Spiritualité, Nouvel-Age - Energies libres
LE LIFTER

LE LIFTER

Le 16 août 1960, le brevet N°2949550 de Townsend Brown fut déposé aux USA. Ce brevet décrivait un dispositif qui convertit directement l'énergie électrique en mouvement cinétique !

Le principe de fonctionnement du lifter est basé sur l'effet Biefeld-Brown. A l’origine, cet objet était composé d'un condensateur monté en triangle.
La très haute tension (+ 30 000 V) appliquée aux bornes de ces condensateurs provoque une poussée suffisante pour assurer la lévitation du dispositif.

Ce modèle sembla oublié pendant des années, et c’est en juin 2001 qu’il fut présenté par la société « Transdimentionnal Technologies ».

En France, le 10 octobre 2001, Jean Louis NAUDIN répliquait l'expérience avec succès.
Chercheur et expérimentateur français, Jean Louis Naudin réalise depuis quelques années un grand nombre d'expériences qu’il publie sur son site Internet. Schémas, photos d’écrans d’oscilloscope, séquences filmées sont à chaque fois disponibles, car l’homme est soucieux de partager ses connaissances avec le plus grand nombre, et il témoigne d’un désintéressement qui force l’admiration et le respect…
Bien trop modeste à notre goût, cet expérimentateur exceptionnel veille toujours à mettre en avant les expériences qu’il entreprend, avec un mépris prononcé pour les honneurs. Il est cependant reconnu par ses « pairs » du monde entier comme étant l’un des plus grands dans son domaine.
A travers ces quelques lignes, nous souhaitons lui rendre un hommage bien mérité.
Même s’il préfère son laboratoire aux interviews et émissions télévisées, nous déplorons que les médias scientifiques classiques français n’aient pas au moins pensé à signaler l'adresse de son site. C’est d’ailleurs justement en France, dans son pays, que Jean Louis Naudin est le plus ignoré, alors que la presse étrangère fait régulièrement écho de son travail depuis des années.

Depuis le 10 octobre 2001, le lifter 1 a donné naissance à de nombreuses générations d’engins. Jean Louis Naudin a fait des émules, et l’on se demande sérieusement aujourd’hui quelle surprise hallucinante nous réserve encore cet expérimentateur de génie !

ATTENTION !!!
Faites preuve d'une extrême prudence

Répliquer l’expérience du Lifter n’est pas un jeu. Cette technologie n’est pas à la portée des débutants.
Les expérimentateurs manipulent de la Haute-Tension. Les plans et les conseils présentés sur les différents sites web consacrés à ce sujet ne sont destinés qu’à des personnes ayant l'habitude de manipuler de la Haute-Tension.

nous avons volontairement décidé de ne pas divulguer ces plans sur le site, considérant le danger que cette technologie pouvait représenter pour le jeune public. Si vous décidez de vous rendre sur les sites internet pour réaliser cette expérience, ceci est à vos risques et périls, et nous déclinons toute responsabilité en ce qui concerne les éventuels dommages matériels ou physiques causés.


Le Projet Lifter
par Jean-Louis Naudin


L'expérience du Lifter1 de
Transdimensional Technologies

Aujourd'hui, j'ai reproduit avec succès le Lifter1 et le Lifter2 présenté par Transdimensional Technologies en juin 2001. Vous trouverez sur mon site tous les détails techniques sur mon expérience du Lifter1.
Vous trouverez aussi toutes les informations et la méthode pour construire vous-même votre propre Lifter1.

Le Lifter1, comme tous les autres lifters montés par la suite, est maintenu sur la table par 3 fils fins en nylon et ce, afin d'éviter qu'il ne s'échappe...

Spécifications du Lifter1
Le Lifter1 est un condensateur asymétrique avec une électrode constituée par un fil fin de cuivre et placée à 30 mm de l'électrode principale en aluminium construite à la manière de Townsend Brown.

Poids : 2.3 g

Dimensions du Triangle : Triangle équilatéral, chaque côté faisant 200 mm de large et 40 mm de haut, réalisé avec une feuille d'aluminium de 12/100 mm.

Train d'atterrissage : hauteur de 30 mm en balsa 15/10 mm.

Structure principale : balsa 15/10 mm et de 2 mm de large.

Puissance requise pour compenser le poids : 18 Watts (40 KV @ 450 uA)
Puissance requise pour un vol stationnaire avec une charge utile de 1 g : 23.9 Watts (41.9 KV @ 570uA)

Le Lifter1 fonctionne très bien avec l'alimentation de 30KV.


Lifter1 - Résultat des tests :
Aujourd'hui j'ai bien reproduit la version du Lifter1 de Transdimensional Technologies et je peux vraiment confirmer qu'il fonctionne réellement.
Le Lifter1 est une machine passionnante, la poussée ascensionnelle par rapport à son poids est forte (150%) et il est capable d'accélérer très rapidement vers le haut et de manière silencieuse. Le Lifter1 a un poids de 2.3 g et il est capable de transporter une charge additionnelle de 1 g avec 23.8 Watts.

L'expérience du Lifter2 de
Transdimensional Technologies

Le Lifter2 est un condensateur asymétrique avec une électrode constituée par un fil fin de cuivre et placée à 30 mm de l'électrode principale en aluminium construite à la manière de Townsend Brown. Il utilise 9 cellules Townsend Brown montées en structure géodésique triangulaire.

Spécifications du Lifter2

Poids : 6.6 g

Dimensions du Triangle principal : Triangle équilatéral, chaque côté faisant 400 mm de large et 40 mm de haut, réalisé avec une feuille d'aluminium de 12/100 mm.

Train d'atterrissage : hauteur de 30 mm en balsa 15/10 mm.

Structure principale : balsa 15/10 mm et de 2 mm de large.

Puissance requise pour compenser le poids : 21.9 Watts (38.5 KV @ 570 uA)
Puissance requise pour un vol stationnaire avec une charge utile de 3 g : 48.5 Watts (43.35 KV @ 1.12mA)

Le Lifter2 fonctionne très bien lui aussi avec l'alimentation de 30KV, mais Il est possible également d'utiliser directement la sortie THT d'un vieux moniteur couleur d'ordinateur.


Lifter2 - Résultats des tests :
Le Lifter2 est encore plus impressionnant que le Lifter1, sa force ascensionnelle est 2.8 fois plus forte que celle du Lifter2 et il est capable d'accélérations très rapides vers le haut et ce en silence. Le Lifter2 a un poids de 6.6g et il est capable de transporter une charge additionnelle de 3 g avec 48.6 Watts.

Les tests du Lifter v3.0

Le Lifter v3.0 est plus grand que la version du Lifter2 présenté par Transdimensional Technologies en juin 2001. Le Lifter v3.0 utilise neuf condensateurs asymétriques de Townsend Brown montés en structure géodésique triangulaire. Le Lifter v3.0 est 2.4 fois plus lourd que le Lifter2 et 7 fois plus lourd que le Lifter1.

Spécifications du Lifter v3.0

Le Lifter v3.0 est une structure géodésique triangulaire composée de 9 cellules et de 18 condensateurs asymétriques de Townsend Brown. Une électrode constituée par un fil fin de cuivre est placée à 30 mm de l'électrode principale en aluminium.

Poids : 16 g

Dimensions du Triangle principal : Triangle équilatéral, chaque côté faisant 600 mm de large et 40 mm de haut, réalisé avec une feuille d'aluminium de 12/100 mm.

Train d'atterrissage : hauteur de 30 mm en balsa 15/10 mm.

Structure principale : balsa 15/10 mm et de 2 mm de large.

Puissance requise pour compenser le poids : 45.4 Watts (18.45KV @ 2.46 mA)

Puissance requise pour un vol stationnaire avec une charge utile de 4 g : 69.5 Watts (27.5 KV @ 2.53 mA)
Charge utile maxi : 4 g


Lifter v3.0 - Résultat des tests :
The Lifter v3.0 est un engin de grande taille dans le laboratoire, et il est impressionnant ( 600 mm de côté ). Le Lifter v3.0 est une machine passionnante, en dépit de son poids, il est capable d'accélérer vers le haut très rapidement et silencieusement. Le Lifter v3.0 a un poids de 16 g et il est capable de transporter une charge utile de 4 g. Il est très stable en mode stationnaire et peut être très rapide en translation.

Les tests du Lifter v4.0

Le Lifter v4.0 est la plus grande version testée jusqu’à présent. Le Lifter v4.0 utilise 18 cellules avec 36 condensateurs asymétriques de Townsend Brown assemblés en structure géodésique hexagonale. Le Lifter v4.0 est 2 fois plus lourd que le Lifter v3.0.

Spécifications du Lifter v4.0

Le Lifter v4.0 utilise 18 cellules avec 36 condensateurs asymétriques de Townsend Brown assemblés en structure géodésique hexagonale. Une électrode constituée par un fil fin de cuivre est placée à 30 mm de l'électrode principale en aluminium.

Poids : 32 g

Dimensions : Hexagone de 870 x 700 mm et de 40 mm de haut, réalisé avec une feuille d'aluminium de 12/100 mm.

Train d'atterrissage : hauteur de 30 mm en balsa 15/10 mm.

Structure principale : balsa 15/10 mm et de 2 mm de large. La construction a été allégée par rapport à la version du Lifter v3.0

Puissance requise pour compenser le poids : 81.4 Watts ( 40.5 KV @ 2.01 mA )
Puissance requise pour un vol stationnaire avec une charge utile de 4 g : 132.9 Watts ( 44 KV @ 3.02 mA )
Charge utile maxi : 4 g


Lifter v4.0 - Résultats des tests :
Woww !!!, C'est très impressionnant... Le Lifter v4.0 est la plus grande version que j'ai construite à ce jour. Sa taille dans le laboratoire est réellement impressionnante (820 x700 mm). Le Lifter v4.0 est une machine passionnante, en dépit de son poids, il est capable d'accélérer vers le haut très rapidement et silencieusement. Le Lifter v4.0 a un poids de 32 g et est capable de transporter une charge utile de 4 g. Il est très stable en mode stationnaire et peut être très rapide en translation.


Les tests de l'UFO-Lifter

L'UFOLifter v1.0 est une nouvelle forme de Lifter. Il est composé de deux étages de condensateurs asymétriques empilés. L'étage inférieur est un Décagone de 30 cm et l'étage supérieur, un Pentagone de 16 cm.

Spécifications de l'UFO-Lifter v1.0

L'UFO-Lifter v1.0 est composé de deux étages de condensateurs asymétriques empilés. L'étage inférieur est un Décagone de 30 cm et l'étage supérieur, un Pentagone de 16 cm. Une électrode constituée par un fil fin de cuivre est placée à 30 mm de l'électrode principale en aluminium.

Poids : 6 g

Dimensions : 300 mm de diamètre et 90 mm de haut, réalisé avec une feuille d'aluminium de 12/100 mm.

Structure principale : balsa 15/10 mm et de 2 mm de large. La construction a été allégée.

Puissance requise pour un vol stationnaire : 30 Watts (22.5 KV @ 1.33 mA)

Lorsque l'alimentation THT est allumée, l'UFO-Lifter décolle rapidement et se positionne en vol stationnaire maintenu à la table par 3 fils fins en nylon. On peut entendre nettement un bourdonnement sourd autour de l'appareil... (voir le spectre audio-fréquence)


NOTE IMPORTANTE A PROPOS DE
LA CONSTRUCTION DE L'ARMATURE PRINCIPALE :
Mes premiers essais de l'UFO-Lifter ont été un échec, l'appareil produisait un fort dégagement d'ozone, un fort vent ionique et consommait beaucoup de puissance 121 Watts ( 40KV DC @ 3.03mA ) et ce sans vouloir décoller. J'étais un peu déçu et après quelques réflexions et analyses, j'ai trouvé le problème.

Cela était dû à une mauvaise finition de l'armature en aluminium. Je n'avais pas recouvert d'aluminium les parties en regard avec chaque électrode en fil fin. J'ai donc rajouté un bout d'aluminium sur toutes ces parties en regard de manière à avoir une forme arrondie. Le résultat a été spectaculaire, lorsque j'ai rallumé l'alimentation THT, l'UFO-Lifter a décollé rapidement, le courant HT a chuté considérablement, la puissance nécessaire pour le vol stationnaire est tombée à 30 Watts... Regardez les détails concernant la modification effectuée.

Tests des Lifters en EXTERIEUR

Après les tests réussis en laboratoire, les lifter v3.0 et lifter v4.0 ont été testés avec succès en extérieur. En dépit d'une météo venteuse, les Lifters ont montré une bonne stabilité pendant la phase de vol stationnaire.


LIFTER v3.0 - Premier décollage vertical à 1 mètre
Les 3 fils nylon qui limitaient précédemment l'altitude du Lifter v3.0 ont été retirés. Le Lifter v3.0 est maintenant guidé par une rampe de 1 mètre en fibre de verre. Il est capable ainsi de glisser librement le long de celle-ci à l'aide d'un tube de guidage en plastique. Un anneau de caoutchouc est placé au sommet afin d'éviter que le Lifter n'échappe de sa rampe.

Résultat des tests :
Lorsque l'alimentation THT est mise en route, le Lifter v3.0 monte verticalement très rapidement et ce, en dépit des frottements le long de la rampe. Le Lifter v3.0 reste stable en haut de la rampe (à 1 mètre de la table) et ce, aussi longtemps que l'alimentation est maintenue.


Vers un vol piloté...

Voici une proposition de dispositif de pilotage pour obtenir un vol contrôlé du Lifter.
Pour cette démonstration, j'ai utilisé le lifter v3.0

L'objectif principal est d'obtenir un véhicule ayant une très grande manœuvrabilité tout en conservant une simplicité du dispositif de contrôle. Dans les expériences précédentes, j'ai constaté que les Lifters étaient capables d'évolutions très rapides et ce, indépendamment de leur masse et de leur taille.

Dans les diagrammes suivant, des parties du Lifter ont été colorées en Rouge, en Vert, en Jaune et en Gris pour une meilleure compréhension du principe.

Le contrôle de l'altitude s'effectue en augmentant la tension sur les cellules grises.

Un roulis à gauche est obtenu en augmentant la tension sur la cellule verte et en réduisant la tension sur la cellule rouge.

Un roulis à droite est obtenu en réduisant la tension sur la cellule verte et en augmentant la tension sur la cellule rouge.

Une accélération vers l'avant est obtenue augmentant la tension sur les cellules verte et rouge
et en réduisant la tension sur la cellule jaune.

Une décélération avant (ou une accélération vers l'arrière) est obtenue en réduisant la tension sur les cellules vertes et rouges et en augmentant la tension sur la cellule jaune.

Regardez la vidéo suivante. Vous constaterez que le Lifter est capable de mouvements très rapides et qu'il est très manœuvrable. Dans ce test, je n'ai pas alimenté séparément les trois parties vertes, rouges, jaunes pour contrôler le Lifter.

Résultats des Tests :
Il est très intéressant de noter que le Lifter translate latéralement de manière très rapide. De très faibles variations de la tension THT ( environ 2 KV ) sont capables de produire ces mouvements de translation très rapides. Voici l'enregistrement de la tension pendant la phase de décollage, de translation très rapide et d'atterrissage.


Test du Lifter avec de la
Haute Tension PULSEE

Vous trouverez ci-dessous un test très intéressant avec le Lifter v3.0. Lors des tests précédents sur le Lifter v3.0 du 11 octobre 2001, j'ai mesuré que la puissance requise pour un vol stationnaire est de 69.5 Watts ( 27.5 KV DC @ 2.53 mA ) avec un poids de 16 g et une charge utile de 4g.

J'avais utilisé précédemment de la Haute Tension CONTINUE. Maintenant dans ce test, j'ai utilisé de la Haute Tension PULSEE à une fréquence allant jusqu'à 100 Hz.

Si les enceintes de votre ordinateur sont réglées à un volume assez élevé, vous pourrez entre le bourdonnement à 70 Hz du Lifter v3.0 en vol stationnaire...
RÉSULTATS DES TESTS
L'alimentation Haute Tension est contrôlée par un générateur de signal carré. Il est donc ainsi possible de pulser la Haute Tension envoyée au Lifter.

Les tests sont très encourageants car La puissance requise pour le vol stationnaire du Lifter n'est plus que de :

17.72 Watts à 70 Hz alors qu'elle était de 69.58 Watts en continu.

Cela représente 4 fois moins de puissance à 70 Hz qu'en Tension continue.

Procédure de Test :
1/ Le générateur de fréquence est programmé à la fréquence désirée.

2/ La tension est ajustée de manière à obtenir un vol stationnaire libre à 25 cm de la table. Le vol stationnaire est effectué sans la rétention des fils de nylon, qui sont dans ce cas présents, uniquement là pour des raisons de sécurité.

3/ La tension et le courant sont mesurés.

Test avec de la Haute-Tension continue :
Il est très intéressant de noter que :

1/ Le Lifter translate latéralement très rapidement et qu'une faible variation de tension ( environ 2 KV ) produit une translation très rapide par un effet de glissement latéral.

2/ Qu'il y a une tension minimale de décollage ( > 19 KV ).

COMMENTAIRES INTÉRESSANTS ( 23/10/01 ) :
A 70 Hz la puissance requise pour un vol stationnaire est de 886 W/Kg. Il semble aujourd'hui raisonnable de penser qu'avec des améliorations techniques de la géométrie, avec des tensions pulsées de plus hautes fréquences, il sera possible d'atteindre, et même de dépasser les performances d'un hélicoptère conventionnel...

En comparaison avec un hélicoptère classique, le Lifter vole silencieusement, il est hautement manœuvrable et semble capable d'atteindre de très fortes accélérations grâce à sa capacité d'avoir une forte réduction de sa traînée aérodynamique...

Vidéo des tests avec de la Haute Tension PULSÉE
lfthvp.ram

Et pour conclure avec ces expériences qui n’en sont qu’à leur début, voici l’impressionnante collection de lifters testée par Jean Louis Naudin.

NDLR : Je ne sais pas vous… Mais au fil de ces démonstrations la rédaction de Top Secret a eu la sensation d’assister à la préhistoire d’un mode de propulsion révolutionnaire !
Comme si l’on assistait, il y a plus d’un siècle, au tout début de l’avion. On imagine aisément ce que l’ingéniosité de Jean Louis Naudin pourrait découvrir avec un peu plus de moyens. Des moyens dont disposent peut-être en revanche certaines agences gouvernementales travaillant à des projets secrets. Il y a dans le Lifter un je ne sais quoi qui rappelle considérablement les engins aperçus en 1989/1991 lors de la fameuse « vague belge ».



Richard Boylan: avis et indices sur la Vague Belge et l'Anti-gravité

En 1997, Thierry, fondateur d’Ufocom, est entré en contact avec le Dr Richard Boylan, un chercheur américain sur la problématique OVNI, afin de lui demander, entre autres choses, son avis sur la position du Ministre belge de la Défense relative à la clôture officielle du dossier.
Celui-ci a très vite répondu et très gentiment. Il a aussi fait parvenir un échange de mail auquel il avait participé dans les newsgroups sur Internet. Pour Ufocom, il ne s'agit pas de cautionner ses propos ou de s'en servir pour asseoir des travaux en cours. Ceci vous est livré, non sans raison, pour votre information.
Remerciement à Xavier (UFOCOM) pour les traductions effectuées.
Thierry


Date: 06 Nov 97

Thierry W : Que pensez-vous de notre Ministre de la Défense qui affirme que les Etats-Unis ont violé notre espace aérien national ? Il l'a dit devant le Parlement, bien sûr pas aussi directement, mais tout le monde l'a compris !

Richard Boylan : L'idéal serait d'avoir un enregistrement de son intervention ainsi que la nature des violations.
Il y a des chances pour que les survols à basses altitudes d'un engin triangulaire au-dessus de la Belgique il y a de cela plusieurs années, soit une des premières démonstrations semi-publiques du relativement nouvel appareil à propulsion gravifique fabriqué aux Etats-Unis.


ANNEXES: 11/06/1997

Question : Excusez-moi, pourriez-vous répondre à ces quelques questions ? Si ce qui précède est vrai, pourquoi continuer le développement des technologies conventionnelles telles que l'Aurora, le SR-71, les navettes spatiales, les chasseurs furtifs ?

Richard Boylan (RB) :
Monsieur Davis,
Puisque vous êtes soucieux de l'exactitude, laissez-moi corriger une erreur. Je n'ai fait aucune de ces affirmations. Le Colonel Steve Wilson, retraité de l'Armée de l'Air a fait ces révélations.

Le complexe industriel de l'armement militaire secret effectue le développement en parallèle des technologies traditionnelles pour plusieurs raisons, entre autres celles-ci :

1) Fournir une couverture du type « secret national » pour les projets secrets en développement. La NASA fait la même chose, en émerveillant le peuple grâce aux missions de la navette spatiale pour faire pousser des pétunias en faible gravité, alors qu'en secret, des missions militaires voyagent loin dans l'espace.

2) Conserver quelques jouets dépassés (tels que les F-15), pour les vendre aux nations alliées et les garder persuadées de posséder les derniers perfectionnements en la matière.

3) Pour alimenter de plusieurs milliards de dollars le secteur de l'industrie de l'armement.


Question :
Pourquoi cette technologie n'a-t-elle pas été utilisée dans les derniers conflits ? Où était-elle durant la guerre du golf ? Comment peut-on l'évaluer si elle n'est pas appliquée ?

RB : Qu'est-ce qui vous fait dire que cette haute technologie n'a pas été employée pendant la guerre du Golf ?

Q: Quel groupe renégat possède le budget, les savants et les ressources pour faire ça ? Et qu'en est-il de l'URSS, d'Israël, de la France, de l'Allemagne ?

RB: Qu'est-ce qui vous fait dire que l'URSS n'a pas déjà développé son propre engin anti-gravité ? D'autant plus qu'elle possède le double faisceaux à plasma, une technologie digne de la guerre des étoiles, qu'elle a d'ailleurs proposé de partager avec les USA.

De même, l'Allemagne participe aux développements technologiques avec les USA dans le cadre du contrat OTAN. Israël, elle, bénéficie de relations privilégiées avec les USA. Ces derniers lui assurent de la défendre avec les armes dernier cri ou de lui fournir suffisamment d'équipement pour repousser tout envahisseur. La France étant une alliée des USA, elle est mise au courant des développements technologiques couverts par le secret national.

Les membres du groupe renégat au Japon ne me sont pas encore connus. Mais bon, nous avons un groupe renégat dans notre pays, qui agit sans l'autorité du Président ni du Congrès, qui possède des Ovnis accidentés, leurs technologies ainsi que les sommes colossales pour assurer leurs développements. Ce groupe est appelé l'Organisation de Couverture (dissimulation) OVNI (ou l'Organisation du Mensonge OVNI, NDT)

Q: Pourquoi les militaires US expérimentent-ils, de nos jours encore, des surfaces à cristaux liquide pour leurs avions s’ils peuvent courber la lumière pour rendre ceux-ci invisibles ?

RB: Pour les raisons de couverture citées plus haut.

Q: Si cette technologie est connue depuis plus de 26 ans, pourquoi s'investir encore autant dans les avions conventionnels ?

RB: Pour les raisons de couverture citées plus haut.

Q: Qu'est ce qui fait avancer cet avion ? Quel est son carburant ? Où se trouvent les informations techniques ?

RB: La Source diffuse ce genre d'information au compte-gouttes. Peut-être feriez-vous mieux de lui demander vous-même ? Le physicien Bob Lazar affirme que l'engin anti-gravité sur lequel il a travaillé fonctionnait grâce à l'élément 115 (NDT : élément 115 ?).

Q: Etrangement, la Source semble mieux au courant des projets secrets militaires que les militaires eux-mêmes ? Je ne vois aucune référence, aucune source d'information pour vérifier, juste un paquet d'assertions jetées sur Internet.

RB: Il en connaît beaucoup plus que ces hauts officiers qui ont accès aux programmes ultra-secrets. Nous sommes en plein milieu d'un programme de révélation de l'administration, afin de dispenser au public intéressé quelques informations. Parce que ces révélations sont en plusieurs étapes, la documentation complète et les références ne sont pas encore divulguées. D'un autre côté, armée des informations disponibles, une personne motivée pourrait rechercher à travers la littérature accessible à tous et les fichiers du gouvernement pour en apprendre plus. Etes-vous assez motivé pour faire cela ?

Q: Comme d'habitude, il est difficile de croire que l'ex patron du projet Pounce puisse discuter librement de ce genre de chose avec n'importe qui.

RB: Nous sommes dans une nouvelle ère, dans laquelle les informations sur les Ovnis seront libérées plus vite qu'on ne l'aurait imaginé 5 ans auparavant.

Q: A propos, le patron de ce projet très secret, est-il véritablement colonel ?

RB: Je fais référence à d'anciens militaires sur cette liste, qui comprend au moins un colonel de l'USAF, mais je détiens l'information selon laquelle une grande partie du projet est l'affaire de vrais colonels. Peut-être avez-vous entendu parler du Colonel John Alexander ? C'est le patron de la recherche psychotronique et de la guerre psychique à la DIA.

Q: Malheureusement, la charge de la preuve revient à celui qui lance les affirmations. Bien sûr, cela n'a jamais arrêté personne de cette liste.

RB: Ne tombez pas dans le sophisme des débunckeurs, ce qui va se passer avec ces révélations n'a rien à voir avec les publications académiques et leurs nombreuses références, ce sera un processus discret de mise à niveau des personnes intéressées avec des informations tellement en avance sur leur temps, qu'elles seront susceptibles d'emballer l'imagination des personnes non préparées.



20/09/1997 : Un peu plus à propos des bombardiers furtifs B-2 en tant qu'engin anti-gravité.
Le Colonel retraité de l'Armée de l'Air Donald Ware m'a communiqué des informations en provenance d'un Général à 3 étoiles qu'il connaît et qui lui a révélé en juillet que la nouvelle navette spatiale de chez Lockheed-Martin [Avion Spatial National] et le B-2 [Bombardier Furtif] sont tous les deux équipés de systèmes anti-gravité, et que ceci pourrait expliquer pourquoi chacun de nos 21 B-2 Northrup coûte un milliard de dollars.
Après avoir décollé de manière conventionnelle, le B-2 peut passer en mode anti-gravité, et d'après ce que j'ai entendu dire, voler de par le monde sans ravitaillement. J'ai également entendu dire et en partie déduit après en avoir examiné personnellement un à la base de l'USAF de Beale, que le chasseur furtif F-117A possédait également ce mode de propulsion hybride, utilisant la propulsion conventionnelle pour les décollages et les atterrissages devant public, mais passant en mode anti-gravité pour les croisières, les manœuvres ultra-rapides ainsi que pour se rendre invisible (car le champ anti-gravité, qui courbe la lumière, rend également invisible). La propulsion classique du F-117A, connue pour rendre l'appareil instable, est réellement temporaire, jusqu'au passage en mode anti-gravité, où les champs de propulsion lui assure une stabilité parfaite {Malheureusement pour le pilote qui s'est crashé lors du show au-dessus du Maryland, son chasseur furtif était en mode conventionnel}.

D'autres commentaires, révélant que le gouvernement projette éventuellement de révéler la technologie de l'anti-gravité, proviennent du Colonel Ware. Apparemment, ce très contrôlé projet militaire a été utilisé pour acquérir de l'expérience avec la technologie de la quatrième densité, qui pourrait transformer l'aviation civile après que tous les chefs de nation aient choisi la paix.
Cela n'a peut-être aucun lien, mais le Colonel a remarqué que ces deux frères figurent sur une liste pour recevoir des machines produisant de l'électricité gratuite de la part de l'United Community Services of America dans le New-Jersey. Ils (UCSA) affirment avoir produit 50.000 de ces machines, et se préparent à les installer dans des foyers choisis. Ils disent qu'elles produiront de l'électricité gratuitement à ces foyers, et qu'ils revendront la quantité excédante à la compagnie d'électricité. Le Colonel Ware ajoute encore : Je me demande si cette technologie qui préserve l'environnement est associée d'une manière ou d'une autre aux E.T.
Richard Boyland Ph ;D.


19/06/1997
Beaucoup de groupes ufologiques d'investigation sont à juste titre très excités par les survols réguliers de Phoenix par de très larges formations de lumières en forme de V étroit, qui ont été filmées et diffusées sur NBC (et affiliés), je suggère que l'on soit très prudent en affirmant que ces manifestations-là, prouvent que nous sommes visités par d'autres civilisations extra-terrestres.

Ces formations en V correspondent également très bien avec un ensemble de lumières disposées sur le fuselage du grand avion anti-gravité fabriqué par une ou plusieurs des usines souterraines de Lockheed-Martin, McDonnell-Douglas ou Northrop, situées dans le triangle Palmdale-Helendale-Llano dans le Lancaster, près de la frontière du conté de Los-Angeles. Des descriptions similaires de V de lumières ont été faites lors du survol de nuit d'un grand avion triangulaire, fabriqué aux USA, à une vitesse inférieure à 15 MpH au-dessus de Lancaster et du nord-ouest de l'Antelope Valley. Dans ce cas, les lumières étaient également disposées le long des arêtes principales.

L'Organisation de Couverture des ovnis (OCOVNI) prépare ses propres stratégies de désinformation du déboulonnage alors que le cinquantième anniversaire de l'OVNI et des E.T. de Roswell approche. Ces stratégies seront accompagnées d'un côté des pétitions du co-responsable Kent Jeffries, émanant de groupes ufologiques à destination du Congrès, sur le point de déclarer qu'il ne croit pas qu'un OVNI se soit écrasé à Roswell, et de l'autre, d'un rapport du Bureau de la Désinformation de l'Armée de l'Air annonçant une méprise de l'OVNI avec une expérience secrète impliquant des mannequins.

Il n'est certainement pas en dehors des compétences de L'OCOVNI de dévoiler l'avion militaire triangulaire à propulsion anti-gravité aux alentours de la fête de l'Indépendance, alors que dans le même temps elle ridiculise des enquêteurs ufologiques naïfs qui prennent des lumières du contour d'un avion triangulaire avec un escadron d'Ovnis en vol stationnaire au-dessus de Phoenix. [Bien sûr, les militaires ne mentionneront jamais la provenance extra-terrestre de leur technologie.] Un tel coup d'éclat mettra les véritables observations d'Ovnis à l'ombre pour un moment, et empêchera les media de s'intéresser à ces manifestations pour plus longtemps encore.

Ce qui a été filmé et diffusé au-dessus de Phoenix pourrait-être un véritable OVNI ou sa copie conforme sortant des usines de l'industrie de l'armement antigravité des USA. La voie de la raison pour la communauté ufologique serait d'affirmer que les lumières des engins silencieux en lévitation au-dessus de Phoenix n'ont rien à voir avec quoi que ce soit de la technologie humaine connue à ce jour, et que cela mérite une enquête immédiate et une explication publique de la part du Gouvernement. Laissons donc la charge de l'explication au Gouvernement. Laissons-les également dire que la technologie anti-gravité est humaine ou extra-terrestre.

La question fondamentale n'est pas de savoir d'où viennent ces lumières, mais pourquoi les militaires et la FAA cherchent à se soustraire à leur responsabilité d'identification de tout objet volant dans l'espace aérien américain. Qu'ils admettent alors que l'espace aérien est violé par des engins dont ils ne peuvent ni expliquer ni empêcher la présence au-dessus du territoire des USA.

Par cette méthode civique et raisonnée, la communauté ufologique prendrait l'avantage de la position morale, et laisserait le soin au gouvernement d'assumer ses obligations où de s'exposer à se soustraire à ses responsabilités.

Comme l'ORTK l'a si bien dit, la solution à l'OCOVNI ne sera pas le fait de l'explication scientifique, mais de l'action politique, en exigeant de la FAA et des représentants militaires, soit qu'ils donnent des réponses, soit qu'ils admettent qu'il se passe des choses inexpliquées dans notre ciel, au lieu d'en ignorer les faits.

Richard Boyland Ph ;D.


06/10/1997
Le Colonel à la retraite J.Corso a fait des révélations en juin 97 dans un nouveau livre Le Jour Après Roswell et dans l'émission Dateline de la NBC. Le Colonel Corso fut officier de renseignement dans l'équipe du Général MacArthur pendant la guerre de Corée. Membre du Conseil de Sécurité Nationale du Président Eisenhower, il fut le chef des Technologies Etrangères du département R&D au Pentagone dans les années 60. Mandat durant lequel il fut en charge du dossier Roswell, de la dissimulation de parties d'OVNI et d'informations qu'une équipe de recherche de l'Armée aurait retirées de l'épave d'une soucoupe volante non loin de la ville de Roswell, dans le désert du Nouveau Mexique, dans la pénombre de l'aube d'un jour de la première semaine de juillet 47.

Corso prit sa retraite de l'Armée en 1963 avec dix-neuf médailles et rubans, puis travailla en tant que spécialiste de la Sécurité nationale pour les sénateurs James Eastland et Strom Thurmond.

Le Colonel Corso dit qu’en juillet 47, sur le site du crash de Roswell une équipe de recherche des services secrets de l'armée trouva cinq extra-terrestres d'une taille d'environ un mètre cinquante, à la peau gris-brun, n'ayant que quatre doigts par main et dont la tête chauve était sur-dimensionnée. Deux de ces êtres étaient toujours vivants. L'un d'eux essaya de s'enfuir et fût abattu par des soldats nerveux . L'autre était toujours vivant mais décéda dans le camion en arrivant à la base militaire de Roswell. Corso était Officier de Corvée à Fort Riley dans le Kansas, en 1947, lorsqu'un chargement de matériel en provenance de Roswell arriva de Fort Bliss. Le Colonel examina le chargement qui comprenait, entre-autres, le corps d'un des E.T. baignant dans un épais liquide bleu-clair. Ce chargement était destiné à l'actuelle base Wright-Patterson (USAF) dans lOHIO.

Le Colonel parle de son service dans le Conseil de Sécurité Nationale du Président Eisenhower, et des mémos relatant l'incident Roswell et les choses qu'on en a récupéré. Le Colonel Corso dévoile également comment il a supervisé le projet de rétro-ingénieurie qui permit d'injecter un peu de cette technologie dans les industries américaines telles qu'IBM, Hughes Aircraft, Bell Labs et Dow Corning sans qu'elles n'en sachent jamais rien. Il décrit les équipements trouvés à bord de l'engin de Roswell et comment ils devinrent les précurseurs de nos puces électroniques, fibres optiques, lasers, équipements de vision nocturne, fibres super-resistantes (Kevlar) ; des découvertes gardées secrètes, telles que des machines psychotroniques, capables de traduire les impulsions du cerveau en signaux contrôlant d'autres machines, de la technologie des avions furtifs et aussi des armes à particules utilisées dans le projet de la guerre des étoiles.

Il parle également du rôle que ces technologies ont joué dans l'évolution de la géopolitique et des grands événements ; comment elles ont aidé les USA à surpasser les Russes dans la course à l'espace ou déclenché les grands projets comme le SDI, les projets Horizon (base militaire sur la lune) et HARP ; et finalement, comment elles ont amené la fin de la guerre froide.

Le Colonel Corso confie également que les ovnis capturés ont été conservés et le sont encore, dans les bases aériennes de Norton, Edwards et Nellis (Zone 51). Il dit qu'un groupe de travail sur les ovnis aurait été mis sur pied par le Président Truman en septembre 1947 (un groupe que d'aucun appellent le MJ-12), groupe toujours actif à l'heure actuelle. En 1950, deux grossiers prototypes d'avion anti-gravité furent construits, ces appareils dotés des tous premiers réacteurs nucléaires, ne fonctionnèrent jamais et eurent beaucoup de problèmes de fuites et de radiations. Il affirme que le projet de la guerre des étoiles fut conçu à l'origine pour repousser une éventuelle invasion extra-terrestre.

Le Colonel Corso fut l'un de ces hommes de la guerre froide, ultra-conservateur, craignant toujours une prise de pouvoir des communistes. Les groupes politiques et militaires auxquels il se rallia, partageaient ses vues sur les visiteurs extra-terrestres, les considérant comme une force d'invasion qu'il faudrait repousser grâce aux technologies découvertes dans les épaves d'Ovnis. Son conservatisme réactionnaire à la Strom Thurmond, mêlant les E.T. aux communistes, les considérant comme de potentiels envahisseurs, déforme son témoignage à propos de la période d'après Roswell.

Une preuve supplémentaire de l'obsession maladive du secret qu'ont les militaires est fournie par le Colonel Steve Wilson, à présent retraité de l'USAF. Ancien responsable du projet Pounce, une unité des forces spéciales chargée de retrouver les épaves d'OVNI accidentés, il rapporte que le premier essai fructueux du mode de propulsion anti-gravité s'est tenu le 18 juillet 1971, au S-4 à Dreamland (Zone 51), au cours duquel, la technologie capable de courber la lumière, pouvait également rendre l'appareil invisible.

(ndlr : Souvenez-vous de l’image satellite de la zone 51 avec ses nombreux cratères alignés)

Des notables tels que l'Amiral (Bobbie Ray Inman, ancien directeur de la NSA, maintenant responsable du SAIC (Science Applications International, Incorporated) de San Diego qui fabrique les moteurs anti-gravité) y assistèrent.

Le Colonel Wilson révèle également que l'annonce de Lockheed concernant un avion de reconnaissance sans pilote, à propulsion électrique, caractérisé par de courtes ailes et annoncé sous le nom de Dark Star (Etoile Noire) est en fait un projet façade. La technologie exotique cachée dans cet appareil est en fait le vrai Dark Star, le X-22A, fabriqué par Lokheed Skunk Works à Helendale. Ce Dark Star, est un avion anti-gravité sans ailes à deux places. J'ai vu cette copie d'ovni en vol test au-dessus de l'Area 51 (Zone 51) en 1992. Son fuselage métallique est effacé en vol par une intense lumière blanche qui s'allume et s'éteint par période de deux secondes. Pendant le temps que cette lumière s'est éteinte, l'avion disparu du spectre visible (et pas seulement à cause de l'extinction de lumière), et a réapparu quelque cent mètres plus loin lumière allumée. Cela signifie-t-il que l'engin se déplace par petits bonds dans l'hyper-espace ? Il est scientifiquement reconnu que la gravité courbe l'Espace-temps.

Les USA font également voler des disques qui émettent une lueur orange-doré pendant leurs vols. Ces disques sont fabriqués par la Northrop Aerospace dans leur usine secrète au nord-ouest de Lancaster, où je les ai vus en vol d'essai en 1992. Le Colonel Wilson dit que les militaires ont commencé les vols semi-publiques du grand avion triangulaire anti-gravité, dont la technologie provient des ovnis, le 3 janvier 1994.

Plusieurs sources mentionnent le fait que les usines anti-gravité de McDonnell-Douglas, Locheed-Martin et Northrop sont reliées entre-elles par un système de navettes rapides avec d'autres sites tels que la Zone 51 et autres installations sensibles. Le Colonel Wilson dit que ce système de transport, où des navettes en lévitation magnétique foncent dans des tunnels presque vidés de leur air, s'appelle TAUSS (Trans-America Underground Subway System : Ensemble de Liaisons Trans-Américaines Souterraines). Ces tunnels sont creusés par des taupes nucléaires, capables de traverser la roche et d'excaver dix kilomètres de tunnel par jour.

Le Colonel donne également une réponse au mystère des Hélicoptères Noirs observés notamment aux alentours des sites de mutilation de bétail. Ce ne sont pas des hélicoptères comme les autres, mais bien des engins anti-gravité, appelés XH-75D ou XH-Shark et fabriqués par la Teledyne Ryan Aeonautical Corporation de San Diego. Il dit que beaucoup de ces XH-75D sont utilisés par la Delta/National Reconnaissance Organization Division, chargée de retrouver les ovnis abattus et également de mutiler le bétail dans le cadre d'une campagne visant à faire craindre et haïr les E.T. par l'opinion publique américaine en les rendant responsables des ces mutilations.

Enfin, le Colonel Wilson, fait état d'un véhicule ultra-secret au sein de la Force Delta, L'Organisation Nationale de Reconnaissance. Ce véhicule, l'Equalizer, un canon à pulsation électromagnétique de six pieds de long et un pied de diamètre, monté sur socle à l'arrière d'un camion militaire, est utilisé pour abattre les ovnis à l'aide micro-ondes basses-fréquences. Cet Equalizer est construit par LTV, Ling-Temco-Vought à Anaheim.

La technologie Anti-gravité n'est quasiment pas utilisée par d'autres pays. Seule la Russie est connue pour avoir ses propres véhicules anti-gravité. Paul Stonehill, un enquêteur - ufologue russe respecté, rapporte que les Russes ont commencé à utiliser la technologie de courbure de l'Espace-Temps par anti-gravité en avril 1988, à des fins de voyage dans le temps ! En juin 1997, une personne fiable émanant d'un service-secret de Washington DC, fit savoir que la Chine possède également cette technologie. Un chercheur professionnel d'Ovnis et d'E.T. de renommée mondiale m'a indiqué qu'un groupe renégat japonais possédait aussi l'anti-gravité. Il rapporte que la possession d'une telle technologie, qui permet un déploiement ultra-rapide, confère l'invisibilité optique/radar et offre en prime la possibilité de voyager dans le temps, aux mains d'une puissance militaire asiatique parfois hostile telle que la Chine, est considérée par des généraux du Pentagone, comme un facteur de déstabilisation des militaires de l'Occident.

Richard Boyland, Ph.D.


LES AUTRES TRAVAUX DE JEAN LOUIS NAUDIN
Tous ces travaux sont publiés en anglais dans le cadre du laboratoire virtuel international sur Internet.

Voici un aperçu, un instantané de la liste de ses travaux et études.

1 . RECHERCHES SUR L'ELECTROGRAVITE
- ELPEX, moteur électrogravitique de Cornille,
- Expérience de Trouton-Noble
- Moteur ZPF
- Expérience de T.T. Brown
- L'appareil électrodynamique ELG02, comment le construire

2. APPLICATIONS DE TECHNOLOGIE ELECTRO-HYDRO DYNAMIQUE (E. H. D.)
- Les disques volants
- Les alimentations
- Le projet ARDA : aile volant d'après le principe de T.T. Brown , expériences en cours, des résultats probants - développement intéressant d'un sujet classé secret à l'époque de Brown…
- Applications de la technologie EHD, Flying Saucers v1.0, v2.0 et v3.0
- UXAV (Véhicule expérimental pour vol inhabité)
- PFT (Poynting Flow Thruster) 2.0 et 3.0 et Moteur PFT mk1 et mk2
- Une nouvelle conception de SEG (Searl)
- Les disques volants de Schauberger : Repulsin type A et B, l'effet Coanda

3. QUANTUM ELECTRODYNAMIQUE
- Systèmes de pompe d'énergie magnétique
- Expériences push-pull avec des aimants
- Quelques idées de moteurs et appareils à aimants permanents (Dave Squires)
- Moteur de Reed
- Moteur de Johnson
- Moteur de Adams.
- Autres constructions possibles :
- Un appareil électrique à efficacité élevée, le moteur de Douglas Konzen
- Un générateur toroïdal selon Dave Squires

4. LE SMOT : DEMONSTRATEUR D'ENERGIE LIBRE
- Description et construction des modèles SMOT 1 à 3
- Idée de SMOT circulaire…

5. LE GENERATEUR MINI ROMAG
- Et l'accès à plus d'une douzaine de systèmes énergétiques dont le fantastique Magnogen…

6. EN EXPLORANT TESLA
- Ondes diélectriques Magnéto-Longitudinales et Ondes électromagnétiques transversales
- Emetteur amplificateur de Tesla.
- FEP (Free Electrons Pump) v1.0 et v2.0
- AFEP (Avramenko's Free Electrons Pump) v1.2

7. RECHERCHE EN ENERGIE MAGNETIQUE SCALAIRE
- TEP : le projet de pompe à énergie temporelle (Time Energy Pump).

8. LA PRESSION ELASTIQUE DE L'ETHER AVEC TORSION DE CHAMP-B
- Superbes photos !

9. LA MACHINE A ENERGIE DE NEWMAN
- Construction par Naudin-David, plans, schémas, vidéos, mesures et tests d'efficacité, refroidissement, signes de sur unité, commentaires d'autres expérimentateurs. (Voir la version française de cette expérimentation dans notre site)

10. GENERATEUR A AQUAFUEL
- Comment fabriquer un générateur simple selon les brevets de Bill Richardson, les résultats sont stupéfiants, la combustion du gaz spectaculaire !
- Construire un petit moteur de moins de 20 CV : gratuits, les plans d'un GEET de Pantone

11. CONVERSION DIRECTE DE LA TEMPERATURE AMBIANTE EN ELECTRICITE
- Les condensateurs de Zaev dont le COP va jusqu'à 1,35.

12. RECHERCHE SUR L'ENERGIE QUANTIQUE
- L'expérience de Hooper-Monstein.

13. ABSORBEUR D'ENERGIE DE PRESSION G.
- Les GSEA (G-Strain Energy Absorber) modèles 1 à 4.

14. CONVERSION D'ENERGIE PARAMETRIQUE
- Amplificateurs paramétriques
- Inducteur variable VARIND V4.0
- Transformateur paramétrique à sur unité
- Circuits paramétriques à grande Bobine
- Projet TEP (ondes scalaires)
- Fonctionnement de l'appareil de Hendershot.

15. MOTEURS / GENERATEURS MAGNETIQUES PERMANENTS
- Moteur Johnson
- Rgen
- RMOD
- RMOG
- PM 2 de Hartmann
- Principe majeur de sur unité et moteurs Japonais à sur unité par Thomas Bearden.

16. EXPERIENCE DE PRECESSION GYROSTATIQUE.

17. EXPERIENCE DE GENERATEUR HOMOPOLAIRE DE FARADAY.

18. CREER UN VORTEX DANS UNE BOUTEILLE
- Une expérience toute simple…

19. MOTEURS A PROPULSION INERTIELLE
- Le moteur à Inertie Thornston TIE
- Vaisseau à moteur à entraînement à inertie V3.0
- Etude simplifiée du GIT par Jean de Lagarde
- Le GIT propulseur à inertie gyroscopique de D. Cowlishaw V1.02 V2.0

20. LA PORTE MAGNETIQUE DE BEDINI
- Magnetic Gate : MG 1 à MG 3

21. LES TECHNOLOGIES DE DAVID HAMEL
- Expérience de la boule en rotation
- Disque de Hamel
- Schémas de générateur scalaire, d'appareil à antigravité et de générateur à énergie libre.

22. GENERATEUR DE CHAMP G DE BEDINI.

23. TESTS DE CHARGEUR DE BATTERIE SCALAIRE.

24. CONSTRUIRE UN GENERATEUR VAN DE GRAAF.

25. RECHERCHE DE CHALEUR EN EXCES DANS LA FUSION FROIDE

Cette liste est loin d’être exhaustive…Les travaux de Jean-Louis Naudin justifieraient à eux seuls d'acquérir l'équipement informatique nécessaire pour se brancher sur Internet…




LE LIFTER (Spiritualité, Nouvel-Age - Energies libres)    -    Auteur : mélanie - Canada


5675 visiteurs depuis 2006-10-07
dernière mise à jour : 2006-10-07

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Spiritualité, Nouvel-Age >> Blog #168