Spiritualité, Nouvel-Age - Esotérisme
La mise en place du plan anti-Ascension.

La mise en place du plan anti-Ascension.


« Ils adorèrent la Bête… On lui ordonna de proférer des paroles d’orgueil et de blasphème… Elle obligea tous les hommes, gens du peuple et grands personnages, riches ou pauvres, à se faire marquer d’un signe sur la main droite ou sur le front. Et personne ne pouvait acheter ou vendre sans porter ce signe : soit le nom de la Bête, soit le nombre correspondant à ce nom. C’est ici qu’il faut de la sagesse : que celui qui a de l’intelligence déchiffre le nombre de la Bête ; car c’est un nombre humain, c’est six cent soixante-six. »


Apocalypse de Jean, Ch. 13 v. 4-5 et 16-17-18


Si l’on établit un parallèle entre ces versets de l’Apocalypse écrits il y a 2.000 ans et la technologie utilisée aujourd’hui par la firme A.D.S., qui fabrique et commercialise la micro-puce, on s’aperçoit :

1. que les deux endroits du corps humain où la température change le plus rapidement sont la partie du front sous la racine des cheveux et le revers de la main. Or, le circuit de rechargement de la micro-puce est justement un circuit thermo-électrique dont le fonctionnement est rendu possible grâce aux amplitudes de températures.

2. que cette puce, inspirée du système du code-barres, possède un numéro de série à 18 chiffres, ce numéro étant divisé en 3 groupes de 6 chiffres.

Depuis la fin de l’année 2002, il est aux États-Unis possible pour tout citoyen américain de se faire implanter la puce pour la modique somme de 200 Dollars. La firme ADS (Applied Digital Solutions Inc.), via sa filiale « Verichip », a été autorisée à commercialiser sa microchip sous le nom de « digital angel ». Dans sa configuration actuelle, la « digital angel » fonctionne de la même façon qu’un portable, avec antennes-relais et GPS. Son porteur est instantanément identifiable et accessible en n’importe quel point du territoire américain.

Au cours des deux années écoulées, la puce a commencé à faire son apparition un peu partout en dehors des États-Unis : en Europe, en Asie, en Australie.

En juillet-août 2004, une expérience particulièrement inquiétante a même été tentée dans une discothèque de Barcelone en Espagne : implanter la puce Verichip à 17 clients volontaires, ce qui permettait, au moyen d'un scanning, de récupérer sur l'écran d'un ordinateur, leurs noms et numéros d'identification personnels ainsi que le crédit dont il disposaient dans l'établissement.




Premiers essais de la puce Verichip en Europe : ci-dessus : cliente de discothèque en train de se faire scanner son implant au Baja Beach Club de Barcelone. Selon le propriétraire de l’établisement, l’expérience a été très « prometteuse ».
Forts du succès de leur opération « Big Brother is watching you ! », les néo-Lucifériens mettent actuellement tout en oeuvre pour nous acheminer "en douceur" vers la phase suivante de leur plan, que l’on pourrait baptiser : « Big Brother is controling you ! »

Évidemment, la puce est également capable de stocker les informations les plus diverses : dossiers médicaux, curriculum vitae, mais aussi casiers judiciaires, déplacements, etc.

De nombreux gouvernements se disent très intéressés par cette puce, car, bien sûr, ils n’y voient que les avantages que l’on a bien voulu leur présenter : non seulement elle peut permettre de faciliter les transactions bancaires et de simplifier les démarches administratives, mais elle peut aussi être utilisée pour la surveillance des malades, des personnes âgées ou isolées, des enfants, des détenus, des animaux. Elle est présentée par les représentants d’ADS comme un moyen imparable de lutter contre la fraude, une étape obligée vers un monde plus sûr, plus juste et plus paisible.

Mais ce qu’ils omettent soigneusement de dire aux clients qu’ils prospectent à travers le monde, c’est que leur puce n’agit pas uniquement comme un émetteur de données. Cette puce est aussi un récepteur : pour qu’elle transmette les données qu’elle stocke, il faut qu’elle en reçoive la demande à l’aide d’un signal qui lui parvient via une antenne-relais ou un scanner spécifique. Or, en modulant la fréquence d’émission de ce signal, celui-ci peut aussi être transmis à travers la peau jusqu’au cerveau. Il est donc possible de stimuler à distance certains neurones de l’hémisphère gauche du cerveau et ainsi d’influencer la pensée du porteur de la puce, ou même de désactiver une partie des fonctions de son hémisphère droit, celui qui est sensé lui permettre de s’éveiller spirituellement et de travailler intérieurement sur l’ouverture de ses chakras. De ce point de vue, la puce n’est plus seulement un moyen de faciliter la vie et de sécuriser les échanges ; elle devient une arme redoutable, un moyen terrible d’entraver la grande marche de l’humanité vers l’éveil et l’Ascension.

Aux États-Unis, un projet de loi de l’administration républicaine, qui pourrait être présenté au Congrès américain dès le début de l’année 2005, vise, sous couvert de sécurité et de lutte contre le terrorisme, à injecter la micro-puce à tous les enfants dès leur naissance.

Il est donc plus que temps, pour les Travailleurs de Lumière, de mener une campagne d’information juste et appropriée auprès du grand public. Car cette puce risque bel et bien de devenir pour une partie de l’humanité de demain l’instrument de son esclavagisation, de son animalisation et de sa régression.

Accepterons-nous cela ?




La mise en place du plan anti-Ascension. (Spiritualité, Nouvel-Age - Esotérisme)    -    Auteur : jean - Canada


1402 visiteurs depuis 2009-08-04
dernière mise à jour : 2009-08-04

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Spiritualité, Nouvel-Age >> Blog #831