Spiritualité, Nouvel-Age - O.V.N.I.
Tout sur Mars - Mais pourquoi ils nous mentent ?

Si vous avez des certitudes sur Mars, si vous pensez qu’il n’y a pas de vie, pas d’eau, et que la planète rouge est bien rouge avec un ciel rouge, que l’atmosphère et la calotte glacière du pôle sud sont composées de dioxyde de carbone avec des températures pouvant atteindre les –120°…bref, si vous pensez vraiment que Mars est comme ça plutôt que comme ceci.

Ayez l’honnêteté de dire que vous ne savez pas grand chose en fait, si ce n’est ce que la NASA vous raconte. Qu’avons nous su de la guerre du Golf, qu’avons nous su de la guerre dans les Balkans ? En dépit des nombreuses images et des communiqués de presse quotidiens, nous n’avons jamais rien vu que ce qu’on a bien voulu nous montrer. Dites-vous bien que la conquête martienne est une campagne militaire et qu’il en est de même. Prenez plaisir à découvrir ce dossier composé des pages des meilleurs sites web francophones qui se sont penchés sur l’étonnante question : Ils nous auraient donc menti ?
Mars, caractéristiques officielles
Diamètre : 6 794 km ( ½ de la Terre)
Volume : La Terre peut en contenir 7
Pesanteur : 3,7 ms-2 (Lune 1,6 et Terre 9,81)
Masse : 6.1023 kg (le ¹/10 de la Terre : 6.1024 kg)
Densité : 3,6 (Terre 5,5)
Température : - 80° à -30° C pouvant atteindre +20° C en été à l'équateur et à la distance minimale au Soleil.
Atmosphère : 98% de dioxyde de carbone (CO²) sous une pression de 6 hectopascals ( Terre 1033 hp ). hp anciennement mb (millibar)
Inclinaison de l'axe de rotation: 24° (Terre 23,5°)
Précession des équinoxes : 50 000 ans (Terre 26 000 ans)
Rotation sur son axe ( 1 sol ) : 24h 39mn 25s
Année martienne : 687 jours terrestres.
Vitesse orbitale : 24 km/s ( Terre 30 km/s)
Vitesse de libération: 5 km/s (Terre 11,2 km/s)
Distance moyenne au Soleil : 228 millions de km.
Variation de cette distance : 20% ( Terre 5%)

"Toutes les photographies provenant de l'appareil photo Mars Orbiter Camera sont utilisées parce que le Malin Space Science Systems le permet. En conformité avec le règlement sur l'utilisation de ces images, l'intégralité du crédit de ces images appartient au to NASA/JPL/Malin Space Science Systems. De même qu’appartiennent à la Nasa toutes les images astronomiques prises par les différentes sondes et engins de l’exploration spatiale"
La conquête martienne

Depuis 1962, les missions martiennes se succèdent. Hélas, les échecs furent plus nombreux que les succès. Au point que les Américains diront : les Martiens ne nous aiment pas ! Et si c’était vrai ?

Les 10 et 14 octobre 1960 les soviétiques auraient envoyé deux premières sondes vers Mars, Marsnik 1 et Marsnik 2. La nature secrète des missions spatiales à l’époque rendent toutes certitudes impossibles à ce sujet et nous n’avons aucun détail concernant ces deux missions, si ce n’est qu’elles auraient lamentablement échoué toutes les deux.

Le 24 octobre 1962, les Soviétiques lancent le bal avec Sputnik 22 L'engin reste malheureusement sur une orbite terrestre trop basse et il retombe en plusieurs morceaux sur la Terre.

Le 1 novembre 1962, ils récidivent avec Mars 1. Cette fois l’échec est moins brutal. La sonde tombe en panne. Les soviétiques perdent tout contact avec elle, et ils restent impuissants lorsque le 19 juin 1962, elle passe à 193 000 km de la planète !

Le 4 novembre 1962, troisième lancement. Nouvel échec pitoyable avec retombée de la sonde Sputnik 24 sur la Terre.

Le 5 novembre 1964, les américains lancent Mariner 3. Premier essai, premier échec. L'engin se place sur une mauvaise orbite et passe à 68 millions de km de son objectif.

Lancée le 28 novembre 1964, la sonde américaine Mariner 4§mariner4[1] survolera Mars le 15 juillet 1965 à 9846 km. 22 photos seront transmises. On suppose que la sonde fut victime d'une météorite le 10 décembre 1967.

Le 30 novembre 1964, alors que la sonde Zond 3rate carrément son départ, les Russes réussissent à faire décoller Zond 2. Mais après une mystérieuse défaillance électrique, la sonde passera comme un bolide égaré à quelques milliers de kilomètres de la planète visée.

Lancée par les Américains le 25 février 1969, Mariner 6 passe, le 31 juillet 1969 à 3427 km de Mars, sur une trajectoire équatoriale, en prenant 74 vues.

Lancée 27 mars 1969, Mariner 7 renouvèle l'exploit en passant le 5 août 1969 à 3347 km, sur une orbite polaire. 29 images sont transmises à la terre.

Le 9 mai 1971, Mariner 8 est perdue à cause d'un dérèglement du système de pilotage. Telle est l’explication de la Nasa.

Le 19 mai 1971, les russes lancent Mars 2. Le 27 novembre 1971, la sonde largue une capsule dans l'atmosphère martienne. La capsule reste muette.

Le 28 mai 1971, Mars 3 décolle. Le 2 décembre 1971, elle largue une capsule qui se posera dans la mer de Simoïs. Les émissions débutent 90 secondes après l'atterrissage. Elles s'arrêtent mystérieusement 20 secondes plus tard, sans avoir pu transmettre une seule image.

Lancement de Mariner 9, le 30 mai 1971. Le 31 octobre, une météorite déséquilibre la sonde américaine. Après des corrections de trajectoire, la mission est un succès. Prises sur une orbite 1650/17205 km, 7329 photos seront recueillies.

Le 21 juillet 1973, les Russes lancent Mars 4. La mise en orbite est un échec. Le 10 février 1973, la sonde passe à 2200 km, après avoir pris 12 photos.

Lancée le 25 juillet 1973, Mars 5 se met en orbite martienne à 1760/32500 km, le 12 février 1974. 108 images sont prises.

Le 5 août 1973, Mars 6 décolle. La capsule d'atterrissage est larguée le 12 mars 1974, et devient muette peu avant de se poser.

Mars 7, décolle le 9 août 1973, mais elle rate son rendez-vous avec la planète rouge.

Lancée par les américains le 20 août 1975, Viking 1 décolle, et entre en orbite martienne le 15 juin 1976. Le 20 juillet, l'atterrissage a lieu dans la zone de Chryse Planitia.

Viking 2 décolle le 9 septembre 1975, et se pose sur le site Utopia planitia, le 3 septembre 1976.

Le 7 et 12 juillet 1988, les soviétiques envoient les sondes Phobos 1§phobos1] et 2 vers la planète rouge. Le but : étudier Phobos et y déposer 2 petits engins. Phobos 1 tombe en panne le 2 septembre 1988. Sans aucun signe avant coureur, Phobos 2 perd tout contact avec la Terre le 27 mars 1989, après s’être satellisée autour de Mars et être passée à 30 km de Phobos.

Le 25 septembre 1992, les Américains lancent Mars Observer§observer. Contre toute attente, le contact est perdu le 21 août 1993 alors que la sonde approche de Mars. Nul ne sait ce qu’elle est réellement devenue.

Le 16 novembre 1997, les Russes lancent Mars 96§mars96[1]. C'est encore un échec. La sonde s’écrase dans le Pacifique ou la Cordillère des Andes.

En décembre 1998, c’est au tour des japonais d’entrer dans la course avec une petite sonde nommée Nozumi§nozomi[1]
. Malheureusement la sonde rate les manœuvres de contournement de la Terre et de la Lune. Elle devrait atteindre Mars en janvier 2004.

Lancé le 2 décembre 1996 par une fusée Delta 2, l'atterrisseur de la NASA, Pathfinder se pose sur Mars, à l' est du dôme Tharsis, le 4 juillet 1997, jour de la fête nationale des USA. Aucun engin terrestre n'avait touché le sol martien depuis 1976.
Sojourner§sojourner, le petit robot que transporte Pathfinder se balade pendant 83 jours dans Ares Vallis à la vitesse de 2 à 3 m par jour.

Mars Global Surveyor§Mars Global Surveyor est lancé le 7 novembre 1996 et se trouve actuellement en orbite martienne depuis le 11 septembre 1997. Après quelques déboires avec un panneau coincé et des manœuvres qui ont duré plus d’un an, en mars 1999, la mise en orbite définitive à 380 km est réussie. La sonde prend des clichés superbes avec une résolution montrant des détails de 1 mètre. Malheureusement ces photos ne sont pas nombreuses.

Puis c’est le double échec retentissant de Mars Climate Orbiter§Mars Climate Orbiter et de Mars Polar Lander. « Pourquoi les martiens nous en veulent-ils ? » Telle est la question que se pose la NASA.
L’explication officielle de la perte de Mars Climate Orbiter fut la suivante : les équipes de vol et de mission au sol ne travaillaient pas avec les mêmes unités de mesure, les uns en miles et les autres en mètres.
Pour l’échec de sa sonde jumelle, Mars Polar Lander§mpl[1] qui devait se poser non loin du Pôle, la commission d'enquête a expliqué que lors de l’atterrissage, les capteurs trop sensibles ont donné l'ordre au moteur de s'arrêter à une altitude trop élevée. La sonde§Mars Polar Lander ] est donc tombée comme une pierre. Il est impossible d'en savoir plus.

Ainsi, en dépit des nombreuses expéditions, l’exploration de la planète Mars n’a pas pu atteindre ses objectifs et résoudre les questions que nous nous posons sur notre voisine. Depuis l’échec inexpliqué des missions Phobos 1 et 2, missions que les soviétiques concevaient comme un premier pas en vue d’une exploration humaine, la conquête de Mars n’est plus envisagée qu’à travers les sondes et les robots. Les échecs répétés semblent bien évidemment être le fruit d’une succession de hasards, de maladresses et de malchances, mais au-delà des apparences, certaines voix s’élèvent pour dénoncer une autre réalité : toute la conquête martienne se serait déroulée jusqu’à ce jour, comme si le mystère devait encore subsister autour de la planète et de ses satellites.
Espérons que Mars Odysey§mars-odyssey-br[1] dont nous attendons les images très prochainement soulèvera un peu le voile énigmatique qui entoure encore la planète rouge…


Chroniques Martiennes : "The Face"
Par Jeff, équipe "SCI"

Le Boston Globe annonçait en 1985 la découverte d'un visage sur Mars ("a face on Mars!") par la mission Viking quelques dix ans plus tôt. Cette mission comprenait deux sondes dont l'instrumentation et la batterie d'expérience devaient permettre de mettre en évidence les processus métaboliques d'une éventuelle forme de vie primitive. Les résultats de ces expérimentations ont semble-t-il longtemps divisé la communauté scientifique. Les signes de processus métaboliques (échanges gazeux, oxydation de matériaux organiques, traces de dioxyde de carbone...) furent bel et bien constatés mais l'expérience qui consistait à détecter des molécules organiques ou une vie microbienne présentait des résultats uniformément négatifs.
Alors que durant les années soixante les sondes Mariner n'avaient cartographié qu'une portion restreinte de la surface de Mars, les deux sondes Viking prirent près de 60000 clichés de Mars et de ses satellites Phobos et Deimos. L'article du Boston Globe avançait que l'un d'entre eux dévoilait une curieuse structure dans la région de Cydonia-Mensae ( 40.9N, 9.45W ), un visage d' hominidé§mars23 contemplant l'espace. La réaction officielle du JPL ( Jet Propulsion Laboratory ) ne se fit pas attendre : pour le centre de Passadena il ne sagit que d’un jeu trompeur d'ombres et de lumières. Deux ingénieurs de la NASA (V. DiPietro & G. Molenaar) découvrirent quelques années plus tard un second cliché (frame 70A13) de ce que l'on appelait déjà "The Face", pris 35 jours après celui présenté par le Boston Globe (35A72). Tout deux montraient "The Face" en haute résolution (environs 50m/pixel) sous une lumière rasante d'après-midi Martien (éclairement NNO, entre 20° et 30° d'incidence). Aujourd'hui quatre clichés ont été identifiés dont l'un présente "The Face", en basse résolution malheureusement (250 m/pixel), éclairée sous la lumière du matin (NE).
Ces photographies suscitèrent rapidement des bouffées spéculatives, la plupart autour du thème "vestiges et monuments d'une civilisation E.T. disparue". De nombreuses études de ces anomalies Martiennes ont été menées depuis (R. Hoagland, V. DiPietro & G. Molenaar, R. Pozos...) et une approche intéressante a été présentée en 1988 dans un article du Pr Mark Carlotto ("Digital Imagery Analysis of Unusual Martian Surface Features") publié dans la revue "Applied Optics".
Mark Carlotto appliquait à "The Face" une technique connue sous le nom de photoclinographie ou Shape-From-Shading (SFS) visant à reconstituer en 3D la topographie sous jacente à partir des clichés haute résolution disponibles (35A72 et 70A13). Sans rentrer dans une présentation fastidieuse de ces techniques, il s'agit en gros de mailler le domaine d'intérêt puis de calculer le champs de gradient (les pentes) de la topographie i.e. d'orienter chaque facette du maillage de façon à ce que:
1) compte tenu de la direction d'éclairement, elle soit illuminée de façon cohérente avec l'intensité du pixel de l'image originale (hypothèse d’un réflecteur Lambertien)
2) que son orientation soit compatible avec celle de ses voisines (contraintes d'intégralité ou de consistance du champs de gradient).
Un traitement préalable des clichés assez bruités consistait en un filtrage de Wiener...
L'UFOCOM (ndr: Jeff, tu es trop modeste!) a modifié ces algorithmes itératifs présentés par M. Carlotto pour les faire travailler simultanément sur les deux clichés 35A72 et 70A13 afin de pourvoir relâcher les contraintes imposées par le point n°2. La reconstitution volumique de la topographie s'opère à partir du champs de gradient au sens des moindres carrés (algorithme PCG ou preconditionned conjugate gradients) car ce dernier est, malgré la contrainte n°2, encore quelque peu inconsistant (i.e. en intégrant les pentes suivant deux chemins différents d'un point à un autre, on parvient à une altitude légèrement différente !). A l'issue de ces deux étapes on dispose enfin du relief de "The Face".
Pour valider le processus, on peut éclairer a posteriori ce relief produit par l’algorithme et s'assurer que l'on retrouve bien les clichés originaux vus depuis Viking. C'est indéniablement le cas comme en témoigne la figure 1, sous les conditions d'éclairement de 70A13 . Cette structure fait environ 415 mètres de haut sur 2.5 km et 2.0 km. La carte de couleur modifiée permet de distinguer les irrégularités de la partie droite de la structure§valid2[1] (en partie plongée dans l’ombre sur le cliché 35A72, l’éclairement étant plus rasant).

Disposant de la topographie il est possible de simuler des vues 3D texturées depuis différents points d'observation. En voici un exemple§exemple[1].

L'impression visuelle d'un visage persiste ainsi sur une vaste gamme d'angles d'aspect mais, comme le reconnaît M. Carlotto, l'algorithme de SFS estime mal la partie droite du relief en partie plongée dans l'ombre portée (frame 35A72) de points plus élevés ou présentant des contrastes limités§3drender[1] (frame 70A13).

L'étude se poursuit, en particulier la production d'images synthétiques sous d'autres conditions d'éclairement...Nous tentons également d'examiner les caractéristiques intrinsèques du relief (sans texture, ni éclairage...) et de tester sa symétricité autour ce qui pourrait être interprété comme une arrête nasale. Un complément à donner à tout cela pourrait être une étude géomorphologique de "The Face" menée à la lumière des objets et structures des alentours de cette région de l'orée des plaines du nord (Acidalia Planitia).
Peut on malgré tout évaluer la symétricité de cette structure ? L'image synthétique suivante présente le résultat de l'éclairement du relief sous-jacent symétrisé par rapport à ce que l'on pourrait interpréter comme étant une arrête nasale§sym[1].
Elle montre qu'à l'évidence, si la topographie était un tant soit peu symétrique, de larges portions ombragées devraient en fait émerger de l'ombre du cliché original et se trouver directement éclairées (les zones ombrées sont indiquées par les ellipses).Le relief est probablement fortement dissymétrique. On remarque au dessus de l'orbite gauche du cliché originel de "The Face" (70A13) une petite structure conique se prolongeant par un bras qui enjambe cette même orbite : celui ci est plongé dans l'ombre des "arcades sourcilières" sur le cliché 35A72, apparaît légèrement sur 70A13 et plus nettement sur la partie droite de la symétrisation ensuite éclairée.






LE VISAGE DE MARS DEVISAGE
- par FABRICE BONVIN -

En 1976, - un fait sans précédent - la mission Viking de la NASA fournit une quantité considérable de données (conditions météo, cartographie, etc…) sur la planète rouge sans que l'on n'ait pu atteindre l'objectif principal : détecter un quelconque signe de vie…
Pourtant, un élément de réponse se dégagea de la masse d'informations : une photo prise dans la région de Cydonia montrant un "rocher" en forme de visage. Il fut baptisé le "Visage de Mars" et passionna aussitôt le public et anima le débat quant à sa possible origine artificielle.
Au début des années 80, l'origine de la forme singulière de ce "rocher"§f070a13p[1] souleva donc énormément de questions auxquelles de nombreux chercheurs tentèrent de fournir une réponse à coup d'analyses et de grossissements d'images, comme pour valider la théorie de l'origine extraterrestre du "monument".
Cependant, les explications rationnelles prirent le dessus : érosion causée par le vent, secousses sismiques, érosion provoquée - cette fois-ci - par de l'eau dans un lointain passé, etc…
Etant donné la basse résolution des photos, scientifiques, ufologues et profanes ne purent conclure quant à la nature de ce "Visage" et durent prendre leur mal en patience jusqu'à ce que la NASA, suite à l'échec de sa mission "Mars Observer", propose un programme s'étalant sur une dizaine d'années : Mars Surveyor. Ainsi, la région de Cydonia, qui se trouve au 30-40ème latitude Nord, est spécialement visée par les caméras de la mission Mars Surveyor.
L'attente fut méritée puisque c'est le 5 avril 1998 un peu après minuit, que la MOC (danger ! cette abréviation n'est pas à confondre avec celle donnée par Aimé Michel aux ovnis mais doit se lire "Mars Orbiter Camera") posée sur la sonde Mars Global Surveyor photographia, douze ans après les premiers clichés, le "Visage de Mars" situé dans la région de Cydonia. Les images furent transmises à la Terre le dimanche. Le 6 avril à 9h15, le laboratoire du Malin Space Science Systems (MSSS) développa les images et ces images brutes furent envoyées au Jet Propulsion Laboratory (JPL) pour une diffusion immédiate sur Internet.
Les photos furent prises alors que la sonde s'approchait pour la 220ème fois de Mars. Le "visage" se situait alors 444 km de la sonde et le soleil s'élevait à 25 degrés au-dessus de l'horizon.


Comparons les deux images. La photo de gauche est une portion de la séquence 070A13 de la mission Viking, l'image au centre est une portion de la séquence 22003 prise par la MOC et celle de droite est la même photo avec les contrastes "renversés" (les caractéristiques claires sont assombries tandis que celles étant sombres sont éclaircies) pour simuler les conditions d'ensoleillement lors de la prise de photo de la première mission Viking.

Comparaison entre la meilleure photo de la mission Viking avec celle prise par la sonde Mars Global Surveyor

Sur les images transmises par Viking, il fallait une sacrée dose de mauvaise foi pour ne pas reconnaître un visage dans la configuration. Toutefois, force est d'avouer que sur les dernières photos de la mission MGS, l'impression du "Visage" est moins frappante. Et s'il s'agit d'un visage, il fut sévèrement érodé§mgs_cydonia3_2_.
La photo brute du visage de Mars que reçut MSSS était presque entièrement noire en raison des nuages expliqua le Dr. Malin.
Le 10 avril, la NASA a annoncé son intention de photographier d'autres aspects de la région de Cydonia - comme "The City" - qui furent immortalisées le mardi 14 avril à 6h30 par la MOC sur sa 239ème orbite.
Comme il fallait s'y attendre, Richard C. Hoagland, suivi par d'autres chercheurs, accusa la NASA d'altérer les photos ou d'en dissimuler certaines. Bob Shell, Directeur du Nearsight Institute, affirma, sans même froncer les sourcils, que ses analyses révélaient que les "anomalies du Visage de Mars furent détruites par des explosions nucléaires" le 14 août 1997.
Pour conclure, on dira qu'en pensant calmer les esprits avec ses nouvelles photos, la NASA a obtenu le contraire de ce qu'elle désirait : raviver la controverse.

Le visage de Mars

Dans les années 70 la NASA a rapporté d'étranges photos de la surface Martienne. À la vue des photographies de la région de Cydonia, les journalistes ont posé cette question : « Quel est ce visage ? »
Le site de Cydonia Mensae est hanté par un mystérieux visage. Certains y voient la preuve que la planète rouge a connu la vie, sinon une forme de vie proche de celle se développant sur la Terre.
Ce fascinant visage pose avec acuité la question de la vie extra-terrestre. Un chercheur, David Percy, a même fait la brillante démonstration des connexions extraordinaires qui existent entre le site de Cydonia Mensae sur Mars, et les sites d'Avebury, Glastonbury et Stonehenge en Angleterre.
Effectivement, lorsque le site de Cydonia et les sites nommés plus haut sont posés les uns sur les autres sur des transparents, à deux échelles différentes, on aperçois alors des similitudes troublantes, comme si les deux sites des deux planètes avaient été créés par les même personnes.
De surcroît, il est extraordinaire de constater que des constructions aient été élaborées sur Mars. En effet, sur les
clichés apparaissent assez clairement des constructions pyramidales formant une sorte de cité. Un groupe de
plusieurs pyramides, dont une à cinq faces, permet de penser qu'une vie intelligente aurait pu évoluer sur Mars, dans un passé lointain et obscure.

Le mensonge Martien
Qui aurait pu prévoir qu'un jour le satellite Viking aurait pu renvoyer des photographies aussi troublantes que celles renvoyées dans les années 70 ? Plus que jamais, Mars reste mystérieuse et renferme sans aucun doute d'autres secrets encore plus extraordinaires.
Quelques exemples des découvertes fascinantes du satellite Viking.
Un visage mesurant plus de 2500 mètres sur lequel on voit clairement les traits et les contours§img7.
Comment des phénomènes météorologiques auraient pu créer un tel visage ?
L'on sait aujourd'hui, grâce aux récentes photos de Mars que ce visage a perdu une grande partie de son pouvoir évocateur. Comme sur cette photographie, le visage a clairement été altéré par les tempêtes Martiennes.

Cette photo du visage de Mars est très récente et démontre clairement que ce dernier a perdu sa partie évocatrice. Mais il faut ajouter qu'il y a un intervalle de 25 ans entre les deux photographies et qu'entre temps, beaucoup de phénomènes météorologiques ont pu effacer certaines caractéristiques de ce visage.
Toutefois nous rappelons que les dernières photographies Martiennes ont toutes été montrées au public 6 mois après leur réception sur Terre … Pourquoi la NASA ne nous les a pas montrées dès leur réception ? Avaient t'ils peur que l'on puisse retrouver sur les nouvelles photos de Mars, les mêmes caractéristiques du visage ?
Les gens de la NASA ont ils volontairement occulté les photographies de Cydonia ?
Pourquoi la NASA a t'elle gardé ces photographies sur une période de 6 mois sans les montrer au public ? Ont-ils retouché des photographies ? … Le doute plane.

Cette photographie de Cydonia§img9 sur Mars, montre le site sur une grande partie. On y voit le visage, en haut à droite, la cité de pyramides en bas à gauche, et une pyramide à 5 faces en bas à droite. Il est étonnant de constater que la NASA a farouchement refusé de faire d'autres photographies des pyramides… Pourquoi ? La découverte n'est-elle pas importante pour la NASA ? Alors pourquoi y envoyer autant de satellites ? Tout cet argent pour découvrir… de l'eau ? Des glaciers ?

Bien sûr, l'eau a un rôle majeur sur une planète. Mais sur cette photographie on voit très clairement de la
glace sur Mars. On SAIT que la glace existe sur Mars. Pourquoi occulter toutes les photographies qui pourraient
démontrer qu'une forme de vie intelligente a évolué sur Mars ? Tout ça pour laisser la place à la découverte d'une vie microscopique éventuelle ? Quel dommage…

Ne serait t'il pas extraordinaire de découvrir des pyramides sur Mars ? De les mesurer ? De les analyser ? De revoir tout ce que l'on sait actuellement sur l'histoire de l'égyptologie ?
Les glaciers du pôle de la photographie précédente intéressent de prêt la NASA, avec de bonnes raisons bien sûr. La découverte d'une vie microscopique, ou de fossiles serait formidable ! Mais si lorsque l'on fait des découvertes importantes sur d'autres planètes, on les occulte pour donner au public une fausse idée de la réalité des faits, on a du mal à saisir la raison d'aller sur Mars pour y découvrir la vie.

Tiens ! … un cratère martien avec une ligne droite qui part du bord du cratère jusqu'au centre. On dirait une construction

Ces lignes semblent bien droites. En regardant de plus prêt, on peut en compter 6, peut-être 7. Phénomène météorologique intelligent ?…

Cliquez ici pour découvrir un gros plan de la fameuse pyramide§img14 à 5 faces. Quelle magnifique pyramide !
La grande pyramide à 5 faces nommée D & M par ceux qui l'ont découverte. Deux spécialistes de la photographie de la NASA qui restèrent stupéfaits de leur découverte.

Dommage que la NASA ait aussi occulté la version 3 dimensions de Mars. On aurait pu y voir ces constructions

Même si cela peut paraître invraisemblable, il semble que la NASA ne nous ait pas tout dit concernant les photos de Mars. Voici une photos qui montre comme des touffes d'herbes ou des buissons

Pour une planète sur laquelle il n'y a pas d'atmosphère c'est plutôt extraordinaire non ?
D'ailleurs, après autant de photos qui démontrent les cachotteries de la NASA, on est en droit de se demander s'il n'y aurait pas une atmosphère sur Mars ?
Bon bon… ok… ne vendons pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué !
Et pourtant ...

En cherchant sur le web et dans des FTP de la NASA nous sommes tombés sur des photographies très étonnantes prises par des satellites de la NASA ainsi que par Hubble.
Les deux photos que voici ont étés prises par Hubble§img19. On y découvre que Mars à une atmosphère bleue ! J'aimerais bien qu'on m'explique…

Nous sommes très étonnés de constater que la NASA ne fait pas le moindre commentaire au sujet d'une atmosphère Martienne !
Pourquoi ne rien dire à se sujet ?
Les gens de la NASA semblent vouloir garder Mars pour eux tout seul !
Et dire que nous ne prêtions quasiment aucun intérêt aux hypothèses conspirationnistes, nous voilà projetés en plein dedans ! Le pire c'est que ces photos proviennent de sources officielles !

Tiens en voilà une autre ! Au cas ou la première n'était pas satisfaisante.
Faudra bien que quelqu'un de la NASA accepte de nous expliquer ces images !

Alors nous allons aller encore plus loin dans notre recherche afin de trouver d'autres indices qui pourraient nous aider à démontrer que « quelque chose » se passe sur Mars. Quelque chose que la NASA nous cache puisque de toute évidence, aucun écho dans la presse ne laisse paraître de telles découvertes sur Mars.

Voici une autre photographie très étrange§img20. On y voit des formes connues et on a l'impression que ça ressemble à un complexe ou à une station de pompage de l'eau. Mais regardez plutôt la reconstitution§img21.
Il est extraordinaire de trouver de telles photographies de Mars. Qui a construit ce complexe ? Pourquoi le silence est-il gardé sur cette découverte ?

Tiens…encore des lignes droites !
Il faut croire que sur Mars les phénomènes météorologiques sont très intelligents !
Arrêtons la plaisanterie et voyez par vous même qu'aucun phénomène n'aurait pu créer autant de lignes droites sur Mars ou n'importe quelle autre planète !

Ceci§img26 est bien étrange… ces « trous » sont peut-être d'origine météorologique et/ou atmosphérique.
Peut-être proviennent-ils de plusieurs météores !

Voici maintenant une série de photographies que vous connaissez. Elles ont été prises par les récentes missions de Mars et ont étés publiées un peu partout. Mais voyez à quel point la NASA a été capable de modifier les photographies afin de faire ressortir l'aspect rougeâtre de la planète en éliminant la véritable couleur bleue du ciel Martien§bleu1. Vous pouvez vous même faire l'essai en vous procurant les mêmes photos et en enlevant la couleur rouge et en y ajoutant du bleu. Vous allez trouver la véritable couleur de Mars !
Il est troublant de constater que la photo de la NASA a été retouchée. D'ailleurs ils ne s'en cachent pas ! Ils disent que du rouge a été rajouté pour que nous ne soyons pas déçus et que le ciel ait bien l'aspect que l'on croit ! (…)
Là encore, la NASA a accentué le rouge§bleu2. Il est flagrant de constater que Mars a une atmosphère de couleur bleue. Qu'attendaient-ils pour nous en informer ? Pourquoi le silence ?

Constatez par vous même que l'engin de la NASA est de couleur blanche. Pourtant sur la photo de la NASA il a été rougit en même temps que le reste de la photo§bleu3 ! A côté, la même photo sans la dose massive de rouge. La couleur de l'engin est revenue normale, donc le ciel aussi !

Et voici une photographie qui montre de l'eau jaillissant du sol martien !
Pour ceux qui doutaient de la présence d'eau liquide sur Mars, c'est raté !
Ces deux photos sont prises à 4,5 secondes d'intervalle.
On voit clairement que le jet d'eau n'a plus la même forme.
Normal puisque l'eau retombe après avoir jailli du sol !

Nous concluons sur cette photographie qui montre, une fois de plus, des formations d'herbes ou de buissons.
Logique, car sur toute planète qui abrite de l'eau on y verra pousser des plantes et des herbes§img36.
C'est aussi valable pour Mars !

A la vue de certaines images de la Nasa, on ne peut s’empêcher de se poser certaines question…

Aurait-on découvert un Sphinx sur Mars ?

Aurait-on découvert une base militaire§Base sur Mars ? On croirait même y distinguer un avion§avion.
Comparez cette image avec une base en Antartique par exemple.

Y aurait-on également découvert une ville ?

Y aurait-on découvert des tours ?

Y aurait-on découvert des constructions§constructions au sommet d’une falaise ? Découvrez gros plan constru ces deux constructions de plus près.

Enfin, y aurait-il des constructions évidentes

Le nouveau visage de Cidonia ( Mars )

Ce "relief naturel" a déclenché de nombreuses polémiques car la résolution des images sources était trop faible.
Pour l'histoire les premières images ont été prises lors de la mission NASA Viking en 1976.
La région martienne photographiée se nomme Cidonia-Mense. On y trouve ce fameux "visage" mais aussi d'autres détails curieux.
La NASA navigue en eau trouble sur le sujet. Les explications sont nombreuses certes, mais elles laissent comme un arrière goût !
En 1998 la NASA lance la mission "Global-Surv" et "Pathfinder". Le but est de placer un satellite en orbite martienne afin d'étudier la planète rouge et de déposer à sa surface un petit robot d'exploration télécommandé. Après de nombreux débats la région de Cidonia est survolée de nouveau le 5 avril 1998 à 12h39 AM PST.
L’image à été prise à une altitude de 444 Km et la zone couverte par la photo source est de 4,4 km sur 41.5 km.
Mais cette fois le progrès aidant la résolution est passée à 4,4m/pixels alors qu'elle était de 40m/pixels en 1976.
Je vous propose une nouvelle étude de ce relief mais vu d'un autre angle. J'avais l'impression qu'il existait un autre visage qui se cachait sous le premier...
Enfin bref c'est une histoire "d'image dans le miroir " et d'un " masque sous un masque"...


Je me suis ensuite demandé pourquoi ont nous présentait toujours la vue de cette région de mars de la même façon ? Il existe des images que l'on peut regarder des deux cotés !
C'est la raison pour laquelle j'ai voulu voir le fameux visage "tête bêche". J'ai donc appliqué une rotation de 180° vers la droite. Rotation à 180° à droite§cido12[1].


J'affirme ne pas avoir fait subir à cette image d'autres traitements informatiques.
Quant à moi, je vois un visage nouveau et plein d'autres détails qui font rêver !
De la à dire qu'ils avaient inversé l'image !!!
Hélas, la mauvaise définition de l'image ne permet pas d'affirmer quoique ce soit mais les détails de cette nouvelle "face cachée du visage de Cidonia" me troublent bien plus que l'image originale.

Et dans ma myopie, je retiens les critères "physiques" suivants :

- Visage triangulaire
- Tête grosse
- Arcade saillante
- Yeux en amandes ou de chat, bridés.
- Petit nez avec 2 trous
- Lèvres fines
- Menton saillant

Une comparaison s'impose car ces détails physiques sont présents dans les récits de rencontres rapprochées ou on aurait vu des "êtres de l'espace". J'ai consulté la base Moumra.onzenet.com le dossier aliens/croquis afin de trouver un collègue" à notre nouvel ami.
Il me semble qu'un "cousin candidat" peut être trouvé dans l'histoire célèbre des b.b-hill.
Voici un exemple "pour rire" réalisé en comparant le portrait robot d'une des entités vues par les Hill en 1961 aux usa et le nouveau visage§19610919ebnbus02[1] de Cidonia de global-surv...

Le QUIZ...
Alors qu'est ce que cela pourrait bien être ce relief ?
Attention , Il y a des piéges !!!!
Théories de type "Dame Nature" et/ou "délires" :
- 1) Un volcan "mou" gorgé d'eau logé dans un vieux cratère recouvert de sable...
- 2) Une faille vue sous un éclairage particulier...
- 3) Une dépression naturelle érodée par les vents...
- 4) Un message d’une antique civilisation...
- 5) Un trucage/canular de la NASA ...
- 6) On regardait l'image dans le mauvais sens ...
La réponse est :
C'est probablement UNE BONNE RAISON D'ALLER SUR MARS !
Ou de refaire un survol pour "scanner" finement les lieux (mais cela doit être fait désormais).
Un travail de fouille par zoom s'impose sur l'ensemble de cette zone qui garde tout son mystère
Pour obtenir plus de détails, la définition des images sources devra être très bonne, et cela n'est pas encore le cas ici.
Cette petite étude pose plus de questions sur le sujet martien qu'il ne donne de réponses (quoique ?)
Mars est connue depuis la nuit des temps.
Elle est citée par tous les peuples du monde, il n'y a pas de raison que le rêve s'arrête comme ça !











Richard Hoagland présente une étude élaborée par le professeur David Percy lors d'une conférence à l'université de Bradford dans le Yorkshire en septembre 1996. Cette étude démontre la connexion entre le site de Cydonia sur la planète Mars, les crop circle et les sites mégalithiques de Avebury, Gastonbury et Stonehenge.
En août 1975, la sonde Vicking est envoyée vers la planète Mars. En juillet 1976, on reçoit les premiers clichés détaillés de la planète Mars. A la fin de l'été 1976, ces clichés sont montrés lors d'une conférence de presse. C'est alors qu'un journaliste fait référence à un « visage » qu'il aperçoit sur un de ces clichés. Mais il n'y a pas que ce visage présent sur les photographies. En y regardant de plus près, on peut y observer des pyramides à cinq (five-sided pyramid) et à quatre côtés(city), des murs(wall), une bute en spirale(spiral mound), un cratère(crater), etc...

Si l'on étudie les rapports géométriques entre toutes ces particularités géographiques, on peut observer des coïncidences intéressantes avec les sites de Stonehenge, Avebury et Sylbury en Angleterre.

Lorsque l'on reporte le site de Cydonia en transparence et à l'échelle 1:5 sur le site mégalithique anglais on constate que :
- l'emplacement de la bute en spirale sur Cydonia correspond au cercle de pierre de Stonehenge
- le sommet de la pyramide à cinq côtés qui, au passage, ne peut se former de manière naturelle, correspond au mont Thor de Glastonburry.
- le cratère correspond au cercle d'Avebury qui était pourvu à l'origine de deux grands cercles de roches, dont la date de construction est estimée entre 2500 ans avant J-C pour certains, 5000 ans avant J-C pour d'autres. On peut noter que les centres de ces cercles de roches se retrouvent sur le cratère martien sous la forme de deux pierres (?) blanches.

Afin que la vie évolue sur une planète, tout du moins sous la forme où nous la connaissons, celle-ci se doit de tourner à une vitesse suffisante, avec une inclinaison se situant dans une position opposée à sa rotation. Ce mouvement crée une tension, ajoutée à celle d'un satellite (la lune), qui autorise la vie.
D'après le professeur David Percy, ces repères blancs se rapportaient à l'emplacement de deux disques tournant qui injectaient des gravitrons dans la planète, ce qui avait pour effet d'alourdir la planète Mars afin de lui permettre de tourner à la bonne vitesse et ainsi, d'avoir une atmosphère.
On peut aussi noter que le mur adjacent au cratère se trouve sur les dépôts du cratère, donc postérieur aux éjections (si ce sont des éjections).

Lorsque l'on reporte le site de Cydonia en transparence§superpos et à l'échelle 14:1 sur le site mégalithique anglais on constate que :
- l'emplacement de la bute en spirale sur Cydonia correspond à la montagne de Silbury.
- le sommet de la pyramide à cinq côtés correspond à la stèle d'Avebury

On peut ensuite s'amuser à remarquer des coïncidences pour le moins troublantes.
La spirale qui caractérise la butte dans la zone de Cydonia a été reproduite par des scientifiques qui ont constaté qu'il s'agissait d'une spirale logarithmique§butespirale[2].

On retrouve cette spirale logarithmique sur le crop circle qui est apparu le 17 juillet 1991 dans la région de Barbury. On peut remarquer au centre de ce même crop circle un tétraèdre qui a peut-être aussi un rapport avec la planète Mars§comparloga.

En effet, la plupart des planètes, en raison de leur rotation, connaissent un pôle d'énergie physique tridimensionnel situé entre le 19éme et le 20éme degré de latitude, aussi bien dans l'hémisphère nord que dans l'hémisphère sud. Cette latitude coïncide avec celle d'une pyramide fictive de 3 côtés dont la base serait à l'intérieur de la planète. Nous appelons cela un tétraèdre circonscrit, avec un sommet au pôle sud et les pointes à 19.47°.

Ce phénomène s'observe sur la plupart des planètes du système solaire et coïncide souvent avec une particularité géographique ou physique. Sur Mars, c'est le mont Olympe qui se trouve à une latitude de 19.47°. Sur Jupiter figure une tâche rouge et sur Neptune, une tâche noire§neptune[1] de la taille de la planète terre.

Si l'on observe avec attention le cratère du site de Cydonia, on remarque une protubérance géographique semblable à une bute, juste avant un trou. On retrouve cette particularité sur le cercle d'Avebury.

Cette particularité se trouve être, elle aussi, un tétraèdre.
Lorsque l'on trace une droite passant par la butte en spirale du site de Cydonia et le tétraèdre qui surplombe le cratère, et une autre passant toujours par cette même butte et par le mur longeant le cratère, on peut mesurer un angle de 19°47 entre ces deux droites.

On peut trouver cet angle dans une des mesures effectuées sur un autre crop circle apparu le 27 juillet 1991 à Silbury Hill.

Il est tentant de faire le rapprochement quand on sait qu'il existe des rapports entre la taille des cercles de cette figure géométrique et les rapports de masse entre Mars et la Terre.

Beaucoup d'interrogations subsistent sur le site martien de Cydonia. La NASA ne fait rien pour les dissiper, si ce n'est nous fournir un cliché du "visage" tellement retravaillé graphiquement qu'il en est méconnaissable. Mais elle reste très discrète sur tout le reste de la zone. Ce sujet tiré de la vidéo DOSSIERS OVNI, n°9, des éditions ALP / Marshall Cavendish, n'est-il qu'un amalgame de coïncidences?
La partie consacrée à Hoagland sur mon site, à la page de Réflexion sur la conspiration tendrait à temporiser les relations présentées ci dessus. Je vous invite à la découvrir afin d'avoir une vision objective du phénomène.

Le visage sur mars et autres curiosités martiennes

Par Nicolas Cazagou

Le visage sur mars est l'une des grande curiosité extraterrestre de notre système solaire. Comment un vulgaire cailloux a-t-il pu devenir l'évènement le plus improbable de toute l'histoire de l'exploration spatiale ?
Mais surtout, ce visage est-il naturel ou artificiel ? A-t-il été sculpté par une quelconque érosion ou par une impensable intelligence extraterrestre ? Et qu'en est-il des étranges monticules situés à proximité ?
Bien que les récentes observations des sondes américaines ont montrés qu'il ne s'agissait que d'un jeu de lumière sur une montagne, la coincidence est quand même des plus troublante.

1/La découverte.
Revenons au début de l'histoire, au cours de l'année 1976. La NASA, pour préparer un futur amarsissage, avait lancé le plan Vicking qui visait dans un premier temps à cartographier la surface de la planète rouge. Le 25 juillet 1976, le visage fut photographié pour la première fois§ f035a72p[1] par le Vicking Orbiter 1 qui survolait la région de Cydonia Mensae. Les scientifiques lui attribuèrent tout de suite le nom de "the face" (le visage).
Pour la NASA c'était juste une combinaison d'une certaine forme naturelle et d'un éclairage particulier. Mais une autre photo§f070a13p[1] fut prise sous un éclairage légèrement différent 35 jours après la première.
Le visage était toujours là.


Non loin de là, un ensemble de formations rocheuses présente d'étranges caractéristiques. On l'appelle "The City"§city (la ville).

La NASA n'a pas abandonné l'exploration de Mars, malgré l'échec de Mars Observer qui fut perdu dans l'espace en Août 1993. Le premier drone du programme Mars Surveyor sera lancé fin 96, il nous enverra des images en haute résolution de la surface. Gageons que la récente découverte d'une possible vie sur Mars ait relancé, dans une proportion moindre, la grande époque de la conquête spatiale.

2/Quelques aspects du visage.
Le visage est situé dans la région de Cydonia Mensae. Ses dimensions sont d'environ 2.1 km longueur, 1.6 km de largeur, et 0.5 km de hauteur. Il semble être sur une sorte de plateforme.
Le visage aurait des "dents", comme on le voit sur ces agrandissements.

3/Les autres formations rocheuses: La ville.

D'étranges monticules§city sont dressés non loin du visage. On peut y reconnaître Une pyramide à 4 cotés, une pyramide à 5 cotés(en dehors de l'image), une pyramide en forme de cône et une structure qui fait penser à une forteresse.
Les formations les plus importantes présentent des côtés ayant la même orientation§align[1]. On y voit la pyramide à 4 côtés, le visage, la forteresse et une autre formation(aucune rotation faite pour le montage).

Voici un rendu en 3D du visage et de la ville et une image de la pyramide à 5 cotés.

Il y a d'autres curiosités sur Mars, comme par exemple ces quadrillages§mars27 qui font penser à un village Inca ; ou ce canal rectiligne



La Vie sur Mars !
***Dernières Découvertes***
Les "Forêts" de Mars: Biologiques ou géologie exotique ?

Tout récemment de nouvelles images ont vu le jour, prises par MGS en l'an 2000, près du pôle sud martien, révélant des paysages inhabituels qui pour nous sur terre ressembleraient à des formes géantes de végétation. Est-ce l'évidence d'une forme de vie macroscopique ou simplement une coïncidence géologique ? À vous d'en juger§foret- 1 !
Un autre fait intéressant au sujet de ces images, c’est la présence de taches blanches (neige ?). Si le 'buisson' ou corail ou forêt ou formation cristalline ci-dessous est de 3000 pieds ( moins de 1000 mètres), imaginez l'impressionnante vue que nous aurions juste à côté ou au-dessous ! Ouf ! Époustouflant ! Remarquez la longueur des ombrages créées par ces " dolmens " blancs de glaces ou je ne sais trop….encore…

Maintenant pour la 'Planète Rouge' ! Pas si rouge que ça !!!


Ou encore de la neige ! Et du ciel bleu !

Avez-vous remarqué que le ciel n'est pas rouge-orange feu !!! Les différences drastiques de température sur Mars créent beaucoup d'humidité et/ou de condensation…De l'eau, quoi ! Et vous savez comme moi...Où il y a de l'eau...il y a de la Vie. Mais au fait qu'elle est la vraie température de Mars ? C'est à suivre…
L'autre 'NASA' nous cache-t-elle quelque chose ? N'oubliez pas que cette "institution" est une entreprise privée à la solde des payeurs de taxes américains et des contrats "très privés" du Ministère de la Guerre, oups! pardon, de la Défense.

Voici des images tirées du site :

------------------------ http://mars-news.de/mars/viking.html

Ces gens essaient de comprendre... Pourquoi la NASA donne deux versions couleur de la même photo quelques années plus tard… Richard Hoagland du site

--------------------- http://www.enterprisemission.com/

les a également surpris avec quelques autres chercheurs de masquer ou filtrer certaines photos de Mars. En voici un parfait exemple.

Pourquoi la NASA change-t-elle ses photos ?
Deux photos originales de la NASA

Les photos sont tirées des pages :

---------------------http://mars.jpl.nasa.gov/MPF/ops/sol35.html
---------------------http://mpfwww.jpl.nasa.gov/MPF/ops/sol30.html

Ces deux images proviennent du PathFinder Courtoisie de JPL/NASA/Caltech. L' image de Sol30 à gauche a été prise le dernier jour de la schédule planifiée. Après Sol30 il y a eu une mission rallongée. La photo s'est-elle échappée par accident ? La même image (à droite) a été présentée sur Sol35. Cette fois, elle est teintée en rouge.
Par contre cette 3 ième photo que voici a été altérée par l'auteur du site pour démontrer la différence lorsque les gamma et les filtres sont balancés.
Pourquoi est-il si important pour les scientifiques de savoir la vraie couleur de Mars ? Simple non ! Cette planète est beaucoup moins morte qu'on pense ! Vous verrez par vous-même. J'ai une cinquantaine de pages de photos de structures artificielles sur Mars et la Lune. Êtes-vous prêts ?

MARS
PÔLE SUD
STRUCTURES ARTIFICIELLES
Usine de production/filtration d'eau ???
dossier tiré du site de IWONDER PRODUCTION

http://www.iwonderproductions.com/

À la page suivante:

http://www.iwonderproductions.com/mars.htm

Photos et travaux exclusifs de LIZ EDWARS

Cette photo de la NASA

http://pds.jpl.nasa.gov/planets/jpeg/mar/marssp.jpg

démontre qu’il y a de la neige au pôle sud de Mars. Mais si vous observez bien vous remarquerez le contour qui ressemble à un carré au bout de la flèche qui indique la région A.
Une fois agrandie, vous pouvez mieux voir la région et les différentes formes géométriques. Juste sous les tracés de neige. La région autour est des plus fascinante. Due à la ligne de neige on dirait une forme pentagonale.

Cet agrandissement montre la région A, B et C qui présentent des anomalies. Dans la région B, il y a comme une forme de "T". On y remarque la forme d'un trou. La région "C" semble démontrer trois tours sur les côtés d'un long ovale. On commence à voir les "murailles" de cette enceinte avec comme une ouverture ou entrée en haut.

Agrandissons encore l'image. On remarque plus facilement les murs et les ombrages qui sont indicatifs d'une hauteur assez impressionnante. Sortant de cet édifice? on voit comme une nuée ou vapeur ou fumée qui s'étire vers la ligne de neige et passe à côté des "baraques".

Un agrandissement de la figure nous dévoile un étrange bâtiment. à trois cheminées ou partitions élevées. Plutôt inhabituel, non ? Et on voit comme une petite maison en chaux ou igloo avec un trou qui ressemble à une porte d'entrée. Qu'en pensez-vous ? Une chose est certaine ce n'est pas la nature qui a sculpté ces murailles et bâtiments !

Voici la dernière image et non la moindre...
Libre à votre imagination. Personnellement je vois comme une tuyère un peu à gauche qui me fait penser à un wagon du far-west qui a un reflet presque métallique et à droite une forme blanchâtre avec un angle droit assez évident qui semble soulevé. À vous de rêver...

Mes anomalies martiennes préférées...

Pendant qu'on nous 'distrait' avec des films d'horreur de guerres civiles mondiales manipulées, dites-vous bien que "si vous croyez en l'existence de vie extra-planétaire ou galactique et que cette vie (qui comprend plusieurs formes, races et cultures) soit intelligente et qu'elle s'est installée ici (avec ou sans la collaboration du gouvernement secret) et qu'elle nous visite depuis des éons", alors...réalisez bien que cette activité extra-terrestre ou extra-dimensionnelle est toujours en train de se dérouler en ce moment même, 'ad nauseam et ad eternam' ! Lorsque la "Vérité" sera révélée mondialement, les religions s'effondreront, les gouvernements seront dissous et nous...nous serons libres... d'être qui nous sommes 'vraiment' et de vénérer cet existence du meilleur et du plus profond de nous-même. Peut-être deviendrons-nous aussi une race intelligente qui habite la "Voie Lactée"... C'est pourquoi j'ai choisi aujourd'hui de vous présenter ces images ahurissantes qui vous évaderons un peu de cette terre et vous ferons réfléchir sur la grandeur du schéma qui se présente devant nous. Nos ancêtres ont-ils vécu sur Mars ? Hey ! Sommes-nous nos ancêtres ? Et qui sont ces monstres qui nous poursuivent depuis des éons ? St-Michel l'Archange lui-même n'a pas réussi à s'en débarrasser, ni St-Georges ? Je crois qu'il va falloir tous s'asseoir ensemble car maintenant nous sommes devenus les "deux". Rappelez-vous cette sentence: "Sois vigilant qu'en combattant des dragons tu n'en deviennes pas un !". Alors voici quelques ruines de ces belles civilisations jadis fleurissantes des races "aryennes et reptiliennes".
Bon voyage dans les mémoires chromosomes de votre passé ancestral...
Amitié, Nenki.


Documentaire extrême : Alternative 3

Nous ne pouvions refermer ce dossier sur Mars sans vous parler du film Alternative 3 qui est l’un des grand classique de l’ufologie version complot. Qu’est-ce donc que cette « Alternative 3 » ? Tout le monde se souvient du canular radiophonique d’Orson Wells inspiré par la « Guerre des Mondes ». Et bien « Alternative 3 », c’est un peu la même chose pour la télévision, sauf que trente ans après sa diffusion, certains y croient encore !
Le concept
Diffusé en Angleterre en 1977, ce documentaire écrit et réalisé par David
Ambrose et produit par Christopher Miles révèle froidement que la planète Terre sera bientôt surpeuplée, et si polluée qu’elle deviendra inhabitable. Un gouvernement occulte possédant une technologie secrète, a donc imaginé un plan en 3 phases qui permettra de sauver l’humanité de l’apocalypse qui l’attend. Toute l’humanité ? Evidemment non. Seule une petite poignée d’élus choisis par eux pourra échapper à l’Armaguedon. Les membres de cette conspiration sont évidemment très puissants et très déterminés. Ils ne reculeront devant rien pour arriver à leur fin.
Les trois alternatives
La première alternative envisageait de faire exploser des bombes atomiques dans la haute atmosphère de façon à ralentir le processus de l’effet de serre en ouvrant des trous vers le grand espace. Ce système s’avéra désastreux et il fallut l’abandonner.
La seconde alternative consistait à bâtir de vastes bases souterraines dans lesquelles une petite portion de la population pourrait trouver refuge le moment venu, abandonnant les autres à leur sort. Ces bases secrètes furent construites parallèlement à la réalisation de la troisième alternative, l’alternative la plus secrète et la plus importante.
Cette troisième alternative reposait sur une technologie héritée des ovnis permettant l’installation de bases sur la planète Mars en vue de la migration d’une poignée d’élus triés sur le volet. C’est donc sur Mars, devenue une gigantesque arche de Noé, que l’humanité serait appelée à survivre et à renaître. L’aménagement des bases martiennes nécessitant une main d’œuvre importante, des dizaines de milliers de personnes de part le monde furent alors enlevées pour servir d’esclaves.
L’alternative 3
Sur le ton de la réalité-fiction, le documentaire s’attachait surtout à dénoncer la troisième alternative. L’une des révélations du film était que les deux grandes puissances maintenaient depuis longtemps l’illusion de la guerre froide pour mieux obtenir les budgets nécessaires à leur programme secret. En effet, dès le début des années 60, parallèlement au programme spatial officiel, les américains et les russes avaient installé deux bases sur la Lune. La base Archimèdes et la base Cassini - 1 étaient des stations intermédiaires en vue de voyages sur Mars. La fin du film montrait alors une séquence extraordinaire : l’ atterrissage d’un équipage russo-américain sur Mars !
La séquence était naturellement présentée avec toutes les précautions d’usage, décrivant pour la rendre plus crédible, un périple où la mort se mêlait au rocambolesque. On y racontait que Harry Carmell, un collaborateur de la NASA, l’avait transmise à Sir William Ballantine, un radioastronome réputé, lequel avait pris aussitôt rendez-vous avec John Hendry, patron d'un journal international. Mais Ballantine était mort mystérieusement dans un "accident" de voiture avant de pouvoir se rendre chez Hendry. Finalement, la séquence était tout de même arrivée à la station anglaise "Scepter TV" où elle fut diffusée une première fois dans l'émission "Science Report". C’est ainsi que la fameuse séquence de l’atterrissage était présentée dans le film « Alternative 3 » diffusé par la BBC.
On imagine la tête des téléspectateurs anglais qui, devant leur petit écran, assistaient sans y être préparés, à un événement aussi considérable. Cette scène d’atterrissage était digne de la plus grosse production hollywoodienne. Tout y était : le survol du sol martien tout d’abord, longuement filmé depuis la soucoupe, et aussi l’enregistrement des commentaires exaltés de l’équipage qui donnait à tout cela un prodigieux réalisme. Pris du cockpit, le film permettait de voir les instruments de bord lesquels indiquaient que la pression extérieure de l'air était à 700 millibars, et la température extérieure à 4° C. La planète était donc absolument habitable ! "Nous sommes le 22 mai 1962, nous sommes sur Mars, nous avons de l'air pour respirer !" s’exclamait la voix triomphante d’un astronaute au moment de toucher le sol martien. Pour couronner le tout, on voyait alors une créature étrange qui s’enfuyait loin de la zone d’atterrissage. Il y avait de la vie sur Mars !
Ce fut un véritable choc, et la BBC reçut dans les jours qui suivirent des tonnes de lettres et d’innombrables coups de téléphone.

Aujourd’hui, nous savons que le film était un canular. Que des acteurs jouaient certains rôles, que certains noms ne correspondaient à rien. Il n’y a pas d’astronaute nommé Grodin, pas plus que de Dr Gerstein. Il n’y a pas et il n’y a jamais eu de station du nom de "Scepter TV". En dépit de toutes ces invraisemblances, le film conserve encore beaucoup de sa force sulfureuse, car son argumentaire très logique repose sur des séries d’évènements de l’histoire contemporaine qui laissent la porte ouverte à de nombreuses spéculations. Il est vrai qu’au cours des années 60 et 70, les accidents d’avion et de voiture provoquèrent la disparition de nombreux astronautes et scientifiques. Plus récemment, le célèbre astronome Eugène Shoemaker périt lui aussi dans un terrible accident. Pour lui rendre hommage, la Nasa transporta ses cendres sur la Lune...
Leslie Watkins, l’auteur mandaté du livre qui fût écrit après coup en raison du succès de l’émission a beau répéter que le film « Alternative 3 » était prévu pour être diffusé un 1er avril et qu’un problème de programmation avait tout simplement reporté sa diffusion, les amateurs de complots refusent de le croire ! Ils pensent que le film transmet un message à qui veut l’entendre. Un message entaché d’erreurs volontaires, pour mieux faire oublier qu’il révèle une réalité obscure dans laquelle de nouveaux personnages redoutables ont fait leur entrée : les gris.

Si vous souhaitez découvrir le film par vous-même, il est disponible dans sa version anglaise sur internet. Vous y accèderez directement en cliquant ici :

Partie 1
Partie 2
Partie 3
Partie 4


Sachez également que le livre du même nom est disponible en anglais, et dans son intégralité sur le site
http://www.tje.net/para/documents/alternative3/index.html

Enfin, pour vous encourager à voir ce film, nous vous proposons ici la fameuse séquence de l’atterrissage sur Mars. (version allemande)
En visionnant ce passage vous remarquerez un détail des plus troublant. En effet, comme vous avez pu le découvrir dans notre dossier, le ciel de Mars est probablement bleu. Or, il l’est également dans cette séquence ! Comment ? Et, oui ! Là où tous les réalisateurs d’Hollywood se sont trompés en représentant dans leur film le ciel de Mars avec une belle couleur rouge, le réalisateur d’Alternative 3 est tombé en plein dans le 1000 ! Ils nous montrent en effet un ciel de Mars parfaitement bleu ! On se prend à rêver en constatant une telle clairvoyance pour l’époque. De deux choses l’une : soit David Ambrose était très bien informé, soit cette séquence est authentique ! Et on se dit alors : si cette séquence avait été bidon, n’aurait-il pas mieux valu montrer un ciel rouge comme le public s’attendait à le voir depuis toujours ?
Il en est ainsi de toutes les questions qui touchent au grand complot : elles nous amènent toujours à nous poser de nouvelles questions.





Tout sur Mars - Mais pourquoi ils nous mentent ? (Spiritualité, Nouvel-Age - O.V.N.I.)    -    Auteur : Philippe - France


4358 visiteurs depuis 2006-10-14
dernière mise à jour : 2006-10-14

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Spiritualité, Nouvel-Age >> Blog #173