Médecines douces - Diététique, Alimentation
L’ALIMENTATION VEGETARIENNE ET VEGETALIENNE

Dans ce chapitre, l’accent a surtout été mis sur le végétalisme pour deux raisons : la première est que le végétarisme ne demande pas de précautions particulières si l’alimentation est variée. Il ne s’agit pas, bien sûr, lorsqu’on est végétarien, de se nourrir juste de lait et de chips, ou juste de noix de coco, ou juste de pâtes aux œufs. Une nourriture variée et équilibrée en légumineuses, céréales, légumes, fruits, œufs et lait (en quantité modérée pour ces deux derniers) apporte tout ce dont l’organisme humain à besoin. La deuxième raison est que le végétalisme est moins connu, l’information manque beaucoup en France à ce sujet, et il semble important de combler cette lacune, ainsi que de montrer que la consommation de lait et d’œuf n’est nullement une obligation.
A défaut d’arrêter d’en consommer, les végétariens pourront éviter l’erreur qui consiste à consommer trop de lait et d’œufs, ce qui supprime, au passage, la plupart des avantages que peut procurer le végétarisme à la santé humaine par rapport à une alimentation omnivore.
Si vous manquez d’imagination pour vos menus végétariens, des livres de cuisine végétarienne sont facilement trouvables dans les FNAC, des librairies, dans des magasins bio & diététiques et même en grandes surfaces. Certains livres, par contre, peuvent inclure des dépouilles d’animaux marins dans leur recette, ce qui n’est nullement une alimentation végétarienne, alors feuilletez avant d’acheter. Au cas où il n’y aurait pas de livre de cuisine végétarienne au moment où vous passez, demandez au chef de rayon les références qu’il peut avoir.
A noter que nous avons à disposition un livret de 278 recettes végétaliennes que vous pouvez nous demander contre les frais de port en timbres pour un poids de 50g.
Si vous ne vous sentez pas capable d’organiser votre alimentation végétarienne malgré les informations données dans ce chapitre et les livres de cuisine que vous pourrez trouver, essayez de demander conseil à des végétariens qui le sont depuis longtemps, c’est encore le mieux. Ou si vous n’en connaissez pas, vous pouvez consulter un diététicien (diplômé d’état) qui vous conseillera personnellement sur l’alimentation végétarienne. Certains diététiciens français peuvent être encore réticents au sujet de l’alimentation végétarienne, alors, avant de les consulter, demandez-leur au téléphone s’ils sont favorables au végétarisme, vous en trouverez qui sont favorables et qui vous conseilleront personnellement. Ce n’est pas la peine de perdre votre temps et votre argent avec ceux qui passeront plus de temps à vous dissuader qu’à vous conseiller, car leurs éventuelles réticences ne seraient que l’expression de leur incompétence, de leur ignorance, ou plus probablement de leur malhonnêteté à ce sujet : en toute logique, ils ne peuvent pas vous déconseiller d’être végétarien, vu qu’il n’y a pas de difficulté particulière au niveau alimentaire (pour sa vie sociale c’est effectivement un autre problème). Malheureusement, personne n’est impartial, et il n’est pas surprenant que des personnes qui vivent d’un métier qui consiste à conseiller les gens sur leur alimentation, aient tout intérêt à vous faire voir l’alimentation (végétarienne), comme une science compliquée, dont eux seuls ont le secret. D’ailleurs les diététiciens (ou les médecins) ne s’amuseront à effrayer que ceux qui ne connaissent pas de végétarien et qui sont les plus craintifs et ignorants à ce sujet. Si vous avez dans vos connaissances des végétariens de longue date, il leur sera difficile de vous faire des descriptions apocalyptiques car ils passeraient pour des incompétents.

Par Internet, vous pouvez consulter des diététiciens qui pourront vous informer correctement sur le végétarisme, site :
http://www.dietobio.com

D’un point de vu concret, le végétarisme, est un mode de vie tout à fait adapté à la vie entière des humains, de leur naissance au terme biologique d’une vie d’une durée « normale ». Il est possible, en France, de rencontrer des familles végétariennes sur plusieurs générations, des végétariens qui ont des enfants végétariens de naissance, des adultes végétariens de naissance. Le manque le plus courant que nous avons constaté chez quelques rares végétariens est un taux bas en fer. Il convient donc de surveiller ce point, de consommer des aliments riches en fer, ainsi que des aliments qui facilitent son absorption et d’éviter ceux qui réduisent son absorption. En cas de taux faible persistant, il existe des suppléments végétaliens en fer (voir page 35, nota 5, des adresses de firmes qui produisent des suppléments végétaliens). Le taux de vitamine B12 est aussi à surveiller pour ceux des végétariens qui consomment peu d’œufs et de lait.
Le végétalisme est par contre peu développé en France (contrairement aux pays anglo-saxons), non à cause de problèmes qu’il produirait sur la santé, mais car peu de français ont accès à de l’information sur ce sujet, alors, forcément, ils ne peuvent pas décider de faire ce choix.
Le végétalisme demande de faire attention à son apport en vitamine B12 végétalienne. Même si les déficiences sont rares, il est conseillé de prendre des suppléments végétaliens en cette vitamine. La plupart des médecins et diététiciens français restent peu informés sur le végétalisme, même si certains cas particuliers qui ont fait l’effort de se pencher sur cette alimentation seront mieux informés. Il faut dire que dans leur travail quotidien, ils n’ont que peu de chance de croiser un végétalien, vu le nombre si réduit de végétaliens en France actuellement. Ils ne pourront peut-être pas vous conseiller correctement sur ce sujet.
On peut trouver de nos jours, en France, des végétaliens qui en sont depuis plus de 10 années. Tous prennent un supplément en vitamine B12 ou des produits enrichis en cette vitamine. Les végétaliens que nous connaissons ne prennent pas de suppléments en vitamine D. L’exposition au soleil, régulière, assure l’apport (la vitamine D est synthétisée au niveau de la peau au contact du soleil. Une exposition régulière de 15 mn / jour, des avant-bras et du visage, suffit pour une personne à la peau claire).
Actuellement, nous ne connaissons, en France, qu’une famille végétalienne avec un enfant végétalien de naissance (témoignage page 46). Par contre, les familles végétaliennes, au Royaume-Uni, sont aussi fréquentes que les familles végétariennes en France actuellement (témoignages page 45).
Etre végétalien n’est pas particulièrement risqué si on prend de nouvelles habitudes progressivement. Nous conseillons d'ailleurs aux personnes qui veulent devenir végétaliennes, d’être d’abord végétariennes durant quelques années avant. Cela laisse le temps de prendre de nouvelles habitudes, de tester sa motivation, et aussi, cela laisse le temps à l’entourage de s’habituer (car il faut toujours expliquer « pourquoi », se faire comprendre et accepter par les autres, etc. ). Mettre un an à devenir végétarien, puis être végétarien durant 5 ans, avant d’être végétalien est une évolution très souple qui laisse le temps de « digérer » ses évolutions. Certains deviennent végétaliens plus rapidement : végétariens du « jour au lendemain » et un an après deviennent végétaliens. Et même, rarement, certaines personnes deviennent végétaliennes en quelques jours. Néanmoins, le but n’est pas la rapidité de l’évolution, mais que l’évolution soit durable, et encore mieux, ne plus changer durant le restant de sa vie. Nous ne conseillons à personne de devenir végétalien « du jour au lendemain » car en France le poids culturel est assez lourd. Par contre des personnes deviennent végétariennes du « jour au lendemain » sans problème.
Etre végétarien ou végétalien réclame aussi d’être « clair dans sa tête ». Certaines personnes qui se sentent toujours malades et qui croient se « guérir » au travers du végétarisme ou du végétalisme pourront ne pas se sentir mieux en étant végétariennes ou végétaliennes : le végétarisme et le végétalisme peuvent apporter un plus à la santé, mais ils ne peuvent rien pour les « malades imaginaires ». L’équilibre est à trouver dans sa tête aussi, car certains projettent sur leur alimentation des problèmes qu’ils ne peuvent régler que dans leur tête (les éternels « je me sens faible et mou »).
Souvent, aussi, l’entourage aura un malin plaisir à vous « rendre malade », à force d’annoncer les pires catastrophes, d’être hostiles et méchants, à force de toujours devoir se justifier, d’être isolé, de voir la boucherie des animaux (et des humains… ) laisser les humains indifférents, certains peuvent effectivement « craquer » et déprimer. Il est clair qu’il est plus facile d’être en bonne santé quand le milieu où l’on vit n’est pas hostile.
Dans ce chapitre, nous avons choisi de détailler très précisément le thème des protéines car l’apport en protéines est la rengaine que sortent le plus communément les personnes ayant le moins de connaissance sur le végétarisme ou le végétalisme. Et nous avons choisi de détailler d’une façon approfondie celui sur la vitamine B12 car ce point est important pour végétaliens et des informations contradictoires circulent sur les sources valables de vitamines B12 (les suppléments et produits enrichis sont les seules sources fiables à 100%).
Les études qui soutiennent les propos des médecins sont référencées dans les publications originales. Nous ne les avons pas reporté dans le cadre étroit de notre brochure car nous ne pouvions pas y consacrer une 20aine de pages. Nous avons essayé de mettre juste ce qui vous sera utile pour être végétalien ou végétarien. Nous tenons, bien sûr à disposition, une photocopie des références pour les lecteurs qui les voudraient.
A noter, pour les produits supplémentés et suppléments qu’il faut toujours faire attention à l’origine des produits pour être sûr qu’elle ne soit pas animale. Contacter le fabriquant en cas de doute. La B12 végétalienne est fabriquée à partir de souches bactériennes cultivées sur un milieu aqueux stérilisé dans lequel divers nutriments (comme des sels minéraux, des acides aminés végétaux, du sucre, du cobalt, du carbone et de l’azote) sont ajoutés à la liqueur de fermentation ; aucun produit d’origine animal n’entre en compte dans sa fabrication. La vitamine D végétalienne (D2) est de l’ergostérol et est extraite à partir de levure (la vitamine D d’origine animale est désignée sous l’abréviation D3).
Végétarien & Végétalien PAGE PRINCIPALE
Végétarien & Végétalien Des cadavres dans toute l'alimentation

Végétarien & Végétalien LA VIVISECTION : CRUELLE ET INUTILE

Végétarien & Végétalien LES REACTIONS QUE NOUS RENCONTRONS

Végétarien & Végétalien LES PROTEINES

Végétarien & Végétalien POSITION OFFICIELLE DE L’ASSOCIATION AMERICAINE DE DIETETIQUE ET

DES DIETETICIENS DU CANADA SUR LES ALIMENTATIONS VEGETARIENNES


Végétarien & Végétalien Le végétarisme selon les périodes de la vie

Végétarien & Végétalien Considérations nutritionnelles concernant les végétariens

Végétarien & Végétalien MANGER DE LA VIANDE = TUER DES ANIMAUX

Végétarien & Végétalien LES LIENS

Végétarien & Végétalien LES ANIMAUX DANS L'INDUSTRIE

Végétarien & Végétalien GUIDE PRATIQUE POUR LES VEGETALIENS PENDANT LA GROSSESSE

ET L’ENFANCE


Végétarien & Végétalien GASPILLAGE ALIMENTAIRE, POLLUTION ET FAMINE

L’EVOLUTION VERS LE VEGETARISME ET LE VEGETALISME

Végétarien & Végétalien VITAMINE B12

LES ASSOCIATIONS VEGETARIENNES ET VEGETALIENNES

L’ALIMENTATION VEGETARIENNE ET VEGETALIENNE

Végétarien & Végétalien L’AGRICULTURE VEGETALIENNE




L’ALIMENTATION VEGETARIENNE ET VEGETALIENNE (Médecines douces - Diététique, Alimentation)    -    Auteur : Maria - Canada


5224 visiteurs depuis 2007-03-14
dernière mise à jour : 2007-03-15

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Médecines douces >> Blog #251