Médecines douces - Pharmacie naturelle
Amaroli - Urinotherapie, la thérapie par l’urine. - Témoignages 2
afficher la page :

Candida
"Il y a un an, j'étais constamment fatiguée et malade; je n'avais aucune résistance et j'étais vulnérable
à la moindre grippe sévissant dans les parages. J'avais régulièrement des crampes d'estomac, mal
dans les épaules et le cou et j'avais la tête comme une passoire.
Mon généraliste ne me trouvait rien d'anormal. J'ai consulté un spécialiste de médecine ortho
moléculaire. Il me fit faire une analyse de sang qui mit en évidence une levure de type candida.
L'infection perturbait le fonctionnement de mes reins, de mon foie, de ma vésicule biliaire et mon taux
sanguin de calcium était trop élevé.
Le docteur me prescrivit un régime approprié, des suppléments et des vitamines. J'avais entendu
parler d'urinothérapie et décidai de l'essayer à la place du traitement médical. J'ai jeûné à l'urine et
l'eau de source.
Quatre jours plus tard, je fis faire une nouvelle analyse de sang. Mon médecin fut sidéré de constater
l'amélioration de la qualité de mon sang. Mon système immunitaire avait commencé à lutter contre la
levure candida. Mon taux sanguin de calcium était normal et la flore intestinale améliorée.
J'ai continué cette cure pendant trois semaines, en mangeant du pain sans levure, des légumes, des
fruits et chaque matin, j'ai bu mon verre d'urine. Je suis allée de mieux en mieux, avec de plus en plus
d'énergie et de moins en moins besoin de sommeil. A l'issue de ces trois semaines, je suis passée au
régime alimentaire que le médecin m'avait prescrit en y ajoutant un verre d'urine quotidien. Je ne me
suis jamais sentie mieux !
En dehors de l'ingestion d'urine, notre alimentation est également très importante - à coup sûr quand
on doit lutter contre une candidose." Mme I. M., Hollande

Habitudes anciennes
"J'ai récemment entendu parler de vous et de la thérapie avec laquelle vous travaillez. Je désire vous
signaler que jusqu'à une époque récente, dans la partie de l'Irlande que j'habite, les bébés étaient
lavés à l'urine. Souvent, on disait aux enfants d'utiliser leur urine quand ils se blessaient ou se
coupaient dans les champs. Malheureusement, ici comme ailleurs, la vie "moderne" l'emporte et les
gens commencent à penser que leurs vieilles méthodes sont 'primitives'." Mme M. L., Irlande
Troubles multiples - dysenterie amibienne, eczéma etc.
"J'ai été attiré par cette thérapie il y a environ quatre ans et émerveillé par ses extraordinaires
résultats. Je souffrais de dysenterie amibienne depuis vingt ans et les médecins affirmaient qu'elle
m'accompagnerait toute ma vie durant. J'avais aussi de l'eczéma depuis quarante ans. A ma plus
grande surprise, je me suis guérie de ces deux principales affections grâce à cette merveilleuse
thérapie. Vous serez encore plus surpris d'apprendre que des effets secondaires se sont manifestés,
mais pas du type néfaste que nous connaissons avec les traitements allopathiques. J'avais des
pellicules et je perdais mes cheveux. En toute saison, j'avais des coupures aux pieds et les lèvres
gercées. Tous les deux ou trois mois, j'avais régulièrement des aphtes. Je me suis débarrassé de
tous ces troubles sans le vouloir grâce aux effets secondaires bénéfiques de cette thérapie. J'ai
rajeuni de plusieurs années et retrouvé aujourd'hui un dynamisme que je ne possédais pas trente ans
plus tôt ! Ma femme déclare que, même quand j'étais jeune, j'avais moins d'énergie et d'appétit
sexuel ! Tous ces bienfaits ont été acquis en bloc grâce à quelques mois d'auto-utinothérapie. M. G.
K. T., Inde

Bienfaits physiques et spirituels
"A la Conference Complementary Medecine (congrès sur les médecines parallèles) à Madras, j'étais
assis à côté d'un médecin israélien venu en Inde parce qu'il s'intéressait aux lépreux. La
documentation sur l'urinothérapie qui nous fut communiquée mentionnait que l'urine avait été utilisée
avec succès dans le traitement de la lèpre. Naturellement, il trouva l'information intéressante et,
naturellement aussi, il n'y a qu'une façon d'apprendre quelque chose sur l'urinothérapie... Nous avons
ri tous les deux.
Il se trouve que j'ai été pris de turista. J'ai donc décidé de mettre l'innommable thérapie à l'épreuve.
Ce que je fis, et je dois admettre que ce premier verre est gravé dans ma mémoire. Inutile de préciser
que je n'en suis pas mort, que mon problème de diarrhée a été rapidement résolu et que je ne saurai
jamais si l'urine a été le facteur décisif. Après le premier verre, le reste fut facile.
Je peux témoigner avec une conviction absolue que boire mon urine du matin m'a valu de grands
bienfaits, non seulement physiquement, mais aussi mentalement et spirituellement. Elle m'a apporté
une amélioration profonde et stable de ma santé. Je suis moins lunatique que je ne l'étais auparavant,
ce qui est confirmé par mes amis. Je n'ai subi aucune affection virale depuis que je pratique cette
thérapie mais par-dessus tout, je suis certain que cette pratique m'aidera à rester en bonne santé."
(In : Widening Circle, Une lettre de John M. Wynhausen, Médecin chiropracteur, 1992) M. J. W.,
États-Unis

Cancer des intestins
"En 1988, je souffrais d'un cancer des intestins, du foie et du système lymphatique. En trois mois, j'ai
subi trois opérations des intestins, dont je suis sorti n'ayant que la peau sur les os. Pour le foie et les
glandes lymphatiques, on m'a proposé une chimiothérapie, que j'ai refusée. Les anesthésies, les
antibiotiques et les médicaments postopératoires m'avaient ravagé, et j'avais commencé à perdre mes
cheveux par poignées.
J'ai remercié Dieu intérieurement, sachant que ce que j'avais lu me guérirait totalement si je
l'appliquais à ma propre situation. J'ai décidé de ne pas en parler à mon médecin ou à qui que ce soit
jusqu'à ce que je me sente totalement guéri. Je ne voulais aucun découragement ni aucune influence
négative. J'ai persévéré dans la méditation et la relaxation et continué à boire les jus végétaux que je
consomme régulièrement. Pendant trois mois, je me suis nourri de beaucoup de salades et de
légumes, sans viande, ni aliments cuits, ni produits laitiers, huiles ou matières grasses afin de guérir
mon foie. Tous les jours, je me suis massé tout le corps, y compris le crâne et le cuir chevelu avec
mon urine. Comme l'a écrit J. W. Armstrong, et comme on peut le lire dans la Bible, "Oins ton corps !"
Je faisais cela l'après-midi et prenais ma douche le lendemain matin. Pendant la nuit, tôt le matin et
entre les repas, je buvais jusqu'à huit verres de ma propre "eau de vie" par vingt-quatre heures.
Neuf mois plus tard, je suis allé chez le médecin ayant l'air et me sentant en très bonne forme, ce qui
fut pour lui une grande surprise. Il me croyait déjà mort. L'analyse de sang a montré qu'il ne restait
aucune trace de cancer." Mme T. A., Australie

L'urée, la créatine et le cancer
"Mon aventure avec l'urinothérapie est le fruit d'une graine semée pendant les vacances de Noël qui
ont précédé mon voyage en Inde, au début de janvier 1991. J'avais lu un article du médecin et
professeur Evangelos D. Danopoulos qui avait excité ma curiosité. Il disait avoir traité des cancers du
foie et autres avec succès par l'urée et la créatine, deux des principaux composants de l'urine. Le
professeur Danopoulous écrivait :"L'histoire de mon utilisation de l'urée dans le traitement du cancer a
commencé en 1954 quand j'ai découvert que l'urine a un effet anticancéreux. Après de longues
recherches, j'ai découvert que son agent actif était l'urée. En 1969, j'ai commencé à traiter des
cancéreux par un usage interne de l'urée avec un certain succès dans les cancers du foie, et plus
encore avec leurs métastases. Bientôt, il a été découvert que des injections de 15 à 50% d'urée dans
une solution saline dans et autour des lésions cancéreuses de la peau et des tumeurs malignes du
sein étaient très efficaces." Il relatait ensuite l'évolution de l'emploi de l'urée et de la créatine dans le
traitement avec succès d'autres types de cancer." in : Widening Circle, une lettre du Dr John M.
Whynhausen, M. J. W., États-Unis

Tumeur au foie
"J'ai appris en 1998 que j'avais une tumeur au foie. Connaissant déjà l'urinothérapie et y ayant eu
souvent recours, j'ai immédiatement décidé de commencer à boire mon urine. Après une période de
presque quatre semaines de jeûne principalement à l'urine et à l'eau avec, occasionnellement,
quelques jus végétaux, la tumeur avait totalement disparu. Pendant cette période, j'ai également
travaillé sur des plans non physiques pour soutenir le processus de guérison. Les médecins en ont
conclu qu'ils s'étaient trompés lors de leur diagnostic. Personne ne saura jamais de façon certaine si
la nature de la tumeur était ou non cancéreuse, car j'avais refusé qu'on pratique une biopsie. Quoi
qu'il en soit, je me suis rapidement rétablie et pendant la dernière semaine de mon jeûne, j'ai même
souvent nagé quelques kilomètres par jour.
Je crois que Dieu a séparé les selles de l'urine afin que nous puissions réutiliser cette dernière -
fraîche, pure et stérile - quand nous en avons besoin ou à titre préventif, mais aussi pour nous
rappeler que les choses ne sont pas toujours ce que nous croyons qu'elles sont..." in : The Alchemy of
Urine : From Witches 'Brew to the Golden Elixir; A Diary, Immanu-el Adiv, Jérusalem, 1992, version
abrégée par l'auteur. Mne I. A., Israël


Tumeur au sein
J'ai entrepris l'urinothérapie à cause d'une tumeur au sein datant de plusieurs années. Je bois six
verres d'urine par jour et je l'utilise en frictions. De temps à autre, je jeûne pendant deux ou trois jours
et une fois ou deux, cette cure a provoqué des vomissements. La nuit, j'utilise aussi l'urine en
compresses.
Les premiers résultats ont été extraordinairement convaincants. La taille de la tumeur a diminué, la
peau de ce secteur a retrouvé sa couleur, l'état de mon sang s'est amélioré et selon l'échelle de
Touch of Health, mes niveaux d'énergie se sont élevés, alors qu'ils étaient très bas auparavant. Ma
peau et mes cheveux se sont visiblement régénérés. Mes yeux vont mieux, ainsi que mes oreilles : je
les masse avec mon urine et y injecte quelques gouttes. En revanche, la thérapie ne produit pas
d'effet laxatif de sorte que de temps à autre, je me fais un lavement.
Malgré tout, il semble maintenant que je n'obtiens plus d'amélioration sensible, bien que je persévère
dans la même voie. Pendant la première semaine, j'avais éprouvé une profonde aversion pour l'urine
et je m'étais interrogée sur son efficacité. J'ai dépassé ce stade et je me rends maintenant compte que
l'urinothérapie n'est pas aussi simple que je l'avais cru d'abord.
J'en parle régulièrement autour de moi, en particulier pour les troubles de la peau. Les gens sont plus
prêts à expérimenter avec l'usage externe qu'avec l'usage interne. Quand j'entends leurs réactions, je
pense souvent que si l'urine est aussi efficace en traitement interne qu'elle l'est en usage externe,
c'ests vraiment un remède fantastique." Mme R. Y., Belgique


Tumeur cancéreuse à la bouche
"Le patient avait environ 60 ans. Il avait des ulcérations et des coupures sur la langue et dans la
bouche. Au coin des lèvres, une petite tumeur avait été diagnostiquée comme cancéreuse. Il avait
subi un traitement au cobalt, qui avait provoqué une terrible réaction de douleur et de brûlure à
l'intérieur de la bouche.
Le malade est venu me consulter parce qu'il envisageait de recourir au traitement par "l'eau de vie".
J'ai examiné tout son dossier médical et le détail des traitements qu'il avait subis, puis je lui ai prescrit
celui-ci : cinq fois par jour, se rincer la bouche pendant cinq à sept minutes avec son urine et la
recracher; et à chaque fois, boire le reste de l'urine. Le patient avait une petite inflammation sur la
gorge et sous l'oreille. Il était censé frictionner légèrement cette région avec son urine matin et soir.
Après un mois de traitement, une nette amélioration était visible. L'inflammation externe, la douleur et
les ulcérations de la bouche s'étaient atténuées et au cours de ce mois, le patient cessa de perdre du
poids, comme il l'avait fait les mois précédents. Le traitement a été maintenu." In Auto Urine Therapy;
Science and Practice, Vaidya Pragjibhai Mohanji Rathod, Bhavnagar, Inde, 1988. M. X., Inde
Fatigue etc...
"Il y a un an, j'ai commencé à boire un verre d'urine par jour, le matin à jeun. Je continue, non par
goût, mais parce qu'un certain nombre des symptômes dont je souffrais se sont atténués ou ont
même disparu.
Les premières gorgées ne ressemblaient en rien à du bouillon, comme tout le monde le dit. C'était tout
simplement désagréable - salé, amer et tiède - certainement pas à cause de mon alimentation,
qui était saine. C'était néanmoins buvable, d'autant plus que j'étais très motivée.
J'ai été constamment fatiguée pendant plus de quatre ans. En plus de cette fatigue chronique, je
contractais fréquemment des infections, en particulier des voies respiratoires; j'avais souvent des
douleurs musculaires et articulaires et de terribles maux de tête qui duraient jusqu'à cinq jours. Au
cours des quelques dernières années, j'étais malade pendant trois semaines consécutives toutes les
six semaines - de mauvais rhumes accompagnés d'aphtes qui s'infectaient et suivis de bronchite.
Cette année, depuis que j'ai commencé à boire mon urine, j'ai contracté quelques grippes, mais sans
cet horrible nez bouché ni aucune bronchite; et je n'ai eu qu'un aphte qui s'est infecté. Peu à peu, les
douleurs musculaires et articulaires on diminué et elle ont maintenant complètement disparu. Les
maux de tête sont encore là, mais ils sont moins fréquents, moins pénibles et ils durent moins
longtemps. la fatigue ne s'est pas dissipée, mais je dors beaucoup mieux.
Je dois ajouter que rien de tout cela ne peut être prouvé scientifiquement. Peut-être que ces
améliorations se sont produites spontanément et miraculeusement - sait-on jamais ?
Je me rappelle très nettement que pendant les premières semaines, j'éprouvais une curieuse
sensation de vibration dans la tête, comme si un courant d'énergie s'y était libéré. C'était très relaxant.
Elle dura quelques mois et j'ai appris depuis que d'autres adeptes l'avaient aussi éprouvée. Le plus
étonnant est que les épouvantables rhumes de cerveau ont complètement disparu et mon intuition est
que l'urinothérapie a contribué à m'en débarrasser.
Je crois que mon organisme me fait savoir quand j'ai bu la quantité exacte d'urine dont j'ai besoin.
J'éprouve toujours cette sensation : "Stop ! Point trop n'en faut !" Si je continue alors à boire pour voir
comment mon corps va réagir, en général, je commence à m'étrangler. Je me suis établi une sorte de
rituel, en procédant toujours de la même manière. Par exemple, je n'ai jamais pu sortir des toilettes
mon verre d'urine à la main pour aller le boire dans le salon ou attendre qu'il refroidisse - j'aurais été
incapable de l'avaler. Je reste sur les toilettes et bois mon urine tiède, jusqu'au point ou je sens que
j'ai ingéré la dose limite. Ensuite, je bois parfois quelques gorgées d'eau. Boire un verre d'eau de
source ou une légère tisane le soir atténue le goût de l'urine. A votre santé !" Mme T. M. K., Hollande


Migraine
"J'ai souffert de migraine pendant vingt ans et comme je souffrais également de rhumatisme
articulaire, je prenais souvent des antalgiques. Puis j'ai commencé à boire mon urine. Quelques mois
plus tard, les douleurs articulaires avaient disparu, ainsi que les maux de tête." Mme B. A., Grande
Bretagne


Rhume des foins
J'ai depuis longtemps souffert de très violentes attaques de rhume des foins : mes yeux gonflaient et
me piquaient, j'avais des crises d'asthme et j'éternuais perpétuellement.
J'ai commencé par me nettoyer les yeux chaque matin avec un coton imbibé d'urine. A partir de ce
moment, les démangeaisons et le gonflement ont disparu, les éternuements ont cessé et les crises
d'asthme sont devenues supportables." Mme E. C., Hollande


Allergie au soleil
"Je souffrais régulièrement d'une allergie au soleil. Depuis que j'ai entendu parler de l'urinothérapie, je
frictionne les parties de la peau affectées avec mon urine et en général, l'allergie et ses
démangeaisons disparaissent rapidement." M. L. C., Allemagne


Rhinite
"Le patient dont je souhaite parler était âgé d'environ 40 ans. Au cours des dix années précédentes, il
avait souffert d'attaques de rhinite et d'éternuements qui le laissaient essoufflé. On lui avait dit qu'il
souffrait d'une allergie quelconque. Lors de chaque attaque, le médecin lui faisait une piqûre
d'adrénaline qui le soulageait. Ce cycle se répétait régulièrement.
J'ai décidé de proposer au patient le traitement par "l'eau de vie" et il accepta de modifier son
alimentation dans le sens que je lui ai suggéré. J'ai prescrit deux choses : boire deux fois par jour une
dose d'environ 30 centilitres d'urine, une le matin à jeun, l'autre le soir au coucher; faire chauffer son
urine fraîche et l'employer en massages de la poitrine, du dos, du cou, etc. Je lui ai prescrit également
de l'huile de pépin de raisin en usage interne. Après un mois de traitement, il était considérablement
soulagé." In : Auto Urine Therapy; Science and Practice, Vaidya Pragjibhai Mohanji Rathod,
Bhavnagar, Inde, 1988 M. X. Inde




| Amaroli_Urinotherapie | Historique | L'urinothérapie en Occident | lavage du corps et du linge | Urine et hallucinogènes | Utilisation médicinale | AMAROLI PAR UN MALADE DU SIDA | Perte de cheveux | Composition de l'urine | Hypothèses sur les effets | Réabsorption de l'urée | Effet immunologique | Crises de guérison | Utilisations | Le jeûne | Remède universel | Témoignages | Témoignages 2 | Temoignages sida | Bibliographie |
Amaroli - Urinotherapie, la thérapie par l’urine. - Témoignages 2 (Médecines douces - Pharmacie naturelle)    -    Auteur : Maria - Canada


183508 visiteurs depuis 2008-04-15
dernière mise à jour : 2008-04-15

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Médecines douces >> Blog #653