Médecines douces - Ostéopathie
Médecines 'douces' et les revues se disant spécialisées dans la défense des médecines alternatives.

Est-ce vrai ou s'agit-il d'une façade qui répond à un marché porteur ?

La question qui se pose est : qui décide que tel ou tel article sera traité ? Quels sont ceux qui sont à la tête du comité de rédaction ?

Sont-ils ouverts à toutes les formes de médecines ou font-ils le filtre pour ne laisser passer que ce qui est anodin ?

J'ai souvenance d'un article paru dans la revue Epidaure, en 1987: il y était cité un autre article, extrait de la revue Autrement, "A l'ombre des magazines en fleur", par Anne Vaisman, traitant de la presse spécialisée dans les médecines alternatives. "Plus ces revues ont des relents de militantisme, moins elles plaisantent avec le médical et le titre de médecin."

Aujourd'hui, rien n'est changé. La plupart du temps, les médecins qui sont à la direction de la rédaction, filtrent tout ce qui pourrait être contraire à leurs intérêts. J'en ai fait la triste expérience depuis presque dix ans, pas une revue qui se targue de défendre les médecines alternatives n'a accepté de parler de mes travaux sur l'asthme !

A la télévision, c'est pire

Impossible de faire passer une information.
J'ai tenté de prendre contact avec William Leymergie, présentateur de "Télématin" sur France 2, dans laquelle une rubrique santé est proposée chaque jour.
Je voulais lui faire connaître l'existence d'un point d'arrêt de la crise d'asthme qui peut être pratiqué par tous les asthmatiques. Efficacité supérieure à la Ventoline sans en avoir les inconvénients. Pour ce faire, profitant d'un voyage à Paris où j'avais un rendez-vous au Ministère de la Santé, je lui ai adressé un fax lui demandant de me recevoir quelques minutes. Sans réponse, tout comme une dizaine de coups de téléphone pour tenter de le joindre. Deuxième fax afin de renouveler ma proposition d'information, sans réponse. Troisième fax pour lui dire qu'un asthmatique décédait toutes les trois heures en France, et que je l'avais trouvé excellent dans la présentation des petits pois frais au cours de son émission du matin.
Là, j'ai reçu une réponse, hautaine et méprisante. J'avais injurié ce monsieur par mes propos sur les petits pois, lui qui est fier de remplir sa mission qui est d'informer le mieux possible.

Dans ma réponse (en pli recommandé avec accusé réception, pour être sûr qu'il la reçoive), je lui ai gentiment fait remarquer que, lorsqu'il s'agissait d'informer des gens qui souffrent, il se gardait bien de répondre et que, lorsque l'on égratignait légèrement son orgueil, il trouvait le temps de le faire.
Voici ce qu'est le pouvoir qui est entre les mains de ces bateleurs de foire.
La place est tellement bonne qu'il n'est pas question de faire la moindre vague, que dis-je, frémissement. Et puis, l'exemple de Patrick Sabatier a dû en refroidir quelques-uns.
Les émissions concernant la santé sont toujours l'occasion d'inviter les meilleurs médecins médiatiques qui ne savent vanter que la pharmacopée. Sous couvert d'éduquer le public, on le gave d'informations lénifiantes et prédigérées.
Les présentateurs sont les masticateurs des temps modernes pour édentés de la cervelle. Quelqu'un a dit un jour: «La télévision, c'est un égout qui se déverse dans nos salons.»
La télévision actuelle est la composante moderne des anciens «jeux du cirque», le peuple a soif de jeux et, pendant qu'il s'en repaît, il ne pense pas à sa condition . Objet de mensonge et de désinformation, le téléviseur, grâce au câble et au satellite, sera le grand collecteur mondial de tous les égouts de la planète. Le sang pourra couler à flots dans les salons, vingt quatre heures sur vingt-quatre. Qu'on ne se leurre pas, la presse écrite est à l'agonie. La télé étale le sang à la "Une" bien plus rapidement que ne le font les journalistes de la presse écrite, et en plus avec des images qui bougent (pas les morts, bien sûr !).

Même filtrage d'informations, même bourrage de crâne, suivant la tendance.
Comment voulez-vous que ces grands prêtres médiatiques s'investissent dans des informations qui vont déplaire à ceux qui les ont mis en place ?
Il est vrai «qu'il vaut mieux être le boucher que le veau», «qu'il vaut mieux être du côté du manche que de la cognée», «qu'il vaut mieux se trouver du côté de la crosse que du canon», etc. Ceux qui aujourd'hui se permettent de conserver leur indépendance vis-à-vis des publicitaires et des partis, pour pouvoir informer librement leurs lecteurs, sont comparables aux résistants qui tenaient tête à l'occupant durant la guerre. Rendons-leur hommage.

La liberté d'expression n'est qu'une utopie

Bien sûr, chacun peut dire ce qu'il a à dire à ses voisins, mais le dire sur le plan national relève des " Coulisses de l'exploit ".
La presse est au service du pouvoir, le pouvoir est au service de l'argent, I'argent est au service de ceux qui le détiennent et ceux qui le détiennent exploitent notre bêtise. Ce n'est pas nouveau, c'est vieux comme le monde et c'est tellement bien en place que l'on n'est pas près d'en voir le bout.
Personnellement, j'ai lutté dix ans pour que ma découverte soit remise à la médecine, simplement pour que le plus grand nombre en profite.
La médecine n'en veut pas, c'est contraire à la politique médico-pharmaceutique.
La presse n'en veut pas, ça dérangerait l'industrie médico-pharmaceutique.
Qu'à cela ne tienne, comme je l'ai dit au Ministère de la Santé, "je vais enseigner ma méthode aux kinésithérapeutes, en trois jours ils seront capables de l'apprendre et de l'appliquer et dans un an les asthmatiques se feront soigner et guérir chez eux". C'est ça l'administration de la Santé, ils ne veulent même pas voir si ça marche, c'est un principe. Un "outil" préhistorique que les gouvernements successifs se gardent bien de modifier.

Là, est le véritable pouvoir... celui de l'inertie,
attendre la retraite en ne prenant aucun risque !


[Go to site]

Il est possible de supprimer complètement l'asthme en 4 séances de manipulations.
Cette tecnique fonctionne depuis des années avec des taux de réussite de 90 % !
Comment stopper une crise d'astme en 10 secondes en massant un point particulier de la cage thoracique. METHODE MISE AU POINT PAR JACQUES GESRET




Médecines 'douces' et les revues se disant spécialisées dans la défense des médecines alternatives. (Médecines douces - Ostéopathie)    -    Auteur : JP - France


1515 visiteurs depuis 2007-05-24
dernière mise à jour : 2007-05-24

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Médecines douces >> Blog #362