous ne le trouvez pas, c'est que vous êtes dans le cas précédent.
Si vous avez besoin d'autres précisions, vous m'adressez un Email, je vous guiderai pour le trouver et l'utiliser.

La kinésithérapie respiratoire
Lorsqu'un nourrisson fait une bronchiolite ou qu'un petit enfant fait des bronchites fréquentes ... c'est un futur asthmatique !
C'est à la fois vrai et faux !
C'est faux
· une bronchiolite est virale et tous les nourrissons ne nécessitent pas une hospitalisation
· les bronchites ont des origines bactériennes, tous les enfants en font et tous les enfants ne deviennent pas asthmatiques
C'est vrai
· car lorsqu'un enfant est très encombré, la médecine a recours à la kinésithérapie respiratoire
Avantages de cette pratique
· dégage l'enfant de ses mucosités et lui permet une meilleure ventilation
Inconvénients
· provoque un grand nombre de subluxations condrocostales chez les tout petits
Conséquences
J'ai démontré et prouvé depuis des années, que les différentes formes d'asthme (vrai, pas le spasme pharyngé) étaient provoquées par une association de subluxations condrocostales :
· première côte = allergies de toutes sortes
· première côte et deuxième côte = asthme à l'effort
· première côte et troisième côte = bronchites asthmatiformes
· première côte et quatrième côte = asthme dit "cardiaque"
Constatations
depuis des années, j'ai constaté que les enfants qui ont eu beaucoup de kinésithérapie respiratoire sont ceux qui font le plus de crises et qui nécessitent des hospitalisations d'urgence.
Chez ces enfants, je trouve en moyenne entre 8 et 10 subluxations chondrocostales de T1 à T5 (refermer la nouvelle fenêtre pour revenir ici). Donc toutes ces subluxations sont à l'origine de messages nociceptifs qui sont perçus par le système central comme autant de messages sensés provenir du plexus pulmonaire : bronches et poumons.
D'où les réponses inflammatoires permanentes avec abondante production de mucus pour se défendre contre un agresseur "fantôme".
Que faire ?
S'il y a nécessité d'utiliser cette technique sur des nourrissons ou des petits enfants, il faudrait obligatoirement repositionner les côtes après chaque séance ou trouver une technique autre qu'un puissant appui thoracique frontal.
Sinon !
La médecine aura raison d'affirmer qu'un nourrisson qui fait une bronchiolite ou qu'un enfant qui fait des bronchites à répétition sera un futur asthmatique. Elle continuera à leur prescrire immédiatement de la ventoline et toute sa panoplie de produits divers.
Médecins ou kinésithérapeutes qui lisez ces lignes, vérifiez si ce que je dis est vrai, sinon démontrez moi que j'ai tort.

Tous les spécialistes et toutes les statistiques font état
d'une recrudescence des cas d'asthme.

Bien entendu, ils évoquent tous les problèmes de pollution, alors que toutes les études faites aux Etats Unis démontrent que, malgré la baisse considérable de la pollution dans certaines villes, les cas d'asthme sont toujours en augmentation, touchant particulièrement les classes pauvres de la société. Cette indication est des plus importante. Elle démontre que la pollution n'est pas la cause, alors que son rôle déclenchant et aggravant est prouvé, mais elle met surtout en avant le fait que les classes pauvres sont particulièrement touchés. Depuis que j'ai écrit ces lignes, deux années se sont écoulées et un article paru dans la presse démontre qu'en fait, cette augmentation est "artificiellement" gonflée sous l'impulsion des laboratoires pharmaceutiques et de leurs fidèles laquais que sont les "grands Professeurs médiatiques" !
J'en ai profité pour faire une page : j’accuse mais je reste sur mes positions concernant les chaussons de sport et le cartables trop lourds.

Les chaussons de sport
Ce que je vais avancer va surprendre beaucoup de gens et de spécialistes :
- l'augmentation des cas d'asthme est dû en partie au port permanent des chaussons de sport !
Je m'explique : j'ai démontré que tous les asthmatiques avaient un bassin déréglé par la présence d'une jambe courte (vraie ou fausse) - que cela les plaçait dans une attitude scoliotique - que cette attitude scoliotique entraînait une rotation de la partie supérieure du thorax -que cette rotation se fixait en provoquant des subluxations des trois premières côtes - que ces subluxations étaient à l'origine de messages nociceptifs projetés sur le plexus pulmonaire - qu'en réaction, la défense se faisait sur celui-ci sous la forme d'une bronchoconstriction et d'une inflammation permanente.
Les chaussons de sport sont fabriqués dans des pays, les plus pauvres possibles (surtout en Asie), là où la main d'œuvre ne coûte presque rien (surtout les enfants), avec des "bouts de chiffons" et des élastomères de plus ou moins bonne qualité. Nous sommes loin des chaussons conçus spécialement pour les grandes vedettes hyper-médiatiques qui participent à la promotion de la marque à grand coup de millions de $. C'est une pâle copie qui ressemble à l'original, sans en avoir aucune des qualités !

Variations dans l'épaisseur des semelles
Le drame, c'est que ces chaussons présentent, entre autres défauts, des variations dans l'épaisseur de leurs semelles, qui vont parfois jusqu'a 5mm de différence d'un pied à l'autre. Impossible de s'en rendre compte à cause de la mollesse du support qui ne fournit pas des informations proprioceptives suffisantes à la plante des pieds. Le seul phénomène visible sera que le porteur de ces chaussons défectueux s'appuiera en permanence sur la même jambe en position de repos.
Une différence de 5mm est énorme, compte tenu que l'on retrouvera le double de cette valeur dans l'inclinaison du bassin (10mm) !
Ce qui revient à dire que même pour une différence de 2mm (presque toujours le cas minimum constaté), le bassin sera incliné de 4mm ; est-ce pensable de placer un jeune enfant dans une telle situation ? C'est le mettre en situation d'attitude scoliotique ... et vous savez la suite !
Le fait de faire reposer les pieds sur une surface molle (mousse, coussin d'air, gel de silicone, etc.) ne permet pas à la voûte plantaire de se former. C'est le ressort du pied et pour être de bonne qualité, il lui faut des informations franches, et non amorties, venant du sol.
Le port permanent, dès le plus jeune âge, de chaussons de sport ne permet pas le développement de cette voûte. Bien au contraire, il favorise une hyperlaxité de la cheville et une hyperpronation du pied.

Conséquences négatives
Cette situation va entraîner bien d'autres conséquences sur l'ensemble du corps en période de croissance :
genu-récurvatum sur la jambe courte, genu-varus sur les deux, affaissement du dos, scoliose, sciatiques à 18 ans (sic),douleurs de dos très fréquentes chez les adolescents, mycoses, transpiration excessive, etc. sans compter l'asthme !
L'impact publicitaire est d'une telle puissance par l'identification à la vedette sportive, que les enfants ne veulent porter que ça et rien d'autre. On se moque de celui qui n'en porte pas, c'est ce que me disent certains parents.
Pourquoi les classes pauvres sont-elles les plus touchées par la recrudescence de l'asthme ? Qui porte le plus de baskets ? Elles ne coûtent pas cher et la mode veut qu'elles soient le plus dégradées possible, sinon le plus sale possible.
Sur le plan moral : il est particulièrement choquant de savoir qu'une forme nouvelle d'esclavage des enfants a vu le jour dans les pays les plus pauvres pour permettre de réaliser des profits faramineux à de grandes entreprises et à quelques vedettes du sport.
Michael Jordan n'éprouve aucun scrupule à toucher des dividendes provenant de cet esclavage ; il oublie, grâce à cet argent, que ses (pas si) lointains ancêtres ont lutté pour s'en affranchir. A l'occasion des jeux d'Atlanta, un journaliste lui a fait visionner un reportage sur une usine, dont il représente la marque, où l'on y voyait des enfants de 10-12 ans travailler à la chaîne.
A la question posée : cela ne vous dérange pas de voir que ce sont des enfants sous-payés qui fabriquent les chaussons 12 à 14 heures par jour ?
Il a tourné la tête en répondant : moi, je ne parle que de basket-ball !
Une enquête réalisée par la magazine Entrevue sur la fabrication de Nike, révèle que le prix de revient (main d'œuvre) de la paire de chaussons est de 5,07 F., les matières premières 38,34 F., part de Michael Jordan et d'Agassi 13,20 F. chacun, part du commerçant 124,26 F. (pour une paire vendue 300 F.), la plus vendue vaut en moyenne 650 F alors que son prix de revient est presque identique. Cela permet au PDG de Nike de gagner 1 000 000 F. par mois !
Tout ça sur le dos et sur la santé de millions de personnes dont la plus grande partie sont des enfants.

Les cartables trop lourds

C'est à mon avis, la deuxième cause de l'augmentation
des cas d'asthme chez l'enfant.

Point n'est besoin d'un long discours pour comprendre qu'un enfant de 11 ans qui porte un cartable de 13 Kg sur le dos (constaté et pesé devant témoins), ne peut qu'avoir des problèmes au niveau de l'appui des sangles sur ses épaules.
Cela se traduit directement par la subluxation bilatérale de sa première côte ou unilatérale s'il porte la sangle sur une seule épaule.
Si par suprême bonheur il porte des chaussons de sport dont les épaisseurs sont différentes (toujours le cas !), qu'il s'appuie sur sa fausse jambe courte, et qu'il porte son sac sur l'épaule homolatérale (ce qui est toujours le cas !) ... voyez vous mêmes la suite !

Les preuves commencent à voir le jour
Le Docteur Jean-Marie Testelin, Chirurgien orthopédiste, Membre de la SOFCOT, a publié des articles sur ses observations (cahier de chirurgie N°69- 1/1989 et Science & Sport, 2- 1987- 249-260) concernant la relation entre le port permanent des chaussons de sport et la fréquence des ruptures ligamentaires en dehors des pratiques sportives.
Le Docteur Monique VIGI a publié, dans le Figaro (Juillet 86) un article sur les travaux du Docteur Testelin « Après le sport, lachez les baskets !»

CONCLUSION
Maintenant c'est aux praticiens de prendre conscience de ces faits et c'est à eux d'en informer les parents pour que la statique de leurs enfants ne subissent pas des dégats irréversibles pendant toute leur croissance.
Interdire formellement le port permanent des chaussons de sport.
Et c'est aux parents de faire interdire le port de cartables trop lourds.
Témoignages pris sur le Guestbook et le Forum

Les informations sur le Forum et sur le Guestbook sont sujettes à disparition en cas de défaillance de ces services extérieurs à mon site. Beaucoup de témoignages sur le forum ont déjà disparu car les messages les plus anciens sont éliminés au fur et à mesure que des nouveaux arrivent. J'ai donc décidé de les reproduire ici.
Bonsoir à tous,
je voudrais vous apporter mon témoignage sur cette méthode qui dans le cas de ma fille Irène, de 7 ans, qui a de l'eczéma depuis l'âge de 6 mois, est en train de porter ses fruits.
Nous avons essayé un peu tout pour la soigner (crèmes, homéopathie...). Ca se calmait pendant quelque temps mais sa peau avait du mal a garder longtemps un aspect lisse (j'ai toujours essayé d'éviter les crèmes à la cortisone), et les rougeurs/démangeaisons revenaient régulièrement. Elle a commencé les séances d'ostéopathie chez M. Sebben, à Paris, il y a un peu plus d'un mois et dès la 1ère, les zones "rêches" se sont estompées (derrière les genoux, dans le creux des coudes, et derrière les cuisses), sa peau était aussi moins rouge. Toujours après la 1ère séance, elle est allée à la piscine avec sa classe ce qui en général déclenche une crise - et je dois dire que cette fois encore ça n'a pas raté ! Mais ce qui m'a étonnée, c'est que les rougeurs ont disparu en 24 heures, alors qu'avant elles traînaient et étaient renouvelées par la séance de piscine suivante (ce qui donnait des croûtes et une peau très épaisse et sèche). Elle en est maintenant à la 3è séance et la piscine (ou les bains) ne déclenchent plus des rougeurs et - plus important encore - ne la démangent plus !
Aujourd'hui sa peau a toujours besoin d'être très hydratée et par endroits elle est encore un peu rouge, mais ça n'a rien à voir avec le passé ! La peau est bcp plus lisse et sans autre intervention que les séances ! Je n'ai pas mis une seule fois de la crème à la cortisone depuis qu'elle a commencé le traitement.
Voilà, je pense que c'est une méthode qui mérite d'être essayée et qui a l'air de très bien fonctionner.
Bonne chance Elisa elisamadonna@noos.fr

Dès l'âge de 3 mois, notre fils a été soigné pour asthme et eczéma à l'aide de corticoïdes. Ces médicaments le soulageaient mais ne le soignaient pas. Nous avons eu recours à la méthode de jacques Gesret par l'intermédiaire d'un ostéopathe.
Après 3 séances, les crises d'asthme se sont espacées ainsi que l'eczéma puis ont disparues complètement.
Depuis, il ne prend plus de corticoïdes et à aujourd'hui 5 ans.
Félicitations et merci.
Bon courage pour votre combat. stephane.mn@wanadoo.fr

Bonjour ,
je me permets d'intervenir dans votre discussion . Vous avez lu la réponse (que je trouve formidable) à vos questions sur la décision que votre mère doit prendre pour guérir véritablement de cette "maladie". Parcourez le site , lisez les témoignages , et courrez vite prendre un rendez vous à lyon . Ne laissez pas passer ça !
Enfin , chacun son destin en effet .
par ailleurs , mes amitiés à vous , jacques . Je vais toujours aussi bien depuis la quasi disparition de mes pbs d'eczéma l'an dernier et c'est formidable .
J'espère que votre dos va mieux .
Encore merci ! michel-run@infonie.fr

Que préférez vous ? Voir votre enfant avaler des médicaments à répétition pour soulager les maladies liées à l'asthme ou alors trouver une solution naturelle.
C'est cette dernière que nous avons trouvée pour soigner et non soulager l'asthme.
notre enfant tout bébé faisait des bronchites asthmatiformes à répétition, de l'asthme, de l'eczéma et grâce à la méthode de Mr Gesret nous avons pu voir stopper immédiatement une crise, puis les crises se sont espacées ainsi que l'eczéma pour disparaître complètement.
Félicitations et j'espère que nos responsables ouvriront les yeux pour enfin reconnaître cette méthode et non continuer à faire le bonheur de l'industrie pharmaceutique au détriment des malades. stephane.mn@wanadoo.fr

Au Cours des randonnées en montagne que j'organise depuis des années, combien d'enfants ai-je pu voir s'émerveiller de pouvoir stopper un début de crise d'asthme tout seul en se massant le "point d'arrêt" sous l'aisselle ? Combien ai-je été triste aussi de voir des parents refuser l'évidence de l'efficacité de la méthode ou ne plus trouver la force de refuser la fatalité à laquelle ils s'étaient habitués ?
L'information passe trop lentement encore mais je suis sûr que le web permettra de plaider la cause des enfants, mais aussi celle des adultes décidés à agir.
Merci Jacques ! etienne.lang@free.fr

-------------------------
Une méthode très efficace !
J'ai 31 ans, je suis asthmatique depuis l'âge de 2 ans. J'ai eu beaucoup de traitement : théophyline, harmophyline, ventoline, bécotide, euphyline. J'ai pris ces médicaments pendant de nombreuses années, jusqu'à 30 bouffées par jour d'aérosol en traitement de fond !! En 1999, mon asthme était équilibré "grâce" aux médicaments. Mais dès que j'arrêtais, j'était gêné. A cette époque, je prenais une géllule matin et soir, plus la ventoline en cas de besoin.
En juillet 1999, j'ai eu connaissance de la méthode de Mr Gesret. J'ai pris rendez-vous avec un ostéo formé à sa méthode (P. Mazeau).
Dès la 1ère séance, il y avait une nette amélioration. J'ai pu arrêter mon traitement car je n'en ressentais plus le besoin. J'ai suivi en tout 3 séances.
Aujourd'hui, je ne prends toujours pas de médicament !
De plus, à l'époque j'avais des semelles orthopédiques, ayant une jambe plus courte que l'autre: 28 mm de différence. J'avais donc une semelle de 12 mm (dur pour les chaussures) ! Aujourd'hui, j'ai une talonnette de 3 mm !
C'est pourquoi, je tiens à remercier Mr Gesret et toutes les personnes qui l'ont suivi dans sa démarche. Merci encore ! Inivault@free.fr
-------------------------
Il est important de donner des témoignages régulièrement afin de démontrer que l'asthme peut guérir définitivement... Clara, 2 ans, n'a plus rien fait depuis sa dernière visite chez l'un de vos praticiens. Nous avons pourtant déménagé à Oxford (Angleterre), où l'humidité est constante. Les intérieurs anglais "cosy" où la moquette est partout ne semble pas la perturber et nous en sommes vraiment soulagés.
Merci encore,
Anne MehdiChenoufi@wanadoo.fr
-------------------------
Bonjour à tous .
Je ne suis pas asthmatique . Je suis (ou du moins j'étais) sujet à l'eczéma dit "atopique" , et ceci depuis plus de 35 ans ...
Je viens ici témoigner des résultats formidables obtenus . Un an après de difficiles séances , je vais maintenant très bien et c'est formidable . La dernière dermato que j'avais consulté il y a 2 ans maintenant m'affirmait ne rien faire pour moi . Certains m'on dit que c'était génétique ! Heureusement que j'ai découvert ce site web !
Michel michel-run@infonie.fr
-------------------------

Cela fait plus de 6 années que j'avais eu connaissance du fait que vous aviez trouvé un protocole pouvant soulager voire soigner l'asthme. Souffrant moi-même de ce problème, j'avais pourtant remis a plus tard de vous rencontrer, en raison de la distance (j'habite près de Genève, cote français). Vous m'avez indique dernièrement les coordonnées d'un praticien forme a votre méthode. J'avoue que je suis encore surpris des résultats. Des la 1ere séance, j'ai senti une amélioration notable, qui s'est confirmée lors de la 2eme visite. Actuellement, sur les conseils du praticien même, j'attends une stabilisation afin de voir si une troisième séance sera nécessaire. Merci du fond du cœur. Il y a si longtemps que j'avais oublie ce qu'etait respirer librement, et surtout, j'arrive a présent a récupérer correctement pendant mon sommeil (auparavant, la qualité de celui-ci laissait a désirer en raison du problème de respiration. Merci mille fois encore. Si je le puis, je n'hésiterai pas a conseiller votre méthode.
Eugène Poilane eugene.poilane@wipo.int Suisse
-------------------------
C'est avec joie que j'écris ces quelques lignes, afin de vous dire que mon petit garçon de 4 ans qui souffrait d'eczéma depuis tout petit a retrouvé sa peau de bébé. Il dort bien et ne se gratte plus.... Quel soulagement pour lui et pour toute notre famille.... Mille merci.
stramke_d@bluewin.ch
-------------------------
Merci de toutes vos recherches et de votre courage Monsieur Gesret.
Grâce à vous mon petit garçon (11 ans) se porte mieux. J'ai suivi vos conseils et le fait suivre par un des ostéopathes recommandé par vous.
Par ailleurs toujours grâce à vous je suis allée consulter un ORL qui lui a découvert par la méthode du scanner en 3D une sinusite importante
jamais découverte par le pneumologue qui se contentait des radios classiques. Je me suis même entendue dire par le radiologue qui ne voyait qu'un léger voile :" que voulez-vous l'asthme c'est génétique ou allergique , rien à y faire c'est comme de naître blonc ou brun".
Des incapables méprisants, voici ce que je pense de tous ces pédiatres, généralistes, pneumologues, naturopathes,pharmaciens que j'ai consulté, re-consulté, payé etc...
Ce qui m'ennuie encore c'est de n'avoir pas encore réussi à obtenir une analyse des crachats pour vérifier s'il n'a pas un champignon ou une bactérie particulière dans les voies respiratoires. Pourriez-vous, s'il vous plait, monsieur Gesret, m'indiquer le nom d'un médecin sur Paris qui accepterait de lui faire pratiquer cette simple analyse de crachats dont vous parlez dans votre article?
Je vous en remercie à l'avance et vous prie d'agréer mon très profond respect et toute ma compréhension et ma compassion pour votre douleur d'avoir perdu ce si gentil enfant de la photo.
A. FAIVRE Annick.Faivre@unic-paris3.fr
-------------------------
Ayant découvert ce site sur le net durant mes vacances d'été et après des débuts de crise d'asthme dues au changement de lieu (poussières); j'ai décidé d'essayer la méthode GESRET via un praticien formé par M. GESRET (F.SEBBEN - Paris). Et je peux vous dire que ça marche ! Dés la première séance, on sent une nette amélioration. Et maintenant, je me considère comme guéri.
Dommage qu'aucun de nos politiciens n'ait assez "cran" pour promouvoir cette méthode. Trop d'intérêts sont en jeu !
Merci beaucoup et bon courage. mdp@tvaengineering.com
-------------------------
Evelyne Pays-Bas
Bonjour,
Je vous remercie de l'accueil que vous nous avez réservé lors de notre visite chez vous à Bayonne. La technique que vous avez utilisée sur notre fille Céline de 4ans est très impressionnante. Apres avoir vu plusieurs docteurs ici à Amsterdam vous êtes je dois dire notre dernier espoir. Car les docteurs d'ici disent que Céline est une Asmathique et qu'elle a une allergie mais ils ne savent pas à quoi. Et qu'il faut être patient, prendre tous les médicaments qu'ils nous disent et que peut-être à l’âge de 8 ans cela passera sinon peut être à la puberté. Vous voyez l'hiver arrive et j'ai peur que son nez recoule avec les suite bien connues, toux sèche suivie d'une toux grasse, bronchite, crise nocturne vers 23 heures, manque de sommeil (surtout pour elle) tout cela pendant 2 ou 3 mois. J'appréhende un peu l'automne et l'hiver. Je souhaite de tout cœur que votre méthode ait aidée Céline. D_France@dds.nl
-------------------------
Notre fils Thomas souffrait d'asthme allergique (acariens, pollens, moisissures, animaux, latex etc...) depuis plusieurs années . Nous avons suivi différentes thérapeutiques pour éliminer son asthme ; elles ont très peu fonctionné pour lui et nous cherchions une alternative . Nous avons trouvé sur ce site une réponse qui nous a tout de suite intéressés . La première séance de soins a été la plus belle, celle où la différence a été la plus nette entre sa façon de respirer avant et après . Aucun doute, cela marchait pour lui . Quel espoir ! Restait à savoir pour combien de temps ...
Cela s'est passé il y a 2 mois . Entre temps Thomas a eu une bronchite qui nous a fait craindre que l'asthme fût sous-jacent ; mais non, il s'est estompé et nous pouvons espérer être actuellement proches de la guérison . Ses progrès au cours de ces 2 mois ont été les meilleurs obtenus jusqu'ici ; Il supporte même beaucoup mieux la désensibilisation qui ne lui provoque
plus d'aussi fortes réactions locales . Inutile de préciser combien cela
change la vie de toute la famille . Nous n'avons qu'un regret, c'est de ne
pas avoir connu cette méthode plus tôt !
d.bienkowski@lemel.fr
-------------------------
J'ai parcouru le guestbook avec beaucoup d'émotion, que de souffrance face à ces maladies . Mon fils Nicolas (3 ans ) souffre et j'ai même envie de dire souffrait d'asthme depuis l'âge de un an. Il a subit plusieurs hospitalisations dont 2 en réa !! Il a été soigné par F.Sebben sa respiration s'est beaucoup améliorée, j'ai encore quelques appréhensions à le laisser courir et jouer à sa guise. Le temps aidant nous y parviendrons. Ce site est un merveilleux message d'espoir , Jacques Gesret est une personne d'une EXTREME gentillesse , surtout d'un courage et d'une ténacité remarquable. Je ferai de mon mieux pour distribuer l'information , étant enseignante je peux aider parents et enfants (surtout en ce qui concernent le port du cartable ) Je serai ravie de correspondre avec d'autres personnes concernées sur mon E-mail. Pour terminer je voudrai dire tout simplement MERCI JACQUES
andre.klebert11@libertysurf.fr
-------------------------

Il y a 8 jours, je me croyais perdue après 7 ans de lutte contre l'asthme et l'allergie! Après une première séance de traitement avec votre méthode, à Paris, l'exostéopathe que je suis, revis... c'est déjà un merveilleux cadeau de Noël! Je vous informerais de l'évolution. Je vous répète ce qu'un grand nombre de personnes m'ont dites ces derniers temps: "accrochez-vous et tenez bon vous allez trouver la bonne porte. Pour ma part, je crois l'avoir trouvée et vous souhaite de même dans votre quête de reconnaissance. Je me charge de porter la bonne parole auprès de mes amis thérapeutes. Mille mercis. Sincères salutations. FERRETPH@aol.com

DEMARCHES DEPUIS 1985

Information liminaire
Fin 1984, je découvrais le mécanisme qui est à l'origine de cette pathologie et m'installai à Bayonne. Depuis, j'ai traité avec succès plusieurs milliers d'asthmatiques, tout en perfectionnant ma méthode jour après jour et en rédigeant mes observations pour les déposer régulièrement à la Bibliothèque Nationale de Paris. Depuis 1985, date où j'ai commencé à effectuer des démarches, je n'ai cessé d'écrire auprès des instances médicales et politiques pour pouvoir exposer mes travaux. En voici un résumé :
- en 1985, un "Patron de médecine" jugeant mes travaux intéressants se déplace de Paris pour me rencontrer et publie une petite partie de ma découverte dans sa revue syndicale professionnelle.,
- en 1987, il est menacé de sanctions par le conseil de l'Ordre pour «complicité d'exercice illégal de la médecine», tout comme une dizaine de médecins qui à l'époque m'avaient encouragé à poursuivre mes recherches.
- en 1987, un condensé de mes travaux est publié par la revue Epidaure, cet article sera repris en Italie en 1989 par la très sérieuse revue NATOM. Suite à ces parutions des médecins Italiens et Français m'ont contacté pour de plus amples informations.
- depuis 1994, nombreuses publications d'articles dans la revue "Vous et votre Santé".
- 1996, publication de mon livre "Asthme, recherche fondamentale et nouvelles thérapeutiques des pathologies du système immunitaire.
- poursuite du Dr. Lepan devant le Conseil de l'Ordre, par le Dr. Garcia , pour "préface élogieuse du livre d'un non-médecin", "encouragement à l'exercice illégal de la médecine", etc.
- formation de praticiens sur toute la France.
Nombreuses publications dans "Vous et votre Santé".
-1997, publication de mon livre "Acupuncture et ostéopathie, vérité neurophysologique".
Publication dans Effervésciences d'un article de 12 pages sur mes travaux, particulièrement bien rédigé par un clinicien qui a su faire le tour de la question.
Nombreuses publications dans "Vous et votre Santé".
Si vous ne savez pas ce qu'est "la langue de bois", lisez la suite.

Pour pouvoir présenter mes travaux, j'ai écrit :
(en recommandé + accusé réception dans la majorité des cas)
en 1985
- à l'Institut Weizmann, Israël : réponse "s'occupe uniquement de recherche fondamentale".
En 1986
- à l'association le Nouveau souffle à Paris : sans réponse.
- au Pr. François-Bernard Michel C.H.S l'Aiguelongue Montpellier (recommandé+accusé réception) : sans réponse.
- au Pr. Schwartzenberg C.H.S. Paul Brousse à Villejuif : sans réponse.
- au Dr. Paul Coste, membre de la Société Française d'Allergie : réponse et demande mes travaux, par la suite, plus rien.
- au Dr. C. André, laboratoire Fison : réponse "lorsque le recul et le nombre de cas seront plus importants, il serait peut-être possible d'envisager un soutien". Recontacté plusieurs fois depuis sans obtenir de réponse.
- à M. Jacques Chirac, Maire de Paris pour lui demander son aide auprès du ministre de la Santé de l'époque, réponse : "courrier effectué en ma faveur auprès de Mme Michèle Barzach".
- à Mme Michèle Barzach, Ministre de la Santé, réponse de M. Christian Poncet : "elle en a pris connaissance avec intérêt et m'a chargé de transmettre aux services compétents pour étude".
En 1987
- au Pr. A. Lemaire, Doyen de l'Académie de Médecine, Paris, réponse : "je n'y crois pas, n'en ayant jamais entendu parler !"
- au doyen Pierre Cornillot de la faculté de médecine de Paris : sans réponse.
- au Pr. Tourraine, C.H. Henri Mondor : sans réponse.
- au Pr. Zarifian, C.H.U. Caen : sans réponse.
- au Pr. Bazeix C.H.U. Toulouse : sans réponse.
- au Pr. Georges Halpern, Université Davis, Californie : réponse et orientation sur le Pr. Donald Payan, UC Médical Center Parnassus, Californie.
- au Pr. Donald Payan en me recommandant du Pr. Halpern : réponse de sa secrétaire Nikki Roco, nous avons bien reçu votre lettre "in french", le Pr. ne collabore pas avec une personne qui ne parle pas l'anglais.
- à Marc E. Gurney, Université Scientifique de Chicago, découvreur de la "neuroleukine" : longue conversation téléphonique et envoi de mes travaux.
- à la revue Allergy Observer, New York : sans réponse.
En 1988
- à M. Le Président de la République, réponse : "le Ministre de la Santé a été prié par mes soins de bien vouloir examiner votre dossier et lui donner les suites qu'il paraîtra possible de lui réserver".
- à M. Claude Evin, Ministre de la Santé, réponse : "votre correspondance fait l'objet d'un examen attentif de ses services". Resté sans suite."
- au Pr. Jean Bernard, gardien de l'éthique médicale Française : sans réponse.
- à M. Arnaud Nicogossian, Directeur de la Life Sciences Division, NASA, Washington : réponse et lettre de sa part au Pr. Stratis Avraméas, institut Pasteur de Paris : réponse de celui-ci "trop compliqué de vérifier mes travaux".
- aux unités de recherche INSERM :
- au Pr. Bertrand Castro, au Pr. Jean Tivolet, au Pr. Simone Perdrizet, au Pr. Michel Le Moal, au Pr. Max Fehlman, au Pr. Daniel Le Bars, au Pr. Michel Galanaud, au Pr. Guy Atlan : sans réponses.
- à l'ambassade d'Afrique du Sud qui m'a mis en contact avec le Dr. P.A. Frazer, chairman à la South African Homéopathic Association, réponse "Intéressé et demande d'envoi des travaux".
- au Ministère de la Santé Belge, réponse : "nous ne pouvons pas vous entendre, vous n'êtes pas médecin !".
- à la DASS de Monaco qui m'a recommandé de prendre contact avec les Dr.Marchisio et Sioniac au C.H Princesse Grace, réponse : retour de ma lettre sans même l'avoir ouverte.
- au Ministère de la Santé Espagnol, réponse : "prendre contact avec l'institut Juan Carlos II à Madrid", envoi des travaux.
- à l'Office Fédéral de la Santé, Suisse, réponse : "communiquer mes travaux au Dr. G. Anselmi, promotion et intégration des méthodes alternatives dans la médecine", sans réponse depuis.
- aux Services de Santé d'Australie, d'Autriche, de Suède, du Japon, du Luxembourg, du Danemark, d'Angleterre, des Pays-Bas, etc : sans réponses.
En 1989
- à M. Le Président de la République pour lui demander son aide, réponse de M. Michel Jau, Chargé de mission : "j'ai transmis votre correspondance au Ministre de la Santé".
- courrier transmis à M. Claude Evin, réponse : "votre dossier fait l'objet d'un examen attentif dans ses services". Sans suite.
- à M. Le Président de la République : je n'ai pas eu de réponse !
- au Ministre de la Santé, pour relancer, réponse : "s'il s'agit d'un médicament, vous devez déposer une AMM", contact téléphonique pour leur dire "vous n'avez même pas lue ma lettre dans laquelle je vous disais que je n'utilisais aucun produit..."
- a M. Arnaud Nicogossian, Dr. life Sciences Division, NASA, Washington : réponse "prendre contact de sa part avec le Dr. Alain Esterle au Centre National d'Etudes Spatiales à Paris" : sa réponse "nous ne sommes pas intéressés".
- au Dr. Jean-Noël Schmitt, envoi de mes travaux (recommandé+A.R) : sans réponse.
En 1990
- au Pr. Henri Joyeux, Prof. Agrégé à la Faculté, Université de Montpellier réponse : "vos travaux me paraissent à première vue intéressants".
En 1992
- au Dr. Denis Vincent, spécialiste (médiatique) de l'asthme, C.H Rothschild, Paris : sans réponse.
- au journal VSD, le Monde, l'Express, Nouvel Observateur, l'Evénement du Jeudi, le Figaro, Science et vie, l'Impatient, Médecines nouvelles, etc. Jamais aucun journal n'a daigné me répondre !
En 1993
- à M. Le Président de la République, récapitulatif de toutes mes inutiles démarches auprès de ses gouvernements successifs : sans réponse !
- à l'Académie Nationale de Médecine à Paris, réponse : "vous avez bien voulu adresser par R.A.R à l'Académie le condensé de votre ouvrage adressé au dépôt légal en 1992 et je vous en remercie. Il pourra ainsi être consulté en fonction de la demande".
- au Pr. Girard, Directeur Général de la Santé, réponse téléphonique du Dr. G.... (les noms ne sont pas cités car cela ne s'est pas passé par courrier) "faites moi parvenir vos travaux, au fait vous exercez illégalement la médecine". Après des mois d'attente et l'envoi d'un autre dossier, le précédent étant égaré, réponse très sèche du Dr. G.... "j'ai transmis votre dossier au Dr. P..... à la Direction de l'exercice Médical". J'ai pris contact par téléphone pour apprendre : "qu'il avait mission de me poursuivre (éventuellement) pour exercice illégal de la médecine et que mon dossier était à la DDASS de Bayonne", réponse de ma part "faites moi un procès, vous me rendrez service, cette affaire sortira enfin au public", cette proposition n'a pas semblé l'intéresser !
- à l'Ordre hospitalier de Malte, au Prince Guy de Polignac, réponse : "nos programmes de lutte contre la maladie et la misère dans le monde sont déjà très chargés et nous ne pouvons pas y ajouter un programme nouveau." (Leur devise est pourtant "servir telle est notre conception de l'Ordre")
- à 5 Facultés de médecine, seule Strasbourg a donné suite en transmettant mon dossier au Professeur Gabrielle Pauli, Hôpital civil, pavillon Laënnec, service de Pneumologie.
4 mois plus tard n'ayant eu aucun contact, je lui ai adressé un courrier, voici sa réponse :
Sa mission était d'étudier mon travail, ce qui n'a pas été fait, les rédacteurs d'articles dans les revues entièrement subventionnées par les laboratoires seraient-ils plus qualifiés ?
- à N.A.D en Suisse, spécialistes de l'asthme, >réponse catégorique de M. J. Kruit, Directeur : (dans la collection "Les réponses savoureuses")
1994
- à Alain Madelin, Ministre du développement économique, réponse de Xavier Palisson, Chef de Cabinet : dossier transmis à Monsieur Douste-Blazy, Ministre délégué à la Santé".
- à Monsieur Douste-Blazy, réponse de son Chef de Cabinet, J.P Le Divenah : "il m'a demandé de l'examiner avec la plus grande attention afin qu'une réponse appropriée "
- à Monsieur Le Divenah, pour lui demander s'il voulait, au minimum, les documents pour son examen : pas de réponse.
- au Directeur de Cabinet, Monsieur Henri Paul, même démarche : pas de réponse.
- à Philippe de Villiers, Michel Rocard, Raymond Barre : sans réponses.
- à Jacques Chirac : réponse de Colette Caramino, chargée de mission "courrier transmis à Madame le Ministre d'Etat, ses services ne manqueront pas, naturellement, de vous informer directement de la suite"
- à Jacques Chirac : réponse de Christian Charpy, Directeur de Cabinet "il vous faut soumettre pour publication vos travaux dans des revues scientifiques"
- à l'association "asthme", Présidée par le Pr; F-B Michel (celui qui ne m'a jamais répondu depuis 1986 !), réponse : "si on est convaincu, on vous convoquera" (ils n'avaient aucun élément du dossier !)
- à Edouard Balladur : réponse de Vincent Soetemont " j'ai été chargé de rappeler votre dossier à Monsieur Douste-Blazy".
- à William Leymergie, Antenne2, 3 fax et une dizaine de coups de téléphone, profitant d'être reçu au Ministère de la Santé, je voulais lui faire part de l'existence du point d'arrêt de la crise d'asthme en espérant qu'il en parle dans le magazine santé de son émission télématin : pas une seule réponse, jusqu'au jour où ... je lui ai dit qu'il avait été excellent dans la présentation des petits pois frais ! (voir article "médecines douces et information")
- à 34 associations proches des patients et de la médecine : aucune réponse.
- aux journaux : l'Humanité, la Croix, le Canard enchaîné, Le meilleur, le Figaro, bien être et santé, 50 millions, de consommateurs, l'Impatient : sans aucune réponse.
- à Monsieur le Président Valéry Giscard d'Estaing, réponse personnelle (le seul en 10 ans) : m'indique les personnes qui m'apporteront leur aide.
- rendez-vous accordé (1/06) par le Pr. Dominique Bertrand, Conseiller technique du Ministre de la Santé : j'ai été reçu et écouté avec la plus grande attention (20 mn, à l'heure du repas !), une note est transmise à la D.G.S.
- à Monsieur Jacques Chirac, réponse d'un chargé de mission auprès de son Chef de Cabinet : "votre situation a immédiatement été signalée à Madame le Ministre d'état, Ministre des affaires sociales, de la Santé et de la ville, compétente en la matière"
- à Monsieur le Premier Ministre, Edouard Balladur, réponse du Chef du Service des Interventions :"Soyez assuré que la question que vous évoquez a retenu toute son attention et que Monsieur Edouard Balladur a pris note des préoccupations dont vous avez bien voulu lui faire part., à sa demande, j'ai transmis votre correspondance à Monsieur Douste-Blazy, en soulignant l'objet de votre démarche"
- à Edouard Balladur : réponse de Vincent Soetemont " j'ai été chargé de rappeler votre dossier à Monsieur Douste-Blazy".
1995
- à Michèle Alliot-Marie : réponse "je ne manquerai pas d'en faire part aux instances concernées".
- à Madame Bernadette Chirac, réponse : "votre situation me touche, et c'est très volontiers que je transmets votre dossier à la meilleur attention de Madame Simone Veil, en espérant qu'il lui sera possible de vous proposer une solution".
- à Monsieur Jacques Chirac, Président de la République : sans réponse.
- à Madame Bernadette Chirac, Première Dame de France : sans réponse.
- à Madame Elisabeth Hubert, Ministre de la Santé : sans réponse
1996
- diverses démarches avec le même insuccès.
1997
- lettre ouverte à Jacques Chirac, lui demandant son aide : aucune réponse.
- à Claude Allègre, réponse du Dr. Jean Rey, un de ses conseillers : "il n'existe pas de commission scientifique objective, je vous conseille d'écrire des articles et de les soumettre à des journaux médicaux".
- à Nicole Notat, réponse de Marie-Solange Dubes, son assistante : "J'ai transmis votre dossier à Monsieur Jean-Marie Spaeth, Président de la CNAM, qui, à n'en pas douter, s'emploiera à vous mettre en relation avec des responsables compétents sur le sujet".
- à Monsieur Jean-Marie Spaeth : sans réponse
- nombreuses autres démarches auprès de médecins spécialistes avec absence de réponses systématique !
1998
STOP plus aucune démarche !
Bilan de 13 années de démarches :
- je vous laisse le libre choix des conclusions ;o)

Le marché de l’asthme
Peut-être avez-vous seulement parcouru les pages de ce site ou bien les avez-vous lues avec un certain intérêt. Peut-être vous êtres vous aussi posé cette question :

Si ça marche aussi bien qu'il le dit,
pourquoi sa méthode n'est-elle pas connue depuis le temps qu'elle existe ?

Je pense que vous avez lu la liste des démarches effectuées depuis 1985. Elle est incomplète, sinon elle eut été trop longue et fastidieuse, mais vous avez constaté que personne ne répond franchement à aucune démarche, passe le dossier à un sous-fifre qui m'adresse une vague réponse et, le classe ... dans la poubelle !
Aucun homme politique n'a réellement l'envie (ni le pouvoir) de faire avancer un dossier comme le mien car il dérange "l'establishment" médico-pharmaceutique en place avec lequel il a des liens privilégiés. Il n'est pas question de remettre en cause un pouvoir absolu qui règne en maître sur des millions de malades car toute une industrie s'est construite sur, et autour, de la maladie en dégageant des bénéfices énormes qui lui permettent d'intervenir sur la "politique de santé" de tous les pays.

Un dossier brûlant comme le mien, n'a aucune chance d'être publié dans des revues médicales car elles dépendent toutes des laboratoires pharmaceutiques. Toutes mes tentatives ont échouées lamentablement du fait que personne n'a jamais daigné me répondre. Les revues dites de "médecines alternatives" ou "douces" fonctionnent sur le même principe : soit la direction de la publication est constituée de médecins, soit elles vivent de la publicité payée par les laboratoires qui fabriquent toutes sortes de "saloperies" censées faire perdre du poids, de la cellulite, etc ... et surtout de l'argent quand ce n'est pas la santé de ceux qui les ingurgitent (certaines personnes sont décédées ou gravement handicapées pour avoir consommé des gellules de plantes qui étaient vendues sans aucun contrôle de leur nocivité).
Publier une information qui permettrait de se passer de produits, dans une société qui a tout basé sur la "consommation", serait à l'encontre de tous leurs principes.
L'entreprise Rhône-Poulenc montre même une attention toute désintéressée pour l'état de nos bronches. En août 1995, Michel de Rosen, directeur de la branche pharmaceutique du groupe, commentait ainsi pour « Le Point », l'achat du labo anglais Fisons:
« Nous voulons devenir un leader dans quelques domaines thérapeutiques comme les allergies, la cancérologie, l'asthme (...). L'asthme est le cinquième "marché" pharmaceutique mondial. Aux Etats-Unis, c'est la première cause d'hospitalisation chez les enfants. L'asthme est un marché en forte croissance car c'est, hélas, une maladie éminemment moderne et urbaine, notamment à cause de la pollution. » Vite, de l'air ! CANARD ENCHAINE n°4008 du 20/08/97 (page 3)

Il n'est pas surprenant, dans ces conditions, qu'un rédacteur en chef d'une revue "qui défend les consommateurs de santé" se permette de me déclarer devant témoins "je ne publierai jamais rien sur vos travaux". Il venait pourtant d'assister à une conférence que j'avais effectuée devant une salle composée de médecins et de kinésithérapeutes qui, à 5 reprises m'avaient applaudi lors de la démonstration de ma méthode sur 5 enfants asthmatiques convoqués spécialement pour cela.
Le directeur de cette même revue, contacté par mon éditeur (qui le connaît personnellement) n'a jamais consenti à signaler la sortie de mon livre pour en informer ses lecteurs. Pour ceux que cela intéresse, il s'agit de l'Impatient, revue dite "de défense des consommateurs" !

L'information est tenue en laisse, par qui ?
Je croyais qu'Internet était un moyen facile pour passer au dessus de cet obstacle. Hélas ! Là aussi, tous les moyens sont permis pour bloquer les informations qui dérangent. Je vais vous expliquer comment, et vous pourrez le vérifier ensuite.
Concernant l'asthme, qui touche plus de 100 millions de personnes dans le monde, un réseau, que dis-je "une pieuvre" s'est mise en place sur la planète. La consommation des divers produits en aérosols représente un fabuleux chiffre d'affaire et tout est mis en œuvre pour le faire progresser.

On utilise les enfants pour sensibiliser les parents, mais on conditionne ces mêmes enfants pour qu'ils deviennent de "bons consommateurs" en mettant à leur disposition des jeux interactifs sur CD-Rom ou des sites ludiques dans lesquels la solution passe toujours par les médications en spray !!!

A la base, des multinationales de l'industrie pharmaceutique qui sponsorisent ouvertement des associations à but non lucratif ou humanitaire (en France dite : dite "Loi 1901") comme l'association "asthme". Cette association, que j'ai contacté à maintes reprises, n'a jamais voulu me convoquer pour que je fasse part de mes travaux et que je les expose devant un comité scientifique. Pourtant, ses "états généraux de l'asthme" avaient pour ambition de recenser tout les travaux et toutes les informations pour constituer son fameux "livre blanc".
Rien de surprenant, le président d'honneur est au courant de mes travaux depuis 1986, puisque je les lui avais proposés (gratuitement) à cette époque dans une lettre (en recommandé + accusé réception) à laquelle il n'a jamais daigné répondre. Ces gens ne sont ouverts à aucune découverte qui pourrait remettre en question, non seulement les bases de leurs réputations, mais également ce qui leur permet de gagner beaucoup d'argent. Ma méthode ne peut pas se pratiquer avec un stylo, il faut savoir travailler avec ses mains, et qui travaille avec ses mains : le kinésithérapeute !
Donc, cela revient à dire qu'une personne qui effectue une recherche sur internet, concernant l'asthme, n'obtiendra que des informations aseptisées et orientées par des "spécialistes" asservis par ceux qui les sponsorisent. Le résultat est le même dans la presse écrite, seules les informations qui conduisent à la consommation de médicaments sont publiées et à ce sujet, je ne sais si vous l'avez remarqué : chaque fois qu'une photo illustre un article sur l'asthme, il s'agit souvent d'une petite fille au longs cheveux, de profil, une main sur le cœur et dans l'autre la ventoline qu'elle tient devant sa bouche ouverte. Touchant ... n'est-ce pas ?

Toute l'information tourne autour de la peur : peur de la pollution, des (rétro)virus, des bactéries devenues redoutables par la faute des médecins qui ont prescrit des antibiotiques "à tour de bras", peur des acariens (colorisés en rouge pour les rendre plus effrayants, dans le best-seller du Pr. françois Bernard Michel, président d'honneur de l'association asthme), etc.
Toutes les informations vont dans le même sens : si votre enfant tousse ... c'est un futur asthmatique !
Donc, lorsqu'un enfant a une bronchite, on lui donne ... de la ventoline !
Il fait une bronchiolite (virale), ce sera un futur asthmatique !
En incluant tous ces enfants dans les "asthmatiques", on fait gonfler artificiellement les statistiques qui permettent d'affoler la population, de sensibiliser les médecins, de remplir les cabinets des spécialistes, de mentir aux dirigents de la Santé, de vendre de plus en plus de produits (très coûteux) pour le plus grand bonheur des pharmaciens (40% de marge bénéficiaire sans concurrence) et de l'industrie pharmaceutique qui brasse des billions de $ !

La police de la pensée "médicalement correct"
Sur Alta Vista, la police de la pensée ou du "médicalement correct" vous oriente vers " For an expert human guide about asthme asthme, click here and visit About.com ".
Vous arrivez sur une page où un nommé " John Neil Rhoades - your About.com Guide to: Asthma " se pose en expert en la matière" et fait le tri du "médicalement correct", surtout en sa qualité d'asthmatique.
L'ayant contacté à maintes reprises pour lui demander les raisons de son refus à référencer mon site, il a fini par me répondre :

· Dear Sir, The answer to your question is an easy one, you're a chiropractor. I believe that chiropractic has no place in the treatment of asthma.

Un détail, je ne suis pas chiropraticien !
Ce genre "d'expert" refuserait les travaux d'Hippocrate ou de Galien qui pratiquaient les manipulations ostéoarticulaires.
Comme il est asthmatique, donc qualifié pour faire le tri officiel, je lui ai posé quelques questions dans le genre : votre "asthme" est il une forme inspiratoire ou expiratoire ? Il ne m'a toujours pas répondu !
John Neil Rhoades vous oriente vers "Your Guide to Health Fraud, Quackery, and Intelligent Decisions" où vous pourrez trouver toutes les attaques contre ce qui n'est pas médicalement correct. On y définit comment reconnaître le site d'un charlatan (je ne dis pas qu'ils n'existent pas, mais tout est mis dans le même panier).
Voici l'article 5 qui permet de détecter un charlatan
Ne vous laissez pas prendre par des accusations paranöides

· Les pratiquants non conventionnels vont souvent dire que la profession médicale, les maisons pharmaceutiques, et le gouvernement sont en complôt contre toutes les méthodes qu'ils adoptent et utilisent. Il n'y a aucune évidence démontrée en faveur de cette théorie.
· C'est aussi illogique de penser que des grands groupes de gens s'opposeraient à un développment de méthodes de traitement qui pourraient un jour les aider ainsi que leurs proches.
C'est un grand point d'identification
· la médecine refuse toujours d'examiner ses travaux et les politiciens ne lui viennent jamais en aide (conspiration Politico-médico-pharmaceutique)
Ben ça alors, tudieu, c'est ben vrai !
· les politiciens n'ont aucun lien avec la médecine et l'industrie pharmaceutique
· les Professeurs et médecins n'ont aucun lien avec cette même industrie
· les visiteurs médicaux ne leur ont jamais fait un seul cadeau
· la santé du public est la principale préoccupation de tous ces gens
· leur dévouement à cette cause est leur seul intérêt
· pas un seul ne gagne de l'argent sur le dos des malades
· ils ne refusent jamais d'examiner des travaux sérieux qui pourraient supprimer la consommation des médicaments
· La presse "indépendante" ne publie que des informations sérieuses et n'a aucun lien avec l'industrie pharmaceutique
· etc.

Si vous avez des vérités à ajouter à cette liste, passez moi un email ;o))
Méfiez vous de ces soi-disant experts qui rejettent systématiquement tout ce qui n'est pas "médicalement correct".
Quand on sait que les "Maîtres à penser" de la pneumologie française se permettent de dire que la cause de l'asthme est une inflammation permanente des poumons, alors que le premier pékin venu sait que l'inflammation est une réaction à une cause, on est en droit de se poser des questions sur leurs compétences et leurs motivations.

Enfin, un laboratoire pharmaceutique m'apporte son aide
Un de mes amis médecin vient de me faire parvenir un document édité par le laboratoire AstraZeneca en me disant " Un labo te dénigre ... mais en même temps donne l'adresse de ton site internet !"
Cet ami se trompe lourdement, je prend cette plaquette adressée gratuitement à tous les médecins comme une aide discrète et précieuse qui va permettre à mes informations de circuler encore plus auprès du monde médical. Ce que je souhaitais !
Je remercie donc ce laboratoire pharmaceutique pour avoir eu l'honnêteté de faire un petit compte rendu sur mon travail et avoir fourni l'adresse de mon site à tous les médecins de France.
Maintenant, de façon officielle, je leur offre de leur faire la démonstration de mon travail pour leur prouver la véracité de mes affirmations concernant les mécanismes de l'asthme, surtout du spasme pharyngé qui concerne plus de 50% des patients dits "asthmatiques". Ce afin de permettre aux médecins de donner des réponses à leurs patients, après en avoir eu les preuves. Ce serait dommage qu'ils donnent leurs avis sur mes travaux après seulement un rapide survol de mes pages.
Lorsque j'ai écrit ces lignes, je n'étais pas encore informé de l'astuce, mise en place, qui permettrait aux médecins d'apporter une réponse "standard" en se servant de la revue de l'association "Asthme" - Asthme Info - financée par ce même laboratoire. Bien joué !

Les patients sont étonnés, c'est vrai, et me posent également beaucoup de questions ! Ensuite ils ont recours à mes techniques et s'en trouvent vraiment satisfaits, souvent après en avoir parlé à leur médecin qui leur donne son avis (favorable assez souvent "il faut voir" ; défavorable, plus souvent "si c'était si simple, on le saurait déjà"). J'ai très souvent remarqué que les patients à qui leur médecin avait donné un avis défavorable, s'étaient, en fait, décidé plus rapidement que les autres à utiliser ma méthode.
Inutile de dire ce qu'ils pensent de leur médecin après mon traitement !
Je trouve cela bien triste car c'est par manque d'information et de temps qu'ils répondent trop souvent sans même se documenter avant. J'ai plein d'amis médecins et j'ai de l'admiration pour eux. Ils font un métier merveilleux et bien souvent vieillissent de 20 ans en 10 ans de travail généraliste. j'estime qu'ils sont très mal payés pour ce qu'ils font, mais ça c'est un autre problème. Ils sont surtout très mal informés (et mal formés !) en ce qui concerne le travail clinique.
Je n'arrive pas à comprendre les laboratoires pharmaceutiques ! Il réalisent des billions de $ de chiffre d'affaire, des centaines de millions de $ de bénéfices et dès qu'un individu tout seul dans son coin fait sa petite découverte, ils s'empressent de le salir de peur qu'il leur prenne quelques miettes infimes de leur marché. Les patients, ils s'en moquent, pourvu qu'ils consomment sans trop se poser de questions. Quel est le danger que je représente pour eux ? Il faudrait 5O ans pour que mes techniques soient implantées partout, et encore, avec de la bonne volonté ! Elles n'arrêteront jamais la consommation de leurs produits (utiles, je l'ai toujours déclaré), puisqu'il naît de futurs asthmatiques tous les jours. Je pense qu'un jour, un labo intelligent, se décidera à s'intéresser à mes techniques, ne serait ce que pour gagner plus, en investissant moins, qu'en inventant un nouveau produit qui sera presque aussitôt supplanté par celui d'un concurrent. Le tout est qu'il comprenne que les malades sont très désireux de trouver une solution autre que de consommer "à vie" diverses substances !
Le plus grand problème : l'information !
Je ne me fais plus de soucis, vu la fréquentation de mon site. Il est plus visité que celui des mes concurrents qui eux sont financés par des dizaines de laboratoires prestigieux. Au moins, j'ai l'honneur d'être fréquenté assidûment par les plus grandes Universités du monde et c'est sur leur élèves que je compte pour faire un jour changer les choses. Croyez moi, ils vérifient ce que je dis et me le font savoir.
Question : vais-je ou ne vais-je pas quitter la France dans peu de temps ?
Réponse : depuis toujours, est ce que les découvertes effectuées par des français ont vu le jour en France ?

Article paru dans la revue de l'Association Asthme :
"Asthme Info" - N° 36 - Septembre 1999
Une méthode "miracle ! "
Je vous adresse ci joint un article que j'ai relevé dans un journal dans une salle d'attente et qui est bien troublant. En effet, l'article décrit une méthode qui permet de guérir l'asthme en trois séances de manipulations. La maladie serait due à une malposition des côtes. L'auteur de cette méthode explique par ailleurs que si sa méthode n'est pas reconnue par les autorités scientifiques, c'est parce que les laboratoires pharmaceutiques font pression. Que faut-il en penser, quel est l'avis des spécialistes ?
Mr M.A (36)

Réponse de l'Association "Asthme"
Depuis toujours, les maladies graves ou chroniques ont inspiré des charlatans ou des "génies méconnus".
Cela s'explique aisément par l'attente de solutions miracles de la part de nombreux patients qui souffrent. Cependant, plutôt que de rejeter d'un revers de main négligeant les propositions nouvelles, il est indispensable de prendre le temps de les examiner attentivement. En l'occurrence, la méthode Gesret à laquelle vous faites allusion repose sur une conception tout à fait farfelue de la maladie asthmatique la malposition de certaines côtes (?) serait interprété par le cerveau comme une intrusion (!) contre laquelle le poumon réagirait par la toux, la constriction et par l'hyper-sécrétion du mucus !
De nombreuses équipes scientifiques indépendantes travaillent sur les mécanismes de l'asthme, leurs travaux sont publiés régulièrement dans les plus grandes revues médicales internationales.
La conclusion est claire : la théorie de Mr Gesret ne ressemble à rien de crédible.
On peut rétorquer : peu importe, si la méthode est efficace ! Cependant, on ne dispose que de témoignages pour juger de l'efficacité. Toutes les méthodes alternatives proposées ont toujours rencontré un certain succès, mais on sait qu'il est dû exclusivement au charisme de leurs promoteurs et non aux méthodes elles-mêmes. L'effet placebo existe et il est utile. Cet effet bénéfique effectivement ressenti par le patient est dû à l'ensemble : personnalité et conviction du prescripteur, manière de prescrire, type de traitement, attente et personnalité du patient. En conclusion, si la méthode Gesret soulage certains asthmatiques, il n'y a aucune raison de les en priver. En revanche, il serait extrêmement dangereux d'imaginer qu'elle puisse remplacer les traitements qui ont fait leurs preuves, tant dans la crise qu'en traitement de fond.
L'Association Asthme
L'Association Asthme est régie selon la Loi 1901. Elle est composée d'un Conseil d'Administration Pr François-Bernard MICHEL Président, ... etc.

Mise au point
On ne peut laisser tenir ce genre de propos sur mes travaux sans y répondre point par point.
Déjà, je ne suis pas l'auteur de cet article paru dans la revue "Maxi" et je n'étais même pas au courant du contenu du témoignage des parents d'un enfant que j'ai guéri depuis 5 ans, alors qu'il vivait avec l'oxygène. Trois semaines après ... il n'avait plus rien.
Encore un cas de rémission spontanée due à mon charisme !
Dans cet article, nulle part il est dit que les laboratoires pharmaceutiques font pression pour que ma technique ne soit pas reconnue. La phrase exacte (écrite par une journaliste) est :
· Depuis 1985, il a effectué des centaines de démarches auprès de responsables médicaux et politiques, afin de faire connaître et, surtout, expérimenter sa méthode selon les protocoles scientifiques classiques. Aucune de ses démarches n'a jamais abouti. Ce serait pourtant le seul moyen pour les patients de savoir s'ils ont ou non affaire à une méthode fiable. On est, à notre tour, en droit de se poser la question : pourquoi ? Il est vrai que l'asthme représente, pour les laboratoires, un marché énorme, et que certains pourraient voir d'un mauvais oeil s'évanouir un tel profit ...
Je ne suis ni un charlatan, ni un génie méconnu ; je suis un chercheur autodidacte qui s'est penché sur le problème de l'asthme, parce qu'un jour, un soit disant "spécialiste de l'asthme" a préconisé pour soigner son fils, un médicament qui n'était plus fabriqué depuis deux ans à cause des dangers qu'il représentait sous la forme "enfant". Le pharmacien étant plus occupé par la construction de sa nouvelle villa, absent de son officine, c'est une employée non qualifiée qui a délivré le médicament sous sa forme adulte sans même s'en apercevoir. Mon fils est mort empoisonné ... j'ai fait 11 ans de procédures Judiciaires, en vain ! Le Conseil de l'Ordre a protégé le médecin, le syndicat de la pharmacie a protégé le pharmacien ... et moi, avec seulement l'aide judiciaire... !
Le Président de cette association, François-Bernard Michel, est au courant de mes travaux depuis 1987, date où je lui ai offert de les lui remettre, en pli recommandé + accusé réception (voir mes démarches depuis 1985). Offre à laquelle il n'a jamais daigné répondre.

Examiner attentivement mes travaux !
C'est ce que je réclame depuis 1985 ... sans que jamais personne ne daigne me convoquer, ni même me répondre le plus souvent. C'est un chef d’œuvre d'hypocrisie que de déclarer ça, ils n'ont jamais pris le temps d'examiner mon travail. Ils sont INCAPABLES de relever le défi. Savent-ils seulement où se trouve une subluxation chondrocostale ?
Si je suis un charlatan, il y a des tribunaux pour régler ce problème, mais ça, ils le craignent par dessus tout.
Selon la Loi, j'exerce illégalement la médecine ; qu'attend donc le Conseil de l'Ordre pour déposer plainte contre moi ... depuis 1985 ?
Mais ils savent, les Renseignements Généraux aussi, qu'en cas de procès, ce seraient des centaines de personnes qui témoigneraient en ma faveur et que j'aurais plus à y gagner qu'eux.
J'ai été reçu au Ministère de la Santé, en 1994, j'ai demandé à présenter mon travail devant une commission d'experts et il m'a été répondu : ça va poser un problème car vous n'êtes pas médecin. Vous n'auriez pas un ami médecin qui pourrait le faire à votre place ?
Pourquoi de grands laboratoires qui peuvent facilement investir des millions de $ pour fabriquer des produits, ne me convoquent-ils pas pour que je leur expose mes travaux et que je leur fasse la démonstration sur des asthmatiques ?
A-t-on déjà vu un "farfelu" réclamer quelque chose d'identique pendant 16 ans ?
Que craignent-ils : si j'ai raison, leurs recherches vont avancer ; si j'ai tort, ils pourront le dire haut et fort, preuves à l'appui et avec mon consentement. Leur attitude est ridicule, ce que j'ai trouvé ne réduira jamais leurs ventes de produits (nécessaires, je l'ai déjà dit) !
Prenons par exemple le faux asthme (spasme pharyngé), observation que la médecine n'a jamais mentionnée, et sur lequel les médicaments actuels sont pratiquement sans effets ; je suis certain qu'ils ont dans leurs études une substance antispasmodique qui pourrait faire l'affaire, ou être améliorée pour mieux trouver sa cible. Pourquoi cela ne les intéresse-t-il pas ? Du moins en apparence !

Une conception tout à fait farfelue !
Bien sur, pour des gens qui ne savent que tenter de bloquer des symptômes, l'idée même de penser qu'il puisse y avoir une cause est "logiquement farfelu". Surtout à l'intérieur de l'individu pour une maladie dite "environnementale".
Ma conception farfelue m'a tout de même permis de mettre en évidence qu'il existait DEUX formes de dyspnée respiratoire, l'une étant de l'asthme (expiratoire = spasme bronchique) l'autre n'en étant pas (inspiratoire = spasme pharyngé), ce qui n'avait jamais été décrit à ma connaissance. Je suis capable de déclencher, dans l'instant, l'une ou l'autre forme de crise en touchant le point "gâchette". Je suis capable d'arrêter une crise d'asthme (expiratoire) en quelques secondes de massage d'un point que j'ai décrit. La démonstration a été faite sur trois asthmatiques devant 500 personnes, en direct, au salon Marjolaine à Paris et tout a été enregistré sur cassette.
Je reçois quelques courriers d'étudiants en médecine qui me disent : je ne crois pas à vos théories (d'abord ce ne sont pas des théories mais des explications de faits cliniquement observables) ! C'est bien leur droit, mais quelles sont leurs connaissances cliniques, savent-ils même où se trouve une subluxation chondrocostale ? Au lieu de vérifier mes observations, ils se contentent d'un raisonnement intellectuel modelé en Faculté (comme disait Wilhem Reich : nous sommes des tonneaux et nous remplissons nos enfants comme des tonneaux). Il y en a même un qui m'a déclaré "je n'y crois pas à votre point d'arrêt de la crise d'asthme". Je ne lui demande pas d'y croire ... qu'il l'expérimente, il ne représente aucun danger, et qu'il se prononce après. C'est ça être honnête. Mais dans son inconscient il a peur, peur que j'aie raison que tout son édifice s'écroule.

On ne dispose que de témoignages pour juger de l'efficacité !
Alors là bravo, ça n'intrigue personne de recevoir des témoignages de gens qui ont eu recours à mes techniques et qui n'ont plus aucun symptôme ? En général ce qui manque le plus... ce sont les témoignages.

La conclusion est claire : la théorie de Mr Gesret ne ressemble à rien de crédible
Le plus prestigieux site "portail médical" français - Promedical -m'a fait l'honneur de me référencer dans la rubrique "allergologie" où je suis classé dans "les sites de référence". Je dis que c'est un honneur, car être référencé sur ce site c'est d'abord passer par un comité scientifique qui juge la qualité des informations.
Pour la première fois, un site français me référence aussi bien que les sites américains, identiques dans les critères de sélection.

Des équipes scientifiques indépendantes !
Qui pourrait croire une telle ineptie ? Aucune équipe n'est indépendante des grands laboratoires pharmaceutiques. Leurs expérimentations sont rétribuées, leurs recherches sont subventionnées, leurs articles sont publiés dans "les grandes revues scientifiques" (sponsorisées par qui ?). Et toutes les recherches actuelles sont orientées sur la découverte de nouvelles substances, pas sur les causes de la maladie.

Pour preuve : cette association est totalement indépendante !
Dans un cadre en bas de la page où est rédigé l'article, ainsi que sur son site internet, elle remercie pour leur aide ses partenaires suivants:

L'ASSOCIATION ASTHME
remercie ses partenaires :
Glaxo-Wellcome, Boehringer Ingelheim, Novartis,
Rhône-Poulenc Rorer, 3M Santé, Stallergènes,
Zeneca et la Société Mediflux

D'autres associations indépendantes sur le Web !

Gina (Global Initiative for Asthma)
Financé par :
The Global Initiative for Asthma has been made possible by educational grants from: ASTA Medica, AstraZeneca Pharmaceuticals, Bayer AG, Boehringer Ingelheim GmbH, GlaxoWellcome, Hoechst Marion Roussel, Merck, Sharp & Dohme, Mitsubishi Chemical Corporation, Novartis, Rhône-Poulenc Rorer, Schering-Plough International and Sepracor.

Association pulmonaire du Canada
L'Association Pulmonaire remercie:
Astra Pharma Inc .Boehringer Ingelheim, Novartis, The Corel Corporation
Glaxo-Wellcome, Jouveinal, Merck Frosst Canada Inc

Avec de tels partenaires, dont les chiffres d'affaires annuels réunis frolent les 200 Billions de $, il serait effectivement très difficile d'étudier une découverte CLINIQUE qui permettrait de se passer de leurs produits. Mais attention, comme je l'ai dit à mainte reprises : je ne suis pas contre les médicaments, heureusement qu'ils existent, mais je suis contre l'usage exclusif et abusif qui en est fait.
Moi, je suis indépendant, personne ne me subventionne, sinon la qualité de mon travail et les résultats obtenus.
Mon charisme est si puissant que j'ai réussi à le transmettre aux 150 praticiens qui sont formés et qui pratiquent mes techniques avec autant de résultats que moi.

Une manipulation orchestrée !
On comprend mieux maintenant pourquoi le laboratoire AstraZeneca (partenaire de l'association) a distribué une plaquette d'information aux médecins, dans laquelle ils évoquaient mes travaux.
Qui est ce mystérieux Mr. M.A (36) ? Le ton de la question est bien trop dans le style de la plaquette d'information ci-dessus, pour qu'elle soit l'œuvre d'un simple particulier.
On comprend mieux aussi pourquoi ils prévenaient les médecins que leurs patients allaient leur poser des questions.
On comprend mieux, quand il me revient aux oreilles, qu'un médecin, en réponse aux questions que lui posait un de ses patients sur ma méthode lui ait exhibé la revue de l'association en disant : "lisez donc ce qu'ils en pensent !", avec un petit sourire ironique.
Un détail qui a de l'importance : les médecins ne pensent pas par eux mêmes, les Professeurs indépendants pensent pour eux !

Et vous, qu'en pensez vous ?
SOURCE :
[Go to site]





TOUT SUR L'ASTHME, ou comment se soigner de cette maladie de manière simple (Médecines douces - Ostéopathie)    -    Auteur : zen-blogs - Inde


39943 visiteurs depuis 2006-10-02
dernière mise à jour : 2007-05-20

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Médecines douces >> Blog #142