Vie pratique - Science et Technologie
Les vaccins sont-ils efficaces ? si oui, sont ils sans danger ? - Vaccin hépatite B
afficher la page :

Vaccin hépatite B : Y-aurait-il deux vérités scientifiques ?

A la suite d’une réunion de consensus qui s’est tenue au Ministère de la santé les 10 et 11 septembre dernier, les autorités sanitaires françaises ont décidé de relancer la campagne de vaccination Hépatite B (suspendue en 1998) chez les nourrissons et les adolescents qui devront ainsi subir une séance de « rattrapage ». Un jury de quinze « experts indépendants » (dont 12 français, plus de la moitié d’entre eux déclarant des liens d’intérêt avec les laboratoires) vient en effet de laver de tout soupçon ce vaccin : « aucun risque d’effets secondaires grave, notamment neurologique, n’est à craindre chez les nourrissons et les jeunes. »

Pour arriver à cette conclusion rassurante, les spécialistes n’ont tenu aucun compte :

- de plus de 800 accidents graves recensés en France notamment par le Revabh, (association de victimes du vaccin), dont plusieurs dizaines de complications neurologiques chez des jeunes enfants.

- de plusieurs études scientifiques internationales, dont trois françaises, révélant une augmentation de 40% à 70% des scléroses en plaques chez les personnes vaccinées ; Nos experts préférant mettre en évidence deux études internationales, largement médiatisées, financées par les fabricants de vaccins, et critiquées par le Pr Bégaud, vice-président du centre national de pharmacovigilance, curieusement absent de la réunion au Ministère.

- de l’étude épidémiologique parue dans The New England journal of medecine concluant à l’élévation significative du risque de pathologies rhumatismales après vaccination contre l’hépatite B chez l’enfant de moins de six ans (Cf, Fisher MA, Eklund SA, James SA et al., Adverse events associated with hepatitis B vaccine in US children less than six years of age, 1993 and 1994. Ann Epidemiol 2001 ; 11 : 13-21.)

- de la reconnaissance en octobre 1999 par la commission de sécurité des vaccins de l’OMS de la responsabilité de l’hydroxyde d’aluminium, présent dans la majorité des vaccins, dans le déclenchement d’une nouvelle maladie : la myofasciite à macrophages associée une fois sur trois à une maladie auto-immune.

- des graves effets secondaires observés aux Etats-Unis chez les enfants de moins de six ans. Pour la seule période 1999-2002, 13 363 effets secondaires, 1 840 hospitalisations et 642 décès après le seul vaccin hépatite B (Source : VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System), banque de données dépendant de la F.D.A, laquelle reconnaît une sous-notification considérable de l’ordre de 10 à 90%).

- de la myélinisation des nerfs périphériques effectuée par les gaines de Schwann qui commence au 4ème mois de la vie intra-utérine. Le risque d’affections neurologiques après le vaccin hépatite B n’est donc pas limité aux seuls adultes comme l’affirment pourtant nos « experts ». De plus, alors qu’en septembre 2003, ils ne pouvaient avancer que des chiffres approximatifs de l’ordre de 0,2 à 0,5% pour la fréquence de l’hépatite B en France pour l’année .... 1990, ces mêmes experts se permettaient de conclure que « l’évaluation du rapport bénéfices/risques apparaît nettement en faveur de la vaccination ».

Ces estimations érigées en vérité scientifique et relayée par les médias sont une fois encore démenties par les chiffres officiels émanant des autorités américaines . En 1996, en effet : 54 cas d’hépatite B par transmission foeto-placentaire avaient été recensés dans la tranche d’âge de 0 à 1 an. 1.080 effets secondaires à la vaccination hépatite B avaient été signalés pour cette même tranche d’âge, dont 47 décès.

Indépendamment de l’importante sous-notification, le rapport bénéfice/risque apparaît donc très sensiblement négatif aux Etats-Unis pour des vaccins comparables.

Pour être complet, signalons que dans les pays d’Asie du sud-est où l’hépatite B est un authentique fléau, 28% des enfants contaminés lors de l’accouchement par leur mère présentaient des mutations du virus dans les 10 ans suivant l’injection du vaccin plasmatique (cf. Oon CJ, et al., “ Molecular epidemiology of hepatitis B virus : vaccine variants in Singapore ” in Vaccine, 13 : 699-702, 1995). Comme avec l’apport de certaines enzymes le risque de mutation est multiplié par 10 à 15 pour les vaccins par génie génétique, il faudrait, par conséquent, envisager des rappels de vaccination annuels avec de nouveaux vaccins, ce qui faciliterait de nouvelles mutations, bénéfiques pour les seuls marchands de vaccin ...





| Les vaccins sont-ils efficaces et sans danger ? | Vaccin hépatite B | L’efficacité du vaccin contre la variole | Qu’en est-il des autres vaccins obligatoires ? | Les vaccins : une bombe à retardement ? | Vaccination - Rencontre avec un repenti | Réponses aux questions que vous vous posez | un témoignage | remede apres injection : isotropie urinaire | remede apres injection : Application d'argile | Les liens |
Les vaccins sont-ils efficaces ? si oui, sont ils sans danger ? - Vaccin hépatite B (Vie pratique - Science et Technologie)    -    Auteur : Patrice - France


25989 visiteurs depuis 2008-05-04
dernière mise à jour : 2009-09-17

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Vie pratique >> Blog #658