Vie pratique - Actualités
Vous avez un vehicule diesel ? Vous pouvez rouler à l'huile de tournesol ou de friture !!!

Rouler à l'huile de tournesol
Parole de moteur, Rudolf aimait les fleurs

Imaginez vous que vous ne vous arrêtez plus jamais aux stations services.. Vous faites le plein en plongeant un doigt dans votre entonnoir pour goûter votre carburant : de l'huile bio de première pression à froid… Votre véhicule adore ça, son pot d'échappement disperse une légère odeur de friture, ça vous donne des envies de marche arrière.

Faire rouler son véhicule à l'huile remonte effectivement bien loin en arrière. En 1910, l'inventeur DIESEL, Rudolf de son prénom avait senti le vent venir. A l'exposition universelle de PARIS, il présente son moteur DIESEL qui fonctionne à l'huile de lin…

Aujourd'hui, le pétrole est devenu le sang indispensable à la circulation de nos organismes économiques, et de partout où jaillit l'or noir s'écoule la mort.
Ironie du sort, l'exploitation intensive de l'huile de pierre dégage des gaz qui menacent la survie de notre espèce d'homo sapiens ça pionce.
Atmosphère, atmosphère, est ce que j'ai une gueule d'effet de serre ?

Depuis une dizaine d'années, des automobilistes autonomes, paysans ou amoureux de la friture, se réclament de rouler à l'huile végétale pure : HVP. La même huile que pour la salade avec un petit raffinement : ils utilisent de l'huile de colza, lin ou tournesol, issue d'une première pression à froid, décantée puis filtrée à 5 microns.

En effet, pour produire de l'huile végétale de supermarché, on brûle décidément trop de pétrole : pour fabriquer les engrais, préchauffer les graines avant de les presser, extraire un maximum d'huile des tourteaux (avec des solvants pétroliers comme l'hexane), produire et transporter la bouteille plastique à l'autre bout du monde…
Les caprices de notre toute puissante déesse Rentabilité économique réprouvent la notion élémentaire de rentabilité énergétique.
Car pour produire et acheminer un litre de gasoil, il aura fallu dépenser une énergie équivalente à plus d'1,3 litre de gasoil. Alors que produire un litre d'HVP de tournesol, demande une quantité d'énergie équivalente à moins de 0,15 litres d'HVP de tournesol, et voire encore moins si les graines sont bio, produites et transformées à partir d'énergies renouvelables.

En me projetant sur les 1000 litres de ma consommation annuelle de carburant.
A distance parcourue équivalente, soit je brûle 1000 litres de gasoil auxquels je rajoute les 1300 litres dépensés pour les produire et les transporter, ce qui fait un total de 2300 litres de gasoil.
Soit je brûle 1000 litres d'HVP, qui m'ont "coûté" 150 litres d'HVP, soit un total de 1150 litres d'HVP.
Le bilan, c'est deux fois moins de CO2 qui partent en fumée. Et la cerise sur le gâteau, c'est que je n'ai pas contribué à l'effet de serre. En effet, tout le CO2 que mon pot d'échappement a recraché a été absorbé par la plante pendant sa croissance, ça s'appelle un circuit court.

Une combustion plus complète grâce à l'oxygène contenue dans l'huile végétale atténue l'encrassement du moteur (calamine) ainsi que l'émission de particules imbrûlées.
Pas de soufre donc pas de pluies acides, la friture à explosion rejette six fois moins de particules cancérigènes. En bref, ça sent pas la rose mais presque…

En pressant 3 kg de graines, j'obtiens 1 litre d'huile et 2 kg de tourteau gras que je vends aux chèvres de mon voisin, un excellent fromager.
Saviez-vous que 85% des protéines végétales englouties par l'élevage de l'hexagone est du Soja en provenances des Amériques ?
Qui préférez-vous : Madame farine animale ou Monsieur OGM ?
Je réserve un hectare pour rouler une année, il reste 1,2 millions d'hectares en jachère et des millions de litres d'huile de friture usagées récupérables comme carburant.

A très court terme, les paysans peuvent proposer un carburant à la ferme, une énergie de proximité dont ils maîtrisent toutes les étapes de production et de distribution. C'est déjà le cas en Allemagne.
L'objectif d'Alain JUSTE en créant la SARL Valénergol* était précisément de démontrer qu'il était possible de vendre de l'HVP carburant à 60 centimes d'euros le litre.
Les douanes en ont décidé autrement, la justice l'a condamné en 2002 à payer la Taxe intérieure sur les produits pétroliers, la TIPP, soit environ 60 centimes d'euros par litre.
En Juin dernier une directive européenne qui reconnaît pourtant l'HVP comme carburant, incite les états membres à l'exonération totale de ces taxes.

Les autorités énergétiques françaises font la moue. La TIPP représente la 4ème rentrée fiscale de l'Etat, et la pétro-industrie rechigne à concéder une part du gâteau des biocarburants aux agriculteurs.
C'est la menace d'une concurrence directe au carburant dérivé d'huile végétale de colza : le Diester® , qu'ils développent depuis une dizaine d'année. Ce produit non biodégradable, énergivore à toutes ses étapes d'élaboration, a comme seul intérêt d'être très compliqué à produire, ce qui leur garantit le monopole d'une production centralisée.

Le procès de la SARL Valénergol a jeté de l'huile dans les flammes qui nous chatouillent l'envie d'être autonomes et responsables de nos actes.
Nous retenons de cette histoire que les utilisateurs de ce carburant n'ont à aucun instant été pénalisés par la justice. C'est la faille dans laquelle nous nous sommes plongés il y a deux ans en créant l'association Roule ma Fleur**.

Puisque l'Etat essaie de nous condamner à payer plus cher pour moins polluer, nous avons entrepris d'auto produire notre carburant, en faisant circuler entre nous une huilerie itinérante : la circ'huileuse.
Depuis une année, cette machine, acquise collectivement, nous fait explorer les joies de la traction végétale. En 3 jours, elle me permet de produire à domicile mes 1000 litres d'HVP carburant pour l'année. Elle est également une passerelle vers le monde paysan, en quête de sens..

Nous avons commencé à rouler directement à 50% en mélange avec le gasoil (immédiat pour les Diesel avec pré chauffage et pompe à injection de marque BOSCH) puis apporté 4 adaptations à nos moteurs pour atteindre 100% : sur tarage des injecteurs, installation d'un réchauffeur à gasoil, d'une pompe de pré gavage, changement du filtre à carburant.
Ce qui représente deux jours de mécanique culinaire et environ 300 euros d'équipements.
Pour tous les autres types de moteurs DIESEL, un système de bi-carburation avec un deuxième réservoir est nécessaire pour démarrer et éteindre le moteur au gasoil.

Les séances collectives de récoltes, trituration, adaptation des moteurs, dégustation de carburant… sont autant d'occasions de créer du lien et de propulser nos envies dans les espaces des possibles.
Ce travail nous incite à réduire notre consommation, et à chercher plus simple, plus près.

Une myriade de tâches d'huiles est en émulsion, plusieurs CUMA et CIVAM ont déjà démarré, et de nombreux groupes de particuliers et particulières fleurissent. Ça sent la frite de Londres à Berlin.

En espérant que mes enfants ne voient jamais s'épuiser la dernière goutte d'huile végétale.

Pétales de fleur à combustion, je lâche ce pistolet à pompe en service de station, et je vais boire un canon avec Richard qui doit me semer quelques milliers de mètres carrés de plantes kilométriques.

Florac, le 17 Octobre 2003
Thomas PLASSARD
Pdt de l'association ROULE MA FLEUR

(*) voir le site internet http://valenergol.free.fr
(**) Roule ma Fleur 48220 FRAISSINET DE LOZERE
Email : roulemafleur@free.fr
Site internet : http://www.roulemafleur.org






Vous avez un vehicule diesel ? Vous pouvez rouler à l'huile de tournesol ou de friture !!! (Vie pratique - Actualités)    -    Auteur : zen - France


2549 visiteurs depuis 2006-08-20
dernière mise à jour : 2006-08-21

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Vie pratique >> Blog #104