Médecines douces - Diététique, Alimentation
Bon et mauvais cholestérol

Ni intrus, ni poison violent, le cholestérol est, bien au contraire, une substance absolument vitale.
Outre son rôle dans le bon fonctionnement du système nerveux, le cholestérol possède des fonctions spécifiques dans l'élaboration de certaines hormones et contribue également à la fabrication de la vitamine D. Ce n'est que lorsqu'il s'amoncelle dans les artères qu'il devient l'ennemi à abattre car le cholestérol constitue dès lors l'un des principaux facteurs de risque cardiovasculaire.
Mais il existe un bon et un mauvais cholestérol...

Tout savoir sur le LDL et HDL Cholestérol

Le cholestérol est véhiculé dans le sang par les LDL (ou lipoprotéines de petite densité) qui transportent le cholestérol du foie vers les tissus et les HDL (ou lipoprotéines de haute densité) qui récupèrent l'excès de cholestérol dans les cellules pour le rapporter au foie où il est éliminé.

Mais lorsque le taux de cholestérol LDL est trop élevé, l'excès se dépose sur la paroi de l'artère et peu à peu se forment de véritables plaques de graisse, appelées athéromes.

Le cholestérol des LDL est par conséquent appelé " mauvais cholestérol ".

Les HDL, par contre, ont la faculté de nettoyer les artères des dépôts lipidiques. Une augmentation de son taux dans le sang diminue dès lors le risque de maladie cardiovasculaire. Il est par conséquent dénommé le " bon cholestérol ".

Cholestérol, graisses saturées et insaturées...

Mais il ne suffit pas de " manger sans cholestérol " pour ne pas en avoir.

En effet, les aliments contiennent d'autres graisses qui peuvent influencer le taux de " bon " et de " mauvais " cholestérol.

Plus l'alimentation est riche en graisses dites " saturées " - beurre, crème fraîche, fromages, charcuteries, pâtisseries et nombreux produits industriels" - plus est élevé le taux de mauvais cholestérol.

Au rang des graisses qui abaissent le taux de mauvais cholestérol figurent les acides gras mono-insaturés, dont les principales sources sont l'huile d'olive, de colza, d'arachide, les noisettes, les amandes, les avocats, et les polyinsaturés que l'on trouve dans la plupart des huiles végétales et les poissons.

Omega-3, la chasse au cholestérol
Certains acides gras sont dits essentiels car l'organisme ne peut les fabriquer lui-même ou seulement en partie et il doit donc les puiser dans l'alimentation.
C'est le cas des oméga-3 qui luttent contre l'accumulation des mauvaises graisses et l'excès de cholestérol. Or, de nombreuses études ont démontré que notre alimentation ne nous fournit que 30% environ des apports conseillés en oméga-3.

Les omega-3, bons pour le cœur

Où se nichent les oméga-3 ? Dans les poissons gras - maquereau (une portion contient jusqu'à 6 mg d'oméga-3), saumon, thon, truite, sardines, hareng -, par ailleurs riches en graisses polyinsaturées, en vitamines A, D, B3, B6 et B12, en potassium, en fer et en iode. Cet acide gras est également présent dans les graines de lin et l'huile qui en est tirée ainsi que dans l'huile de colza ou de noix. L'OMS recommande de consommer quotidiennement entre 1,2 à 1,6 g d'oméga-3. C'est simple : deux à trois portions de poisson gras par semaine et la consommation régulière de noix et d'huiles contenant des oméga-3. Lorsque notre alimentation ne nous fournit pas les apports conseillés ? ce qui est le cas pour un grand nombre de personnes -, les compléments nutritionnels à base de poissons représentent une alternative pour combler le déficit chronique en oméga-3.

Les vertus de l'ail

La consommation d'ail frais (ou sous forme de compléments) a également pour effet d'abaisser le taux de mauvais cholestérol, de même que la pectine contenue dans les fruits à pépins (comme la pomme). Autres aliments bénéfiques : le soja, les pousses de bambou et les noix.

Il faut également cesser de fumer et, surtout, avoir une activité physique : pratiqué régulièrement, le sport réduit le taux de mauvais cholestérol et augmente celui du bon. Une heure de marche par jour suffit à diminuer de moitié les risques de maladies cardiovasculaires. Certes, il existe des médicaments efficaces contre un taux de cholestérol trop élevé, mais ils ne viennent qu'en dernier recours, quand le régime alimentaire et l'activité physique ne donnent aucun résultat.




Bon et mauvais cholestérol (Médecines douces - Diététique, Alimentation)    -    Auteur : patricia - Belgique


3290 visiteurs depuis 2007-07-25
dernière mise à jour : 2007-07-25

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Médecines douces >> Blog #457