Spiritualité, Nouvel-Age - Ecologie, Sciences de la Terre
POLLUTION • Le rapport qui embarrasse Pékin

Les autorités chinoises ont obtenu le retrait partiel d'un rapport de la Banque mondiale sur la pollution, faisant état de 750 000 morts prématurées qui surviennent chaque année dans le pays. C'est ce que révèle le Financial Times.


Pékin a manœuvré pour obtenir le retrait de près du tiers d‘un rapport de la Banque mondiale sur la pollution en Chine. Les autorités chinoises craignaient en effet que certaines révélations ne provoquent des tensions sociales. Selon le document http://www.ft.com/cms/s/8f40e248-28c7-11dc-af78-000b5df10621.html, fruit d'une coopération de plusieurs années avec des ministères chinois, environ 750 000 personnes décèdent prématurément chaque année dans le pays, principalement à en raison la pollution atmosphérique dans les grandes villes.

L'Agence chinoise pour la protection de l'environnement et le ministère de la Santé ont demandé à la Banque mondiale de supprimer les chiffres sur les coûts humains de la pollution d'une première version du rapport achevée l'année dernière, ont fait savoir des conseillers de la Banque et des responsables chinois.

A en croire les conseillers auprès de l'équipe de chercheurs, les ministères avaient trouvé ces informations trop sensibles. "La Banque mondiale s'est vu demander de surseoir à leur publication, car elles sont jugées de nature à provoquer des troubles sociaux", a confié au Financial Times l'un de ces conseillers. Pour autant, ces chiffres n'ont pas été tenus totalement secrets : ils ont été révélés oralement lors de la conférence conjointe avec la Banque mondiale en mars à Pékin [ils ont aussi circulé dans la presse officielle chinoise – voir lien ci-dessus].

Sur les vingt métropoles les plus polluées du monde, seize se trouvent en Chine, concluait déjà une enquête précédente de la Banque mondiale. Selon Guo Xiaomin, un ancien responsable de l'Agence pour l'environnement, aujourd'hui à la retraite, qui a coordonné les travaux de l'équipe chinoise de chercheurs, l'omission de certaines données dans le rapport sur la pollution s'explique par les doutes sur la fiabilité de la méthodologie employée. De plus, ajoute-t-il, ces informations "risquent de créer des malentendus".

Le rapport tronqué, intitulé "Le Coût de la pollution en Chine", n'est pas encore officiellement paru, mais une version téléchargeable sur Internet a été rendue publique lors d'une conférence à Pékin en mars.

Il y manque les conclusions selon lesquelles les niveaux élevés de pollution atmosphérique dans les villes chinoises sont à l'origine de 350 000 à 400 000 décès prématurés chaque année. Quelque 300 000 autres sont dus à la mauvaise qualité de l'air à l'intérieur des bâtiments. Enfin, 60 000 autres morts prématurées sont imputables à la pollution de l'eau.

L'Agence pour l'environnement et le ministère de la Santé chinois se sont refusés à tout commentaire. La Banque mondiale discute toujours avec le gouvernement chinois des conclusions du rapport. Selon une porte-parole de l'institution, "la version dévoilée à la conférence ne comprenait pas certains points, qui sont toujours en discussion". Les conclusions du rapport, précise-t-elle, seront publiées prochainement sous la forme d'une série de documents.

Richard McGregor
Financial Times
http://www.courrierinternational.com/planetepresse/planeteP_notule.asp?not_id=3638




POLLUTION • Le rapport qui embarrasse Pékin (Spiritualité, Nouvel-Age - Ecologie, Sciences de la Terre)    -    Auteur : Marina - France


1722 visiteurs depuis 2007-07-07
dernière mise à jour : 2007-07-07

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Spiritualité, Nouvel-Age >> Blog #439