Médecines douces - Diététique, Alimentation
Les Elevages de masse

Les quantités énormes de viande qui sont consommées
actuellement ne peuvent être obtenues
qu'au moyen d'une production industrielle
de masse. Les élevages intensifs sont la conséquence
directe de la surconsommation de viande.

Mauvais traitement des animaux

Pour produire la viande à un prix le plus bas
possible, les animaux dits de boucherie sont
élevés dans des élevages industriels ce qui leur
cause de grandes souffrances. Parmi ces méthodes
cruelles d'élevage on peut citer:
– Les logettes, dans lesquelles sont maintenus
les porcs sans possibilité de bouger.
– Les cages à veaux, dans lesquelles les veaux
sont isolés et qui ne leur laissent qu'un espace
très étroit.
– Les très longs transports durant lesquels les
animaux ne sont ni nourris ni abreuvés.
– Le dresse-vache (cable électrique placé au
dessus de la vache)
– Les sols en caillebotis etc.

Animaux malades

Ces élevages de masse favorisent l'apparition
de maladies qui ne sont pas toujours inoffensives
pour l'homme, comme l'encéphalopathie
spongiforme bovine. Les animaux souffrent
aussi de maladies psychiques dues aux conditions
d'élevage concentrationnaires; par
exemple les porcs mordent la barre de métal
de leur cage d'ennui.

Tuer des être sensibles et capables de souffrance
Indépendamment des conditions d'élevage, le
fait de tuer des animaux sensibles et ressentant
de la souffrance uniquement pour satisfaire
notre gourmandise, est très discutable. La
mise à mort engendre toujours un stress très
important pour les animaux: dans les abattoirs,
chaque animal voit son congénère le précédant
dans la chaîne, être abattu et saigné avant
que son tour ne vienne.

La santé humaine

Lors de l'abattage, les animaux produisent de
grandes quantités d'hormones à cause du stress
et de leur angoisse face à la mort. Ces hormones
sont ingérées par les consommateurs de
viande en plus de toutes les substances nocives
qui se trouvent dans la viande provenant
de la nourriture qui est donnée aux animaux,
ce qui présente des risques pour la santé. En
plus de l'effort accru exigé par l'organisme
humain pour digérer la (trop) grande quantité
de protéines contenues dans la viande, toutes
les substances acides contenues dans la viande
qui se putréfie rapidement, doivent encore être
neutralisées.
Les conséquences pour la santé sont: empoisonnement,
rhumatisme, maladies cardiovasculaires,
diabète. Certains types de cancer
surviennent également plus fréquemment chez
les consommateurs de viande que chez les
végétariens.

Les conséquences d’une alimentation basée sur la viande
?

Dilapidation des fonds publics
Les maladies de civilisation mentionnées cidessus,
qui sont en partie liées à la surconsommation
de viande, portent une grande responsabilité
dans l'explosion des coûts de la
santé. Comme le commerce de la viande n'est
économiquement pas rentable, il doit être
abondamment subventionné. C'est pourquoi la
Suisse distribue 84% de ses subventions à
l'agriculture pour la production animale. La
part du revenu de l'agriculture suisse provient
pour 77% des impôts.

Gaspillage de protéines

La production de viande engloutit d'énormes
quantités de nourriture. La production d'un kilo
de viande nécessite de 7 à 16 kilos de céréales
ou de soja. La transformation de céréales en
viande cause la perte de 90% de protéines, 99%
d'hydrates de carbones et 100% de fibres. En
Suisse, 57% des céréales sont destinées à nourrir
les animaux dits de boucherie.

Monocultures

Les besoins de nourriture pour les animaux dits
de boucherie vont en croissant. Cela signifie
que de moins en moins de terres sont disponibles
pour produire des céréales pour les humains.
De plus, cela encourage également la
monoculture. Les cultures destinées au bétail
ne sont presque jamais cultivées de manière
écologique, ce qui entraîne des conséquences
négatives pour l'environnement et pour la santé
des consommateurs.

Changement du climat

Les élevages de masse ont des répercussions
sur le climat: les 1,3 milliards de bovins élevés
en permanence dans le monde produisent
chaque jour 60'000 tonnes de méthane, un des
gaz responsables de l'effet de serre.

La solution au problème

Jusqu'à présent les problèmes n'ont pas été traités
à la source, c'est pourquoi toutes les tentatives
pour les résoudre se sont montrées vaines.
Il est bien sûr facile de rejeter la faute sur les
éleveurs, les politiciens ou l'industrie, ou encore
de manifester ou de lancer des pétitions.
Mais tout cela ne sert à rien si on ne va pas au
coeur du problème: il s'agit de supprimer sa
consommation de viande et de donner exemple
aux autres personnes, afin qu'elles réduisent
au moins leur consommation de viande
et si possible qu'elle s'en abstiennent.
C'est une démarche très simple à réaliser et
que tout le monde peut faire!

Pour plus d'informations

Dans cette feuille d'information se trouvent des
faits qui ont été scientifiquement démontrés.
Nous vous envoyons volontiers d'autres renseignements
au sujet du végétarisme. Votre
adhésion à notre association ou un don (CCP
90-21299-7) nous aideront pour diffuser ces
informations. Vous pouvez aussi demander
sans engagement des informations sur un
thème particulier.

Association Suisse pour le Végétarisme (ASV)
27, chemin de Pierrefleur, 1004 Lausanne, eMail: asv@vegetarisme.ch
tél./fax: 021 / 646 89 53, CCP 90-21299-7, http://www.vegetarisme.ch




Les Elevages de masse (Médecines douces - Diététique, Alimentation)    -    Auteur : zen - Inde


1359 visiteurs depuis 2007-08-27
dernière mise à jour : 2007-08-28

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Médecines douces >> Blog #511