Spiritualité, Nouvel-Age - Energies libres
TOUT sur les machines à Energie Libre - Jean-Louis Naudin
afficher la page :

Le Mini Ro-mag étudié par Jean-Louis Naudin

Le Générateur Mini Ro-mag de Magnetic Energy est composé de deux parties principales : Le rotor et le stator.

Le rotor est un cylindre de cuivre avec 6 paires d’aimants placés tout autour et espacés de 60°. Les polarités des aimants sont alternativement Nord et Sud.

Le stator est un cylindre de cuivre avec 6 bobines plates enroulées de telle façon que les axes des bobines soient tangents à la rotation du rotor. Ainsi, c’est seulement la composante orthogonale du champ magnétique des aimants que l’on utilise.

Le Mini Ro-mag utilise le principe de flux magnétique en mouvement que l’on appelle " courant magnétique " afin de produire de l’électricité. SelonMagnetic Energy, ce générateur peut générer 3,5 volts, 7 A en courant continu (environ 24 watts) d’électricité gratuite tout en produisant suffisamment de courant pour s’alimenter lui-même.

Ce générateur doit être démarré avec un moteur extérieur pendant environ 42 secondes à 2100 tours / minute. Après ce processus de chargement, quand le flux d’énergie est établi dans le générateur Ro-mag, on peut enlever le moteur et utiliser l’électricité gratuite.

Ce générateur Ro-mag est un concept nouveau et révolutionnaire qui produit de l’électricité sans utiliser le premier flux de courant produit par le magnétisme, il utilise seulement la ressource naturelle non captée du magnétisme.

Voir les originaux et détails sur le site web de Magnetic Energy :
http://www.magneticenergy.com/

Fonctionnement du Mini Ro-mag par Jean-Louis Naudin

On peut faire démarrer ce générateur / moteur magnétique de 3,5 volts, 7 A en entraînant à la main l’axe principal pendant environ 42 secondes à 2100 tours / minute. Ce procédé de charge se manifeste en tant qu’énergie magnétique à l’intérieur des 6 bobines de fil de cuivre, du tube de cuivre qui les porte et des fils d’acier recouverts de cuivre qui enveloppent les aimants. Ce chargement se fait pendant que les fils de connexion des 6 bobines , font contact et créent leurs pôles magnétiques qui alternent.

Après les 42 secondes de chargement, on doit ouvrir un des fils de connexion de ces bobines et terminer ce circuit en extrayant de l’énergie, quelque chose comme 7 A. dans une charge (à ne pas oublier car il faut au générateur quelque chose qui attire l’énergie magnétique).

Quand le courant est extrait des 6 bobines, cela établit des pôles magnétiques qui représentent une réaction entre les aimants du rotor et les bobines. Cette réaction fait que l’axe principal sera mis en rotation par les 12 aimants permanents quand ils sont en attraction et établissent un champ de décharge. Ensuite l’élément d’entraînement (manivelle ou moteur) est débranché ce qui permet à l’élément de tourner, la charge étant la force d’entraînement qui déclenche .

On doit entretenir les champs des aimants pendant leur mouvement de rotation. On réussit à faire ces champs magnétiques " encapsulés " par le système de branchement. L’attraction / libération de l’aimant est fonction de plusieurs facteurs. D’abord le champ d’attraction des aimants entre le N et le S est accompli en prenant une trajectoire d’attraction de passage (le haut d’une rangée au bas de la suivante etc). Cette action fait que des champs fusionnent dans des champs et empêche toute attraction de freinage de se produire. A chaque fois qu’un jeu d’aimants passe sur une bobine, un échange d’énergie semblable entre les bobines autour des aimants et les bobines génératrices établit des polarités neutres qui sont les " champs libérés " et empêchent une attraction de freinage.

Le circuit qui permet cet échange d’énergie est un assemblage important. C’est un recyclage d’énergie électro / magnétique stabilisé, pas électro / magnétique parce que le champ de force n’est pas une affaire d’entrée électrique, une entrée que crée l’énergie magnétique mais plutôt une accumulation d’énergie magnétique cause d’une poussée d’énergie.

Pour aller plus loin dans la définition des mécanismes de cet élément, il est important de comprendre que, bien que les fonctionnements de l’énergie magnétique et électrique se ressemblent, la façon dont elles fonctionnent établit un effet énergétique différent. Un de ces effets : les structures magnétiques veulent partager leur flux, compatible avec la force Universelle, alors que le flux électrique fait un arc (courts-circuits, étincelles, etc.). C’est à cause de cela que se produisent les réponses de fonctionnement (à l’intérieur du circuit), de la manière et au moment où l’on en a besoin et c’est pour cela que l’appareil fonctionne. Un processus de transmutation permanent a lieu dans lequel l’énergie magnétique produit continuellement une énergie qui se manifeste en courant mesurable.
Cas du générateur classique


On peut remarquer que le signal induit sur la bobine est symétrique par rapport à la ligne du zéro, la valeur de voltage induite en phase d’approche est égale au voltage induit pendant la phase de sortie. Pendant la phase d’approche du pôle Nord de l’aimant (de la gauche vers l’axe de la bobine), un pôle Nord est créé sur la surface du bas de la bobine (selon la loi de Lenz), c’est ce qui crée le voltage négatif affiché. Quand le pôle Nord de l’aimant quitte l’axe de la bobine il se crée un pôle Sud au bas de la bobine (selon la loi de Lenz), et c’est ce qui crée le voltage positif que l’on voit sur l’image de l’oscilloscope. Le flux dans la bobine a été inversé dans ce cas là. Et il y a toujours un couplage magnétique entre le rotor (aimants) et le stator (bobine)


On remarque que le voltage induit est plus positif que négatif (asymétrique) quand l’aimant passe sur le milieu de la bobine tangente. Lors de la phase d’approche du pôle Nord de l’aimant (de la gauche vers le milieu de la bobine), un pôle Nord est créé sur la surface de gauche de la bobine (selon la loi de Lenz), et ceci crée le voltage négatif que l’on voit. Pendant la phase de sortie du pôle Nord de l’aimant (du milieu de la bobine vers la droite), un pôle Sud est créé sur la droite de la bobine (selon la loi de Lenz), ce qui crée le voltage négatif observé.

Dans ce cas là, le flux de la bobine n’a jamais été inversé.

Voyons la position du milieu (quand l’aimant passe sur le milieu de la bobine). Dans ce cas, la densité de flux magnétique orthogonal chute à zéro (ce qui a été vérifié avec un gaussmètre). Ainsi l’impulsion positive induite dans la bobine n’est pas due à l’aimant en mouvement, mais est produite par l’effondrement du champ magnétique (force électromagnétique de retour). Dans ce cas, il n’y a aucun couplage magnétique entre le rotor (aimants) et le stator (bobine) pendant la phase positive du signal produit.

C’est ce que l’expérimentation a confirmé. Jean-Louis Naudin poursuit J’ai utilisé une bobine simple à noyau à air (sans effet de frein). Pour court circuiter la partie emf de retour, il y a une simple diode et on peut voir que la vitesse de rotor reste constante. Un autre essai a été fait en connectant la bobine à une alimentation (jusqu’à 1,37 A) sans que l’on remarque de changement notable dans la vitesse du rotor.

Après avoir essayé d’expliquer seulement la moitié du principe du Mini Ro-mag, l’effet de non réciprocité lorsque l’appareil fonctionne en tant que générateur, je vais montrer comment il peut fonctionner en tant que moteur/générateur.

Comme déjà dit, il n’y a donc pas de couplage magnétique entre le rotor (les aimants) et le stator (les bobines) pendant la phase positive du signal produit dans la bobine tangente et aussi, cette partie positive du. signal est produite par l’effondrement du champ magnétique. Ainsi, lorsque le courant atteint le maximum de sa valeur, l’aimant est placé juste devant le milieu de la bobine. C’est le cas pour tous les aimants / bobines de 1 à 6. Les fils ont été connectés de telle façon que tous les voltages emf de retour s’additionnent .

Nous avons maintenant deux événements importants :

le courant emf de retour est maximum

et la création d’un champ magnétique dans la bobine qui contribue à ATTIRER l’aimant précédent situé à 60°

Par exemple :

la bobine 1 attire l’aimant bobine 2 ; la bobine 2 attire l’aimant bobine 3 ; la bobine 3 attire l’aimant bobine 4 ;

la bobine 4 attire l’aimant bobine 5 ; la bobine 5 attire l’aimant bobine 6 ; la bobine 6 attire l’aimant bobine 1 ;

Selon ce principe, il semble possible que le Mini Ro-mag soit capable de produire sa propre énergie motrice à une certaine vitesse et ainsi, marche lui-même en mode autonome…

L’utilisation de tube de cuivre pour le stator contribue à l’augmentation de l’attraction de l’aimant rotor qui est juste avant parce que les courants de Foucauld induits changent leur direction d’axe magnétique en raison de l’interaction de champ magnétique avec le champ magnétique produit dans la bobine du stator.

Ceci est une analyse personnelle et il faut vérifier cette proposition expérimentalement ; à ce jour je ne peux confirmer que cet appareil marche réellement comme l’affirme Magnetic Energy, mais quelques prémisses m’encouragent à aller plus loin dans cette voie.


Documents conseillés : "Magnetic Currents -- the Monopole "parKristen Joseph (Electric Spacecraft Journal July/Aug/sept 1991) Issue No.3, "New experiments about the Magnetic Current", Ehrenhaft Felix (Physical Review, Vol 65, 1944, pp 62-63), "Continuation of experiments with the Magnetic Current", Ehrenhaft Felix, (Physical Review, Vol 65, 1944, pp 256), "Magnetic Current" (Radio News Electric World, April 1945, p22).

Le 11/04/99, Dave Squires fournit à Jean-Louis Naudin un schéma accompagné de ses commentaires sur l'autonomie possible du Romag qui doit aussi alimenter une charge pour compléter le circuit des bobines où il n’y aura pas l’effondrement de flux de la force emf de retour exigé par les mesures de Jean-Louis Naudin.
Le Mini Ro-mag selon Dave Squires





| les machines à Energie Libre | Les machines | Le MEG | ADAMS Robert | ALAVANJA Lazare | ALEXANDER Robert | ASPDEN –ADAMS | BEDINI John | BODE GEORGE FRED | BOWMAN Lee | BROWN T. Townsend | BUTIKOFER Hermann | COLER Hans | CORNILLE Patrick | De PALMA Bruce | DORMAN Robert | ECKLIN John W. | GARY Wesley | GEIGER Josef Otto | GRAY Edwin G. Vincent | HYDE William | JAMISON lawrence | Jean-Louis Naudin | JEFIMENKO Oleg D | JOHNSON Howard R . | KAWAI Teruo | KEELY JOHN ERNST WORRELL | KLEMKE Erich R. | SUITE DES CONCEPTEURS |
TOUT sur les machines à Energie Libre - Jean-Louis Naudin (Spiritualité, Nouvel-Age - Energies libres)    -    Auteur : Zen - Inde


122902 visiteurs depuis 2007-03-23
dernière mise à jour : 2011-06-05

Créez vous aussi votre propre site !
Espace réservé à l'auteur du site
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Blogs / Pages perso  -  Zen-Blogs.com

Zen-Blogs >> Spiritualité, Nouvel-Age >> Blog #281