Spiritualité, Nouvel-Age - Energies libres
TOUT sur les machines à Energie Libre - GARY Wesley
afficher la page :

Pensylvania

Wesley Gary est né en 1837. Dans les années 1870, il a fait une découverte remarquable, mais passée inaperçue bien que publiée en mars 1879 dans le magazineHarpers New Monthly(qui existe encore aujourd'hui). Un brevet porte le n° 190206, et est noté 8 sur 10 par INE, le brevet Canadien a le n° 10.239.

Gary avait découvert un phénomène ferromagnétique subtil qui lui avait permis de réaliser l'impossible : construire une machine paraissant fonctionner sans entrée d'énergie extérieure, une sorte de mouvement perpétuel violant toutes les lois de conservation de l'énergie.

Quand Gary était âgé de neuf ans, le télégraphe - merveilleuse invention de l'époque - en était à ses débuts. Le père de Gary, pasteur dans le comté de Cortland (NY) accordait beaucoup d'intérêt à ce sujet. Il le développait au cours de conférences en utilisant une machine électro magnétique. Gary a continué à réfléchir aux relations entre le magnétisme et l'électricité. Il souhaitait être artiste, mais travailla dans l'abattage de bois jusqu'à une attaque grave de rhumatisme inflammatoire contractée à la suite de son travail. Cet épisode malheureux de sa vie en fut par le fait le point tournant. Délaissant les voies religieuses suivies dans sa famille, il choisit la voie conseillée très sérieusement par le médecin qui le connaissait bien : devenir inventeur. C'est ainsi qu'il se mit à travailler sur les aimants et la force qu'ils contiennent et que l'on peut libérer pour faire un certain travail. Pour subvenir à ses besoins il vendait de temps en temps de petites inventions utiles, certaines lui ayant même rapporté des dizaines de millions de dollars.

La première démonstration eut lieu à Huntingdon. Auparavant, Gary avait fait une expérience avec un morceau de fer doux au dessus d'un aimant, et avait découvert la ligne neutre (qui retint toute son attention au début) et le changement de polarité.

La découverte fut reçue avec l'incrédulité habituelle -wait and see" , " c'est impossible ! " , des haussements d'épaules. Mais quand fut connu l'avis de deux ou trois scientifiques éminents venus voir l'appareil, en 1878, des professeurs sont arrivés de Harvard et du MIT. Tous furent impressionnés. Plus rapides que les scientifiques arrivèrent les hommes d'affaire pour acheter à Gary les droits de son moteur. Ils pensaient l'utiliser pour les montres, les machines à coudre, les appareils de dentisterie. L'appareil était intéressant car il produisait de l'énergie de deux façons, mécanique, directement avec les aimants et électrique et ceci sans limitation. L'usage du téléphone s'était bien répandu dans le monde entier en un an et il n'était pas si incroyable que l'on puisse avoir en poche en 1880 un moteur magnétique faisant marcher une montre sans avoir à la remonter, aussi bien que de voyager dans un véhicule mu par ce même genre de moteur.

Pour comprendre le Moteur Magnétique de Gary, il faut en comprendre le principe sous-jacent, à savoir l'existence de la ligne neutre et du changement de polarité démontré avec un aimant en fer à cheval, un morceau de fer doux et un vulgaire clou.

Dans toutes les machines classiques l'électricité est produite en faisant tourner un morceau de fer doux devant les pôles d'un aimant permanent. Mais pour faire cela et en retirer de l'électricité utilisable grâce à une vitesse suffisamment élevée pour produire une succession rapide d'étincelles, il faut une énergie importante. Alors que dans la machine de Gary il faut seulement faire passer sur la ligne neutre le morceau de fer doux ou armature bobiné avec du fil pour obtenir le même résultat.

A chaque traversée de ligne il change de polarité et à chaque changement de polarité une étincelle se produit. Pour faire cela il suffit d'une très légère vibration qui donne deux étincelles comme chaque révolution le fait dans la méthode précédente. On peut s'assurer d'une très grande quantité d'énergie avec une dépense de force si faible qu'une cage à écureuil peut la fournir.


Pendant quelques temps Gary expérimenta son moteur avec des batteries mais en Septembre 1874, il réussit à obtenir un mouvement sans les batteries.


Le poids de l'aimant en équilibre avec ses pôles opposés à l'aimant stationnaire était calculé de façon que les pôles descendent quand ils ne sont pas attirés par l'aimant stationnaire. Quand il était attiré vers le haut par l'aimant stationnaire un ressort était touché par le mouvement et ainsi cela faisait descendre le levier avec le fer doux entre les deux aimants sur la ligne neutre, ce qui coupait ainsi l'attraction mutuelle.

A ce moment là, l'aimant en équilibre suivant la force de gravitation descendait et une fois en bas frappait un autre ressort au moyen duquel l'écran de coupure en fer doux remontait à sa position de départ et la force d'attraction entre les aimants jouait à nouveau.

C'est après 1873, à Boston, que Gary s'aperçut de l'importance du changement de polarité qu'il avait délaissé jusqu'alors. A partir de là, il réalisa très vite des modèles qui fonctionnaient à sa grande satisfaction et à celle des observateurs qui les examinaient avec honnêteté.

En Juin 1875, M. Gary a fait une démonstration de ce mouvement continu devant un certain nombre d'observateurs tout en recouvrant son écran de coupure avec du cuivre pour les induire en erreur et éviter de se voir voler sa découverte. Les journaux locaux éveillèrent l'intérêt pour cette petite machine, largement recopiée, mais l'inventeur voulait aller plus loin que le fait d'avoir un mouvement continu, il souhaitait arriver à un moteur capable de fournir du travail.

Gary déclarait :

" J'ai découvert qu'un morceau de fer allongé placé sur les pôles d'un aimant et proche de ses extrémités change de polarité quand il est dans le champ magnétique et avant d'arriver en contact avec l'aimant - sans toutefois arriver au contact réel. L'épaisseur du fer doit être proportionnelle à la force de l'aimant et la ligne neutre ou ligne de changement de polarité du fer doit être calculée soit au plus près ou au plus loin de l'aimant selon la force de ce dernier et selon l'épaisseur du fer. "

Il est très probable que l'appareil de Hans Coler utilise le même phénomène que celui du moteur de Gary.

Pour plus de détails et schémas animés voir les sites http://web.triton.net/edkl/pfeul/devices.htm
http://www.geocities.com/CapeCanaveral/Lab4810





| les machines à Energie Libre | Les machines | Le MEG | ADAMS Robert | ALAVANJA Lazare | ALEXANDER Robert | ASPDEN –ADAMS | BEDINI John | BODE GEORGE FRED | BOWMAN Lee | BROWN T. Townsend | BUTIKOFER Hermann | COLER Hans | CORNILLE Patrick | De PALMA Bruce | DORMAN Robert | ECKLIN John W. | GARY Wesley | GEIGER Josef Otto | GRAY Edwin G. Vincent | HYDE William | JAMISON lawrence | Jean-Louis Naudin | JEFIMENKO Oleg D | JOHNSON Howard R . | KAWAI Teruo | KEELY JOHN ERNST WORRELL | KLEMKE Erich R. | SUITE DES CONCEPTEURS |
TOUT sur les machines à Energie Libre - GARY Wesley (Spiritualité, Nouvel-Age - Energies libres)    -    Auteur : Zen - Inde


122902 visiteurs depuis 2007-03-23
dernière mise à jour : 2011-06-05

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Spiritualité, Nouvel-Age >> Blog #281