Médecines douces - Diététique, Alimentation
TOUT sur le lait

L'industrie du lait et sont marketing, nous ont-ils menti ?


Pas de santé sans lait ?


Le lait renforce les capacités de défense du système immunitaire. Ses composés permettraient le renouvellement de la paroi intestinale. Le lait renforce le système digestif, en aidant le développement d'une flore intestinale de qualité. Il facilite également la digestion. Enfin, les protéines du lait favorisent l'assimilation par l'organisme de minéraux (calcium) et oligo-éléments (zinc, …) excepté le fer.
Le lait a également un effet favorable sur la pression artérielle et certains composés du lait ont aussi un effet réducteur sur le stress.

Les produits laitiers constituent la meilleur source de calcium. Ils interviennent également dans la coagulation du sang et la contraction musculaire. Il est recommandé, de prendre un produit laitier par repas sous forme de yaourt, fromage, lait en boisson ou dans les préparations (lait dans la soupe, …).

Attention aux intolérances. L'intolérance au lait peut se manifester à tout âge. Elle vient d'une déficience en lactase.
Les principaux symptômes sont : flatulences, diarrhées, crampes intestinales. On peut aussi observer des réactions dermatologiques (eczéma). L'arrêt du lait de vache est alors impératif. Consulter immédiatement un médecin.

Le lait a pour fonction principale d'assurer la croissance des enfants en apportant calcium, phosphore, protéines et vitamines A, D, B, … (pour les laits non écrémés).


Le mythe du lait

De nombreux mythes entourent le lait : << Chaque enfant a besoin de lait (de vache) >>, << Sans lait, on manque de calcium >>, << Le lait de vache est sain >>, etc … Mais en examinant la question de plus près, on constate que cela ne correspond pas à la réalité. Il s'agit en fait de solides préjugés qui sont le résultat de la publicité massive que l'industrie du lait propage dans le public depuis plusieurs décennies …


Le calcium dans le lait

L'industrie du lait prétend que nous ne pouvons pas vivre sans lait. Comme le lait contient beaucoup de calcium, de nombreux médecins et l'industrie du lait en recommandent une grande consommation. Ce raisonnement semble logique, mais souffre d'un défaut. Il ne résiste pas aux études scientifiques !

L'ostéoporose (qui est une déminéralisation des os) n'est pas due à un apport insuffisant de calcium, mais a divers facteurs qui empêchent son assimilation ou qui facilitent son rejet.

Une alimentation riche en protéines animales augmente la quantité d'acide dans le corps. Les os tentent alors de se protéger en évacuant le calcium, ce qui accélère et cause une perte osseuse particulièrement importante chez la femme.

L'assimilation du calcium par notre organisme dépend de la qualité de phosphore présente dans l'alimentation. On estime que le rapport doit être égal. D'autre part, la cigarette, l'alcool, le sucre blanc, la farine blanche (privilégier les produits non rafiné ou complet), et un manque de sport ou d'exercices physiques, accélèrent la déminéralisation des os. La cortisone, les diurétiques, les laxatifs, les anti-acides, les tétracyclines (antibiotiques) … réduisent l'absorption de calcium, en augmentent le rejet, ou détruisent dans le foie la vitamine D, essentielle à l'assimilation de ce minéral.

Le calcium par l'exemple : Les japonaises qui consomment en moyenne 300mg de calcium / jour, ainsi que les femmes bantous qui en absorbent 200 à 300 mg, souffrent rarement d'ostéoporose ce qui n'est pas le cas des femmes aux USA : qui ingèrent de 840 à 1340 mg par jour !
C'est dans les pays où la consommation de lait et de produits laitiers est la plus importante USA, Finlande, Suède et grande-Bretagne que l'ostéoporose est le plus répandue. Les esquimaux qui absorbent la plus grande quantité de calcium (2000 mg/jour par les poissons), ont le taux d'ostéoporose le plus élevé du monde, ceci à cause du fait qu'ils ont une nourriture extrêmement riche en protéines animales (250 g à 400 g par jour).(1)


Où trouver du calcium ?

Autres sources : Contrairement aux idées reçues, le lait de vache ne contient qu' environ 120 mg de calcium pour 100 g.
En comparaison, le persil, le cresson, le soja, le sésame, l'orge, les pois chiches, les noisettes, les amandes, les pistaches, les figues sèches, les crevettes, les sardines fraîches, les algues, … en contiennent souvent plus.
Mais il y a aussi : les épinards, le brocolis, les choux-fleurs, le céleri en branche, les navets et certains légumes verts feuillus, haricots secs, haricots blancs, le germe de blé, la semoule, …
et si comme moi vous aimez le fromage et bien regardez le tableau si dessous et vous verrez que boire du lait de vache au petit déjeuner devient parfaitement inutile.


Le cholestérol & le lait

Les produits laitiers sont riches en acides gras saturés qui élèvent le taux du mauvais cholestérol (LDL), qui se dépose sur les parois des artères, favorisant l'artériosclérose et l'apparition de maladies cardio-vasculaires. On les retrouve dans les produits laitiers non écrémés, le beurre, la crème fraîche, le fromage, mais aussi les viandes, les charcuteries, le jaune d'œuf, l'huile hydrogénée, ….

Les anciennes pratiques d'élevages, ajouté à la ration quotidienne des vaches quelques graines de lin bouillies pour obtenir du lait ou du beurre riche en acides-gras Oméga 3 !

L'INRA de Rennes, a donc sélectionné 75 volontaires âgés de 24 à 45 ans et leur a donné un régime alimentaire dans lequel les graisses (lipides) provenaient exclusivement d'animaux dont la nourriture contenait du lin. Les résultats sont surprenants : les acides gras Oméga 3 ont fortement augmentés dans le sang.(2)


Des OGM dans le lait !

Nul besoin de démontrer l'interraction et le lien très étroit entre l'alimentation des animaux d'élevage et notre assiette. Je ne peux m'empêcher de penser aux OGM dont la nouvelle réglementation européenne sur l'étiquetage et la traçabilité qui est entrée en application le 18 avril 2004, ne concernera toujours pas les produits issus des animaux nourris avec des OGM tels que : le lait, la viande, la charcuterie, le fromage ou les poissons d'élevage.

60 à 80% des OGM pénètrent " à notre insu " dans la chaîne alimentaire via l'alimentation des animaux d'élevage. L'unique moyen d'échapper aux OGM et à cette dictature du mensonge entretenue pour quelques temps encore par les entreprises du secteur des " biotechnologies " est d'acheter des produits naturels estampillés du logo :


Quelle qualité accepter ?

La qualité du lait dépend de nombreux facteurs : établir et observer un intervalle de traite régulier (2 traites = un écart de 12 heures), la traite matinale est la plus "riche". Offrir un environnement calme pour la traite (ce sont des animaux très émotifs).

Il y a aussi le problème de la pollution de l'alimentation, ou des traces inquiétante de pesticides, nitrate, dioxines, vaccins, vermifuges, calmants, antibiotiques, trop souvent utilisés en prévention et comme activateurs de croissance dont les vétérinaires et les pharmaciens participent largement à la dérive.
Quand on connaît les conditions d'élevage de nos vaches, et que l'on a été capable de nourrir ces ruminants durant des années avec des cadavres d'autres animaux réduit en farine il faut être cinglé et atteints de sénilité précoce pour ne pas s'en être alarmé. Une vache mange essentiellement de l'herbe, du fourrage à l'étable, un petit peu de son pour augmenter les principes minéraux, quelques carottes en hiver, ….

Aujourd'hui avec les OGM, vous recommencez à déraper … à croire que la leçon de la " vache folle " ne vous a pas suffit ! C'est consternant !

Le lait maternel est exactement adapté aux besoins de bébé.


Les plus anciennes traces d'élevage laitier qu'on aie découvertes sont au Moyen-Orient. Elles datent de 10.000 ans avant J-C. Dans l'antiquité, les Grecs et les Romains consommaient très peu de lait, lui préférant : fruits, légumes et légumineuses, céréales, vin et les huiles ….

Au moyen-âge et jusqu'au 18e siècle, c'est une nourriture de pauvre, méprisée par les classes sociales aisées. Les médecins de l'époque recommandent même la plus grande vigilance.

Depuis 1930, le lait est réfrigéré à la ferme et transporté au cœur des villes par camions citernes isothermes, mis en bouteille et distribué. Ce mode de distribution qui existe toujours aujourd'hui permet aux Américains mais aussi aux Anglais de boire du lait cru (le vrai lait, l'authentique).
Le lait cru ne subit aucune destruction de vitamines, modification de goût, il est naturellement enrichi de plusieurs milliers de molécules et peut être : du lait de vache, brebis, chèvres, … !

Ce qui n'est pas le cas en France grâce aux industriels de la fillière lait comme Danone, Lactel Parmalat et les autres …

C'est en 1951, qu'une invention suisse, connue sous les initiales UHT, ultra haute température permit à l'industrie du lait de se développer. Le << lait en conserve >> était né ! Plus tard, les distributeurs se félicitèrent à leur tour de la révolution UHT, débarrassés de la contrainte de la chaîne du froid, le lait serait désormais vendu en rayon comme un paquet de lessive.


Avec le UHT, c'est un lait débarrassé de la plus grande partie des vitamines : A, D, B1, B12, C, … d'où la nécessité de rétablir sa richesse originelle avec des vitamines synthétiques (chimiques) qui ne sont en fait que des " clones morts " (1), pour le vendre avec mention légale : << lait à teneur garantie en vitamines >> souvent accompagnée d'une formule << marketing >> du style : << Calcium + vitamine D, pour rester solide >>, << enrichi en magnésium + fer /zinc > >, << aux Oméga 3 >>, etc …

<< Les vitamines naturelles s'avèrent supérieures et toujours inoffensives. >>

Avec le UHT, consommateurs, êtes-vous toujours certains de boire du lait et de donner ce qu'il y a de meilleur à vos enfants ? Avez-vous gouté et comparé du lait cru à du lait stérilisé ?
Si vous faites cette expérience, vous constaterez que les laits industriels, et plus particulièrement ceux qui sont 1/2 écrémé et écrémé sont plus légers en arôme, voir incipide !

<< La science a fait de nous des dieux, mais nous ne sommes que des hommes ! >>

Du fer dans le lait ! Consommateur, savez-vous pourquoi l'industrie supplémente le lait avec du fer alors que tous les spécialistes savent que le calcium, le zinc et certaines protéines inhibent (empêchent) l'absorption du fer ?

Eh bien parce qu'ils nous prennent pour des Cons …. Sinon pourquoi nous mentir sur l'apport réel de fer dans le lait et leurrer ainsi nos enfants, les parents que nous sommes et donc l'ensemble des consommateurs ? Ceci prouve bien et de façon indiscutable que votre santé n'est vraiment pas leur principale préocupation exceptée celle de leurs finances.

Pourquoi "le lait de croissance", "Croissance bio" de candia ou "Lactel Eveil" sont-il enrichi en fer, et ce (25 fois plus de fer que le lait demi-écrémé, …) ? Comment pouvez-vous être certain que cette supplémentation presque imposée et abusive n'est pas dangeureuse pour la santé de nos bébés ? Comment faisait-on avant ? Je veux dire avant 1991 et le marketing !!!


Arnaque << marketing >> consommateurs, espérons que vous ne vous laisserez pas prendre au piège du premier lait " anti-stress ", sa sortie est, prévue pour 2005 ! Si cela arrive, se sera une escroquerie intellectuelle de plus puisque les protéines de petit-lait qui permettent de réduire les effets physio-logiques délétères du stress et soulage la dépression notamment par la baisse du taux de cortisol et l'élévation de la sérotonine sont présentes dans le lait entier cru à l'état naturel. (2)

La recherche, le développement et au final le marketing de l'industrie agro-alimentaire prospère dans le virtuel, le superficiel et l'artificiel. Qu'a inventé l'industrie agro-alimentaire depuis cinquante ans ? Elle a passé son temps à nous mentir, n'a créé qu'une nourriture au goût dénaturé, d'une qualité nutritionnelle médiocre (trop salé, sucré, grasse, etc …), le tout saupoudré d'un cocktail d'additifs chimiques falsifiant et trahissant l'authenticité des produits originel.

<< Croyez-moi, l'art du marketing agro-alimentaire consiste
à vendre de la merde au prix du caviar >>


Différents types de laits

Le lait biologique : se décline en lait cru, lait entier ou lait demi-écrémé. Il se reconnaît au logo "AB". Ce lait est moins exposé aux polluants (pesticides, nitrates, dioxine, …).
Il est issu de vaches élevées selon les règles de l'argriculture biologique et soumis à des contrôles de qualité très stricte.

Le lait cru, est réfrigéré à 4ºC à la ferme, dès après la traite. Il provient d'exploitations soumises à des contrôles stricts. Sa date limite de consommation est de 48 heures et doit être impérativement conservé au frais. On le reconnaît à son code couleur jaune.
Avant de le consommer, il faut le faire bouillir 5 minutes l'hiver, 10 minutes en été.

Le lait entier : sa teneur en matière grasse est de 36 g par litre. On le reconnaît à son code couleur rouge.

Le lait demi-écrémé : sa teneur en matière grasse est de 15,5 g par litre. On le reconnaît à son code couleur bleu.

Le lait écrémé : Sa teneur en matière grasse est de moins de 3 g par litre. On le reconnaît à son code de couleur verte.


Le lait maternel : allaiter bébé ?


Lait frais pasteurisé : il se conserve 7 jours grâce à la pasteurisation. On doit le conserver au froid à 4º. Il peut être entier ou demi-écrémé. La technique de pasteurisation, qui consiste à chauffer le lait pendant une vingtaine de secondes à une température entre 72 et 85ºC.

Le lait stérilisé : il se conserve à température ambiante et pendant une longue période - 150 jours (emballage fermé), grâce à la stérilisation. La technique de cette stérilisation consiste à porter le lait à une température de 115ºC pendant 15 à 20 minutes, il est ensuite conditionné dans un emballage hermétique.

Le lait stérilisé UHT, le plus répandu, se concerve 90 jours à température ambiante. On le trouve le plus souvent demi-écrémé. Le lait est chauffé à une température de 140 à 150ºC durant quelques secondes. Il se consomme dans les deux jours après ouverture.

Les laits spécifiques Dans cette catégorie figurent différents types de lait plus récents, tel que les laits aromatisés, les laits infantiles et de croissance, les laits supplémentés ou enrichis.
Plus anciens, le lait concentré sucré, non sucré et le lait en poudre (no comment !).

Le lait aromatisé c'est un lait stérilisé UHT auquel on a ajouté des substances aromatiques naturelles.

Les laits infantiles. Ils sont caractérisés par deux appellations suivant la réglementation française de 1994 :
- Les laits de préparations pour nourrissons : de la naissance à 4 mois.
- Les laits de préparations de suite : de 4 à 12 mois.
Ils sont fabriqués pour répondre aux besoins nutritionnels des bébés.

Les laits de croissance Ce sont des laits spécialement formulés pour les enfants en bas âge, de 1 à 3 ans. Ils sont natures ou aromatisés.

Les laits supplémentés ou enrichis Ce sont des laits enrichis en vitamines (A, E, PP, B, D), calcium, zinc, magnésium, fer, oméga 3, oligo-éléments et fibres. Ils répondent aux besoins nutritionnels spécifiques des personnes âgées, enfants, femmes enceintes … Les laits de croissance et les laits enrichis sont soumis à une réglementation datant de 1976 et appartiennent à la catégorie des produits diététiques.


Des laits plus rare et plus cher …

Le lait de chèvre : C'est un lait plus blanc que le lait de vache et sa saveur est plus prononcée.
Les matières grasses du lait de chèvre contiennent un peu moins de cholestérol que celles du lait de vache entier et sont plus digestibles. Il a des chances de convenir aux enfants manifestant une intolérance aux protéines bovines.

Le lait de brebis Le lait de brebis a un goût doux, riche et légèrement sucré. Il contient jusqu'a deux fois plus de minéraux tels que le calcium, le phosphore et le zinc et le groupe de vitamines B.
Tout comme le lait de chèvre, les particules de gras du lait de brebis sont plus fines, donc plus digestes que le lait de vache. Le lait de brebis a démontré avoir un avantage pour les gens qui ont des allergies ou des intolérances au lait de vache ou de chèvre, et il est idéal pour les gens âgés ou les enfants qui ont des diètes spéciales.

Le lait de jument Dans le Bitcherland, en plein cœur du parc naturel régional des Vosges, paissent une centaine de Haflingers, fringants petits chevaux alezans. Ce sont les juments du domaine de la voie lactée, premier lactarium français de lait de jument bio. C'est un lait plus digeste et bien plus proche du lait de femme que le lait de vache. Malheureusement, son prix le rend souvent inaccessible.

Le lait d'ânesse était en honneur chez les Grecs et les Romains. Hippocrate, le recommandait pour toutes sortes de maux : douleurs articulaires, cicatrisation des plaies, etc …

Voici un tableau comprenant la composition du lait de la femme et celui des animaux domestiques.


lait de femme, lait ânesse, lait chèvre, lait vache, lait jument, lait de femme


Comme on le voit, le lait d'ânesse est celui qui se rapproche le plus du lait maternel. Pour obtenir ce lait, l'ânesse est soumise à un régime alimentaire strict : foin sec ou luzerne sèche avec un peu de paille hachée et du son pour augmenter les principes minéraux. Quelques carottes en hiver, quelques bottes d' herbe verte au printemps. Contrairement à d'autres animaux, il est impossible d'obtenir du lait d'ânesse si on lui enlève son petit …

On obtient en général entre un litre à un litre et demi de lait par ânesse et par jour, ce qui n'est rien comparé aux 40 à 60 litres que produit une vache laitière, et l'on comprend mieux maintenant pourquoi l'industrie du lait nous vend du lait de vache pourtant moins bien équilibré pour la santé de nos chérubins !


Le Yaourt, n'est pas yaourt qui veut !

Pourquoi : il ne faut-il pas consommer plus de 3 yaourts par jour ?
Le galactose est-il dangereux ? Valeur nutritionnel des fromages.

"yaourt" ou "yoghourt"
cette dénomination est strictement réservée aux laits dont la fermentation est obtenue par des bactéries lactiques …. Lorsque l'acidité du lait atteint un certain seuil, les caséines (protéines du lait) coagulent et forment ainsi le gel caractéristique du yaourt.

Les principaux ingrédients ajoutés sont des agents sucrants : sucre, sucres de fruits ou encore édulcorant comme l'aspartame. On obtient ainsi des yaourts et des laits fermentés natures sucrés, aromatisés ou aux fruits. L'ensemble de ces adjonctions ne peut pas dépasser 30 % du poids total du produit.

Valeur nutritionnelle de quelques yaourts

Un yaourt pèse en moyenne 125 g mais les apports nutritionnels fournis par les tables de composition sont toujours exprimées pour 100 g. Ces valeurs nutritionnelles sont tout à fait transposables à celles des laits fermentés.


Les yaourts et les laits fermentés ont une digestibilité supérieure à celle du lait. Le remplacement du lait par du yaourt conduit à une meilleure absorption et une tolérence accrue au lactose.

La fermention du lait est un procédé utilisé depuis des millénaires pour la conservation du lait. Tous les laits fermentés ne se ressemblent pas. À travers le monde, il existe une très grande varié de produits ayant des saveurs différentes. Tous ces laits fermentés se préparent tantôt avec du lait de chèvre, de brebis, de jument, d'ânesse, de chamelle ou de vache.

- Dans le bassin méditerranéen, ils ont pour nom : naja, mladost, zimme, …
- Dans les pays de l'est : biokys, tarho, Kéfir, Koumis, …
- Dans les pays nordiques : skyr, lattemjölk, tattenjölk, filia, ymer, …

A consommer, avec modération …

Ne consommer pas plus de 3 yaourts par jour car le yaourt contient du galactose qui, ingéré en grande quantité, peut poser des problèmes au foie. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il n'est pas recommandé de boire du lait dit "sans lactose" car il contient beaucoup trop de galactose !

Pour être beaucoup plus précis, c'est la vitesse à laquelle nous buvons du lait "sans lactose" qui est mauvais pour le foie …. Le yaourt pose moins de problème car nous ne mangeons pas un yaourt aussi vite que nous absorbons les liquides. De plus, le lait "sans lactose" contient deux sortes de sucres : le glucose et le lactose. Tandis que le yaourt contient de l'acide lactique et du galactose. C'est cette différence qui permet au foie de mieux gérer le galactose.

Pour consommer plus de 3 yaourts par jour vous devez enlever l'eau qui est contenu dans le yaourt car c'est là que se trouve le galactose. Placer votre yaourt dans un linge propre ou un bol (il n'est pas nécessaire de le placer au frigo). Laissez reposer plusieurs heures le yaourt puis jetter l'eau.

Vous pouvez aussi, fabriquer votre yaourt. Comme il est impossible de trouver des yaourts dans le commerce (même les bios) qui aient subit une fermentation de 24 heures, temps nécessaire pour transformer tout le lactose du lait, vous pouvez fabriquer vos yaourts avec une yaourtière, 1 litre de lait et des ferments lactiques.


Un régime sans galactose

Reconnaître la présence de galactose dans un aliment du commerce lorsque l'étiquette porte la mention :

Lait - lactose - lactosérum - lactoprotéines - caséine - matière grasses animales ou matières grasses non précisées - gélifiant - E415 - soja - arôme naturel, caseinates acide lactique, lactates, lactalbumine …

Hélas, la liste des ingrédients déclarés sur l'étiquette est insuffisante, Les industriels peuvent garder confidentiels certains modes de fabrication et des ajouts éventuels. Par exemple, le lait en poudre peut être ajouté pour améliorer la texture sans être mentionné sur l'étiquette.
Un hydrolysat de lactosérum peut être ajouté comme édulcorant et étiquetté "édulcorant".

Dans un régime sans galactose il ne faut en aucun cas se fier uniquement à l'étiquette mais il faut exiger des réponses écrites de la part des industriels avec une étude détaillée des différents sucres. Une lettre aux services consommateurs permet dans certains cas d'obtenir des infos sur la composition des produits.
Outre les aliments, il faut être attentifs à la composition de certains médicaments qui contiennent du galactose ( gélules, cachets, etc...).

Éviter les carences, un régime sans galactose peut entraîner des déséquilibres. En général, la diversification se met en place vers l'âge de 6 mois puis, progressivement ont introduira les céréales, les légumes et les fruits. Tous ces aliments sont introduit en fonction de règles que seuls les diététiciens pédiatriques calculeront de façon précise et adapteront la ration individuelle en fonction de l'âge, du poids, de la taille et des paramètres biologiques.


Les fromages

Dans le monde, la France est le pays du fromage avec près de 1000 variétés et 24,6 kg consommés par an, le français est le premier amateur de fromage au monde.

Chaque région, et parfois chaque village, revendique son fromage. Difficile de ne pas craquer sur un marché ou devant l'étale d'une fromagerie.

Les fromages de chèvre : dans l'antiquité, la chèvre était un pilier de l'alimentation méditerranéenne. En france, il existe plus 90 fromages de chèvre répertoriés. 20% de sa fabrication reste artisanale et fermière. Le reste provient de laiteries industrielles.



La classification du fromage se décline en huit grandes familles
Fromages fondus Pâtes persillées
Fromages frais Pâtes pressées cuites
Pâtes molles à croûte fleurie Pâtes pressées non cuites
Pâtes molles à croûte lavée Chèvres

Notre conseil Quand vous achetez un fromage industriel en grande surface, préférez toujours un AOC (appellation d'origine contrôlée) il sera toujours de meilleure qualité, plus typé et goûteux. Enfin un fromage au lait cru est toujours bien meilleur au goût mais aussi pour votre tonus !

Attention aux calories ! Quelques "boutons de culotte" bien secs que l'on grignotte sans y penser peuvent s'avérer redoutables malgré leur petit format !


Les sources

(1) L'organisme qui ne pourra pas décoder ce " clone mort " décidera de l'ignorer, de l'éliminer (d'où l'inefficacité des faibles doses), soit en sera fortement pertubé (d'où la toxicité des fortes doses)

(2) Américan Journal of Clinical Nutrition, 71,1536-1544).

(3) Consommateurs, révoltons-nous ! Ed. Plon, 228 p., 18 euros.

(4) Mazess, R. : Bone mineral content of north alaskan eskimos. Journal of clinical nutrition, 27:916, 1974. (2) Source : MEDEC - 2002.




TOUT sur le lait (Médecines douces - Diététique, Alimentation)    -    Auteur : HAMMED - Algérie


8956 visiteurs depuis 2007-08-13
dernière mise à jour : 2007-08-13

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Médecines douces >> Blog #478