Vie pratique - Science et Technologie
Retour vers le futur à la découverte des "capsules du Temps"

Dans un livre intitulé "La caverne des anciens" publié en Angleterre en 1963 et chez "J'ai Lu" en 1972 n° A226 dans la collection (L'aventure mystérieuse du cosmos et des civilisations disparues), collection hélas disparue et qui s'appelle aujourd'hui "L'aventure secrète" et où le n° est alors 1828, cet auteur nous raconte que son maître initiateur, le Lama Mingyar Dondup l'a conduit, lui, avec quelques autres élèves très privilégés dans les Hautes Terres du Tibet, pour visiter une extraordinaire caverne où les générations précédentes ont justement scellés à l'intention des hommes du futur, des objets proprement incroyables;

Le Maître (le Lama Mingyar Dondup) explique alors à ses élèves:

" Je vais continuer mon récit, à présent dit-il. (Il reprit:) Voici ce que nous vîmes et entendîmes et ce que tu verras et entendras dans un avenir assez proche. Une haute civilisation existait en ce monde, il y a des millénaires. Les hommes pouvaient voler dans les airs sur des appareils qui défiaient la pesanteur; Ils étaient capables de construires des machines qui imprimaient des pensées dans l'esprit d'autres hommes_- des pensées qui apparaissaient sous forme d'images. Ils connaissaient la fission de l'atome et finirent par faire exploser une bombe qui détruisit le Monde, noya certains continents sous la mer, et fit surgir d'autres. les populations furent décimées et c'est pourquoi toutes les religions parlent du déluge.
Ces dernières paroles ne m'impressionnèrent pas.
-Seigneur; dis-je, nous pouvons voir des images de ce genre dans les Annales Akashiques. Pourquoi se donner le mal de gravir de dangereuses montagnes, simplement pour voir ce que nous avons sous les yeux, ici même? -Lobsang, dit mon Guide d'un ton grave, nous pouvons tout voir dans l'astral et dans les Annales Akashiques, puisqu'elles relatent tous les événements du passé. Nous pouvons voir, mais nous ne pouvons pas toucher. Dans le voyage astral, nous sommes incapables de toucher quoi que ce soit . Nous ne pouvons même pas emporter une robe de rechange ou rapporter une fleur, ajouta-t-il en souriant. De même avec les Annales Akashiques, nous voyons tout, mais nous ne pouvons pas examiner en détail les étranges appareils accumulés dans cette grotte de montagne. Nous allons partir là-bas et examiner ces machines.
-Il est singulier, dis-je, qu'elles se trouvent uniquement dans notre pays!
Oh! mais tu te trompes, répondit mon Guide.
Il existe une salle similaire au pays d’Egypte . Il y a une autre salle contenant des machines identiques dans une contrée qu'on appelle l'Amérique du Sud; Je les ai vues, je sais où elles sont. Ces chambres secrètes ont été cachées par nos ancêtres afin que les objets façonnés par eux soient découverts par une génération ultérieure, en temps voulu.....
Pendant des jours , je vécus dans la fièvre. J'étais tenu de garder le secret sur ce voyage. Les autres devaient croire que nous partions en montagne chercher des simples. Même dans la ville aussi retirée que Lhassa, il se trouvait toujours des gens qui ne cherchaient qu'à s'enrichir; les représentants d'autres pays comme la Chine, la Russie et l'Angleterre, certains missionnaires et les commerçants venus des Indes désiraient, tous, savoir où nous gardions notre or et nos bijous, tous, cherchaient à tirer profit de n'importe quoi. C'est pourquoi nous gardâmes le secret absolu sur la nature de notre expédition.
Deux semaines environ après cet entretien avec le Lama Mingyar Dondup, nous étions prèts à partir, prèts à faire la longue.. ascension, par des ravins mal connus et des sentiers rocailleux. Les communistes sont aujourd'hui au Tibet de sorte que je tairai l'emplacement de la caverne des anciens, car elle existe et si les communistes entraient en possession des engins qu'elle contient ils pourraient conquérir le Monde.
Tout ce que j'écris est vrai, sauf en ce qui concerne la voie d'accès à la caverne. ...Puis après avoir franchi la corniche, je vis qu'il y avait effectivement une fissure dans la paroi rocheuse. Un Lama de haute taille me saisit aux épaules et me poussa par l'ouverture en disant d'un ton cordial:
- Entre le premier, tu pourras chasser les démons des rochers et nous protéger! C'est ainsi que moi, le membre le plus petit et le moins important de l'expédition, je fus le premier à pénétrer dans la Caverne des Anciens... Tout à coup la Lumière jaillit et je fut quasiment paralysé de terreur. Je demeurai immobile contre le mur, et contemplai le spectacle fantastique que j'avais sous les yeux.
La grotte semblait être deux fois plus spacieuse que l'interieur de la grande cathédrale de Lhassa. Contrairement à la Cathédrale qui baignait toujours dans une pénombre que les lampes à beurre s'éfforçaient en vain de dissiper, il régnait ici une clarté plus vive que celle de la pleine lune par une nuit sans nuage. Non, elle était beaucoup plus brillante; la qualité de la lumière avait dû me donner l'impression du clair de lune. Je levai les yeux vers les globes d'où jaillissait cette illumination. Les Lamas se pressaient autour de moi et comme moi, ils regardèrent d'abord la source lumineuse.

Mon Guide prit la parole:
- Les anciens documents indiquent qu'à l'origine, cette caverne était beaucoup mieux éclairée qu'aujourd'hui, dit-il. Ces lampes brûlent de plus en plus faiblement au fur et à mesure que passent 1es millénaires.
Pendant un long moment, nous demeurâmes immobiles et silencieux, comme si nous craignions de réveiller ceux qui dormaient là depuis d'innombrables années. Puis, mus par une même impulsion, nous avançâmes sur le sol de pierre pour aller voir la machine qui se trouvait la plus proche de nous. Nous l'entourâmes, redoutant de la toucher, mais très curieux de savoir ce qu'elle pouvait bien être. Ternie par le temps, elle semblait cependant prête à se mettre en marche immédiatement si l'on savait comment s'y prendre. D'autres appareils attirèrent notre attention.... Ces machines étaient beaucoup trop compliquées pour nous. Je me dirigeai vres une petite estrade carrée, large d’environ un mètre, posée sur le sol et entourée d'un garde-fou. Ce qui me parut être un long tube de métal replié partait d'une machine voisine et l'estrade était reliée à l'autre exirémité de ce tube. Distraîtement, je montai sur cette plate-forme, me demandant à quoi elle pouvait bien servir. Et je faillis mourir de frayeur: l’estrade tressaillit et s’éleva dans les airs. Je fus tellement épouvanté que je m’accrochai désespérément à la rampe...
Les six Lamas levèrent sur moi des yeux consternés. Le tube s'était déplié et entrainait l'estrade vers l'une des sphères lumineuses. Affolé, je regardai par dessus le garde-fou. j'étais déjà à une dizaine de mètres du sol et l'ascension continuait. J'étais terrifié à l'idée que la source lumineuse allait me calciner, comme un papillon de nuit à la flamme d'une lampe à beurre. Il y eu un un click et l'estrade s'arrêta. La Lumière rayonnait à quelques centimètres de mon visage. Timidement j'étendis la main: La sphère était glacée...
...les autres lamas examinaient les étranges machines et s'efforçaient d'en découvrir l'utilité; Soudain , un cri nous fit nous retourner. Le Lama grand et mince se trouvait près du mur du fond et sa figure semblait prise dans une boîte de métal terni. Il se tenait là , tête baissée le visage complétement dissimulé. Deux de mes compagnons se précipitèrent vers lui et le tirèrent en arrière...Mon guide eut pitié de moi et me souleva jusqu'à ce qui semblait de toute évidence être des occulaires. Ayant posé les mains sur une poignée, comme on me l'indiquait, j'aperçus dans la boîte des hommes et des machines identiques à celles qui se trouvaient dans ce hall. les hommes les mamoeuvraient. je vis que l'estrade où j'étais monté jusqu'à la sphère lumineuse pouvait être dirigée à volonté et contituait une sorte "d'echelle" mobile ou plutôt d'appareil qui permettait de se passer d'échelle. je remarquai que la plus part des machines étaient des modèles en état de marche tels que je devais en voir, quelques années plus tard, dans les musées scientifiques du monde entier. Nous nous dirigeâmes vers le panneau dont le Lama Mingyar Dondup m'avait parlé. A notre approche, il s'ouvrit avec un grincement qui parut si sonore dans le silence de cette grotte que nous bondirent tous d'effroi...Nous avançâmes péniblement et lorsque les dénivellelations se terminèrent, nous nous assîmes. A ce moment, nous entendimes une série de cliquetis comme du métal grattant du métal, et presque imperceptiblement, une lumière se glissa à travers l'obscurité et la dissipa. nous regardâmes autour de nous et aperçûmes d'autres machines, aussi insolites que les précédentes. Il y avait aussi des statues et des dessins gravés sur le méta. Tout à coup , la lumière se concentra et forma un globe éblouissant, au centre du hall. les couleurs clignotaient, sans raison apparente, et des bandes de lumière, également dépourvues de sens tournoyèrent autour du globe. Des images se formèrent, d'abord vagues et confuses, puis elles se prècisèrent, prirent un caractère de réalité et acquirent trois dimensions. Nous regardions de tous nos yeux...

c’était le monde de jadis. A l’époque où il était encore très jeune. Des montagnes se dressaient là où s’étendent aujourd’hui des océans et où les agréables stations balnéaires sont devenues des sommets montagneux. La température était alors plus chaude et d'étranges créatures erraient dans la campagne. Ce monde était en plein développement scientifique. On y voyait des engins bizarres qui volaient à quelques centimètres de la surface lu sol ou à des kilomètres dans les airs. De grands temples dressaient leurs pinacles vers le ciel, comme pour défier les nuages. Bêtes et Hommes se parlaient télépathiquement. Mais tout n'allait pas pour le mieux; les politiciens se disputaient entre eux. Le monde était divisé en deux camps dont chacun convoitait le territoire de l'autre. La suspicion et la peur étaient les nuages qui pesaient sur le commun des mortels. Les prêtres des deux camps proclamaient qu'eux seuls étaient les favoris des dieux. Dans les images qui se déroulaient sous nos yeux, nous vîmes ces prêtres tonitruer -comme à présent - et proposer leur propre méthode de salut, contre espèces sonnantes. Les chefs de chaque secte religieuse enseignaient que c'était un « devoir sacré » que de tuer l'ennemi. Et, en même temps, ils prêchaient que tous les hommes étaient frères. L'illogisme du fratricide ne leur venait pas à l'esprit.Nous fûmes témoins de terribles guerres dont la plupart des victimes étaient des civils. Les soldats, protégés par leurs armures, étaient généralement en sécurité. C'étaient les vieillards, les femmes et les enfants, les non-combattants qui souffraient. Nous aperçûmes des savants au travail dans les laboratoires, cherchant à fabriquer des armes encore plus meurtrières, des bombes de plus en plus grosses, de plus en plus dévastatrices. une séquence montrait un groupe d’hommes prudents qui dressaient les plans de ce qu’ils qualifiaient de "capsule du temps" ce que nous appelons "la caverne des Anciens" où ils pourraient stocker pour des générations futures des modèles de leurs machines, et un dossier complet et illustré de leur culture et de ses lacunes . D'immenses excavatrices creusaient la roche vivante. Des hordes d'hommes installaient les modèles et les machines. Nous les vîmes placer les sphères de lumière froide, substances inertes radioactives qui donnaient de la lumière pendant des millions d'années . Inertes en ce sens qu'elles ne pouvaient pas être nuisibles aux êtres humains, actives car la lumière continuerait à briller presque jusqu'à la fin des temps. Nous nous aperçûmes que nous pouvions comprendre le langage, car - l'explication nous vint à l'esprit - il nous était transmis télépathiquement. Des chambres telIes que celle-ci, ou "capsules du temps" se cachaient sous les sables d’Egyptes, sous une pyramide d’Amérique du Sud et en un certain point de la Sibérie. Chaque endroit était marqué par le symbole des temps le Sphinx . Nous vîmes les grandes statues du sphinx qui n'était pas originaire de l'Egypte, et il nous fut expliqué pourquoi il avait cette forme. Hommes et Bêtes conversaient et travaillaient ensemble en ces temps très anciens. Le chat était l'animal le plus parfait quant à la puissance et à l'intelligence. L'Homme est lui même un animal; c'est pourquoi les Anciens ont representé un chat de grande taille pour indiquer le pouvoir et l'endurance, et sur ce corps ils ont greffé les seins et la tête d'une femme. La tête pour évoquer l'intelligence et la raison humaine, et la poitrine pour marquer que l'Homme et l’Animal pouvaient tirer l’un de l’autre une nourriture spirituelle et mentale... Ce symbole était alors aussi commun que le sont aujourd’hui les statues de Bouddha, l’étoile de David ou le crucifix....

Silencieusement nous passâmes dans la troisième salle, dont la porte s’ouvrit à notre approche.Elle contenait de nombreuses boîtes métalliques scellées et un appareil de "formes-pensées" qui nous expliqua comment ouvrir les boîtes et fermer l'entrée de la Grotte. Nous nous assîmes sur le sol et parlâmes de ce que nous venions de voir au cours de notre aventure.
- C'est merveilleux! merveilleux! déclara un Lama.
- Il n'y a rien là de merveilleux, dis-je avec une certaine audace , nous aurions pu voir tout cela dans les Annales Akashisques. Pourquoi ne pas regarder ces images qui représentent la suite des temps? Nous saurions ainsi ce qui s'est passé après la fermeture de cette grotte.
Les autres se tournèrent d'un air interrogateur vers le chef du groupe, le Lama Mingyar Dondup. Il inclina légèrement la tête et fit remarquer: "-Il arrive parfois que notre Lobsang montre une lueur d'intelligence! Mettons-nous dans l'attitude rituelle, et voyons ce qui va arriver, car ma curiosité égale la vôtre". Nous formâmes le cercle, chacun de nous regardant vers l'intérieur, et joignîmes nos doigts selon la manière appropriée. Mon Guide commença les exercices rituels de respiration et nous l'imitâmes. Lentement, nous perdîmes notre identité terrestre et ne fîmes plus qu'un avec l'Océan du Temps. Tous les événements qui se sont déroulés peuvent être vus par ceux qui ont la faculté de se rendre consciemment dans l’astral et revenir en emportant les connaisances acquises. On peut ainsi voir comme si on y avait assisté n'importe quelle scène de l'histoire, si éloignée qu'en soit l'époque... ..Nous vîmes un grand prêtre qui debout sur les marches d'une immence pyramide exhortait ses auditeurs, au combats; les images imprimées sur les rouleaux du temps continuèrent à ce dérouler changèrent et nous aperçûmes le camp adverse, dont les chefs vociféraient... le monde entier fut saisi d'un tremblement. un vertige nous prit, nous simples spectateurs. les ténèbres de la nuit tombèrent sur le monde. Des nuages noirs, piqués de flammes éclatantes, roulèrent sur le globe terrestre; les cités s'embrasèrent subitement et disparurent.
... Les rares survivants s'enfuirent en hurlant vers les montagnes qui venaient de surgir. d'autres, à bords de navires qui avaient on ne sait comment,achappé au désastre, atteignirent les hautes terres et se réfugièrent dans tout ce qui étaient susceptible de leur servir de cachette. La Terre elle-même s'immobilisa, puis se mis à tourner dans le sens opposé à celui de sa rotation normale. En un clin d'oeil, des forets se transformèrent en amas de cendres. La surface de la Terre était désolée, rasée, dévastée, calcinée. Au fond des abîmes,ou dans les tunnels de lave des volcans éteints, se recroquevillaient et gémissaient de terreur une poignée d'êtres humains que la catastrophe avait rendus fous. Du ciel sombre tombait une substance blanchâtre, d'un gout agréable, et nourrissante."





Retour vers le futur à la découverte des "capsules du Temps" (Vie pratique - Science et Technologie)    -    Auteur : HELENE - France


1765 visiteurs depuis 2007-06-14
dernière mise à jour : 2007-06-14

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Vie pratique >> Blog #398